Il ne restait que 66 secondes au cadran lorsque Chris Kelly a marqué le but vainqueur des Sénateurs mercredi soir.

Un congé à L.A. pour une victoire à San Jose

La victoire in extremis des Sénateurs d'Ottawa à San Jose tard mercredi soir leur a valu une journée de congé à Los Angeles jeudi.
L'entraîneur-chef Guy Boucher était fort satisfait de la tenue des siens même s'ils ont laissé encore une fois filer une avance de deux buts, pour la troisième fois en quatre parties qu'ils s'en forgeaient une.
«Les Sharks avaient eu cinq jours de congé avant de nous affronter, ils ont pratiqué juste pour nous la veille. Alors qu'on joue aux deux jours depuis un bout de temps et qu'on avait voyagé la veille. On savait donc qu'on avait besoin de connaître un fort début de match parce qu'ils allaient trouver leurs jambes plus le match progresserait et qu'on aurait de moins en moins de jus. C'est exactement ce qui s'est passé, ce qui arrive rarement. Notre jeu de puissance a bien fonctionné au début, puis on a ensuite passé le reste du match au banc de punitions, ce qui a été difficile au niveau de l'énergie. Ils ont pris le dessus, mais on a bien répondu dans les 10 dernières minutes, on s'est tenus ensemble et on a trouvé un moyen de l'emporter», a-t-il analysé après la rencontre.
Chris Kelly a brisé l'égalité de 2-2 avec 66 secondes à faire au temps réglementaire en sautant sur une rondelle bondissante dégagée de son territoire par Jean-Gabriel Pageau, qui a ensuite ajouté un but dans une cage déserte.
«Il (Pageau) a fait un jeu sécuritaire, la rondelle bondissait, j'ai réussi à la passer entre les défenseurs et ensuite, je voulais juste la soulever», a raconté le vétéran de 35 ans qui mettait fin à une disette de 23 parties sans but.
«Nous avons écopé de plusieurs punitions, ce qui a drainé beaucoup d'énergie. Heureusement, on a réussi à en écouler plusieurs (cinq sur six) et ça leur a fait douter un peu qu'ils faisaient les bonnes choses. Et ça nous a donné du Ômomentum'. Évidemment, notre gardien (Mike Condon) a été notre meilleur "tueur" de punitions», a-t-il souligné en parlant du gardien qui a réalisé 35 arrêts.
Ses coéquipiers étaient contents pour le centre de quatrième trio qui se charge souvent de missions défensives.
«Il volait sur la glace, c'était un but digne des faits saillants. Il a fait du bon travail pour nous toute la saison, pas juste en désavantage numérique, mais aussi à cinq contre cinq. Il aide aussi beaucoup les jeunes joueurs comme moi, il nous parle beaucoup dans le vestiaire comme sur la glace, il nous enseigne des petits détails», a dit Pageau, qui a compté son quatrième but de la saison, son deuxième dans un filet désert.