Mark Stone célèbre après avoir marqué le deuxième but du match – son 21e de la saison – sur une passe de Cody Ceci.

Un beau scénario

Le jeu défensif amélioré des Sénateurs d’Ottawa en Californie n’était apparemment pas un mirage.

Pour leur bref retour à la maison, ils ont réussi à contenir le trio le plus productif de la LNH, celui de Nathan MacKinnon, Mikko Rantanen et Gabriel Landeskog, dans un gain de 5-2 aux dépens de l’Avalanche du Colorado mercredi soir devant 14 468 amateurs au Centre Canadian Tire.

Bien surveillé par le trio de Jean-Gabriel Pageau, avec l’aide des défenseurs Mark Borowiecki et Christian Jaros, le gros trio des visiteurs a été limité à quatre points, le Colorado finissant son périple à travers le Canada avec un seul gain en cinq matches.

Jouant contre son ancien club, Matt Duchene, qui revenait de son congé de paternité, a dirigé l’attaque des siens avec deux buts, dont le dernier dans un filet désert (20e de la saison) et une passe.

« Un plus beau scénario n’aurait pu être écrit. J’en avais parlé avec Chaby [Thomas Chabot, qui revenait d’une blessure], les gars avaient si bien joué sur la route qu’on voulait juste se mouler à eux et ne pas détraquer les choses. On a eu de bonnes performances de plusieurs gars », a raconté Duchene après le match.

Après un premier tiers sans but, les Sénateurs ont explosé pour trois buts en deuxième, ceux de Brady Tkachuk, Mark Stone et Ryan Dzingel.

Peut-être inspiré par la présence de son père Keith, qui participera au voyage des pères en Caroline et à St. Louis vendredi et samedi, Tkachuk a mis fin à une disette de 11 matches sans but en poussant une rondelle libre derrière le gardien Semyon Varlamov à 2:06 de la période médiane. Il était aussi posté dans l’enclave pour voiler ce dernier quand Stone a fait dévier un tir de la pointe de Cody Ceci 67 secondes plus tard. « Mon père est un peu mon porte-bonheur, j’aimerais bien qu’il déménage ici, a blagué Tkachuk. Je n’ai pas senti la rondelle [sur le but de Stone], mais j’ai voulu célébrer avec lui. Il a toujours des célébrations assez spéciales. C’était un moment drôle. »

Dzingel a enchaîné à mi-chemin dans l’engagement en complétant un bel échange amorcé par Matt Duchene et poursuivi par Thomas Chabot. C’était le 19e filet de la saison de l’attaquant américain.

L’Avalanche a réussi à freiner l’hémorragie en fin d’engagement quand le défenseur Nikita Zadorov a pris le gardien Anders Nilsson en défaut avec un tir sur réception précis, sur des passes de MacKinnon et Rantanen.

Nilsson a effectué un gros arrêt en troisième sur un revers de Matt Nieto juste avant que Matt Duchene mette le match hors de portée en sautant sur le retour de la bande du tir hors cible de Zack Smith, soulignant ainsi de belle façon son 28e anniversaire de naissance. « Christian Wolanin a fait quelque chose de pas mal cool, il est allé récupérer la rondelle. Son père a joué dans la LNH et il avait compté à son premier match après sa naissance. Il a encore la rondelle de ce but. Je suis content de pouvoir la donner à mon fils [Beau] », a relaté Duchene.

Les Sénateurs ont joué de chance peu après alors qu’un but a été refusé à Matt Calvert parce que le filet avait été délogé de ses amarres auparavant. MacKinnon a plus tard réduit l’écart à deux buts en marquant en avantage numérique avec 3:59 à faire, mais Nilsson a ensuite tenu le coup, lui qui a effectué 30 arrêts.

« C’est une bonne sensation de gagner. Ce l’est toujours. On a joué un match solide contre un bon club, a dit Nilsson. Sur le but refusé, j’ai dit à un juge de lignes que le filet était délogé et c’est lui qui a demandé la révision vidéo. »

Dans la victoire, la première à domicile depuis le 17 décembre, la séquence de sept matches avec au moins un point de Bobby Ryan a pris fin. Guy Boucher a choisi d’utiliser sept défenseurs pour cette rencontre et c’est Nick Paul qui a été retranché en attaque pour faire place à Chabot.

+

Retour « PAS SI PIRE » DE CHABOT

Thomas Chabot a trouvé que son retour au jeu s’est assez bien passé.

«Ça a été pas si pire. En première période, les jambes étaient un peu moins là, mais j’ai essayé de garder ça simple et à partir de la deuxième, ça a recommencé, j’ai pris le dessus et ça a bien été», a-t-il raconté après le gain de 5-2 contre l’Avalanche.

Le défenseur qui a raté trois semaines avec une blessure à une épaule s’est particulièrement illustré en deuxième quand il a rattrapé un Sven Andrighetto qui s’échappait, avant d’appuyer l’attaque à l’autre bout pour préparer le but de Ryan Dzingel.

«Je préfère mon repli [sur cette séquence], je suis sorti du banc et j’avais ma vitesse, je savais que j’allais le rattraper. Ça a bien viré qu’après ça, on a eu un quatre contre trois et Duchene m’a fait une belle passe. Je savais que Dzingel était tout seul et ça a fonctionné», a relaté Chabot, heureux de se produire devant son père François.

Celui-ci a louangé le travail de ses compagnons à la ligne bleue Christian Jaros et Mark Borowiecki, chargés de contrer le trio de Nathan MacKinnon avec l’aide de la ligne de Jean-Gabriel Pageau. «Ils ont fait un énorme travail. Ce n’était pas une tâche facile et ils ont bien répondu à l’appel», a-t-il noté.

Guy Boucher était évidemment d’accord. «Jaros s’est développé à un rythme incroyable. Contre leur gros trio, on voulait opposer des défenseurs gros et rapides parce qu’eux [MacKinnon, Rantanen et Landeskog], ils sont gros et rapides aussi. Avec la ligne de Pageau, qui aurait été notre ligne shutdown toute l’année si Pageau n’avait pas été blessé. Ils ont fait tout un boulot en tant qu’unité de cinq joueurs», a-t-il souligné. Son vis-à-vis Jared Bednar n’était pas content à l’autre bout du couloir. «Je n’ai pas aimé notre match à Montréal, j’ai aimé celui à Toronto, et on n’était pas prêts à jouer ce soir», a-t-il dit.