17 croix sont accrochées à la polyvalente Marjory Stoneham Douglas en l’honneur des victimes de la fusillade de février.

Un beau geste de solidarité

Craig Anderson sait à quel point une patinoire peut être un sanctuaire pour un hockeyeur.

Le gardien des Sénateurs, avec l’aide du capitaine Erik Karlsson et de son épouse Nicholle, a donc décidé de donner une chance aux joueurs des deux équipes de l’école secondaire Marjory Stoneman Douglas, dans le quartier Parkland où il a sa résidence principale, de s’évader un peu de leurs tracas quotidiens lundi en les invitant au match que son club disputera aux Panthers de la Floride au BT&T Center.

Cette polyvalente s’est retrouvée au cœur de l’actualité américaine le jour de la St-Valentin quand un ancien étudiant s’est présenté armé d’un fusil AR-15 et qu’il a tué 17 écoliers et enseignants impuissants dans leurs salles de classe, en blessant plusieurs autres.

« Je vis à Parkland et c’est l’école où mes fils vont aller quand ils seront plus vieux. Ça a définitivement un impact sur nos vies. À peu près tous les joueurs qui ont porté les couleurs des Panthers au cours des 10, 15, même 20 ans ont vécu dans ce quartier. Ça a donc frappé très près de la maison quand c’est arrivé », a indiqué Anderson dimanche en parlant de la fusillade.

Pendant qu’il poursuit sa carrière avec les Sénateurs, le vétéran gardien a laissé sa famille passer l’hiver à sa résidence principale de Fort Lauderdale, ses fils Jake et Levi allant à l’école primaire affiliée à l’école secondaire Parkland. Sa conjointe est celle qui s’est occupée des détails de l’invitation lancée aux joueurs des deux formations de Parkland, incluant la principale qui a remporté les honneurs récemment dans son district pour avoir accès à la finale de l’état de la Floride.

« C’est elle qui a été là toute l’année, avec nos enfants qui vont à l’école primaire. Les enfants de la copine de son père vont à cette école secondaire. Ça nous touche donc de près. Elle a parlé à l’entraîneur pour organiser ça alors que “Karl” (Karlsson) a eu l’idée initiale d’acheter des billets pour eux, a relaté Anderson. En étant loin quand c’est arrivé, c’était dérangeant, un choc. Tu ne réalises pas totalement ce qui se passe. Mon épouse m’a tenu au courant et d’après elle, c’est impressionnant de voir à quel point la communauté s’est ralliée à la cause. C’était quelque chose de voir ce qui s’est passé par après, les vigiles à la chandelle et les cérémonies commémoratives. J’ai hâte de parler aux jeunes pour voir comment ils composent avec tout ça. Un stress du genre, ça t’affecte longtemps. »

Les joueurs de Marjory Stoneman Douglas ne pourront pas être à l’entraînement matinal des Sénateurs vu qu’ils sont de retour en classe, mais ils seront à l’amphithéâtre à l’arrivée des Sénateurs et une présentation spéciale est prévue pour eux.

Anderson a été impressionné de voir son partenaire d’entraînement pendant la saison estivale, le gardien des Panthers Roberto Luongo, faire un discours émotif avant un récent match de son club où un hommage a été rendu aux victimes de la fusillade. « Assez, c’est assez », a notamment déclaré le cerbère montréalais, qui habite à Parkland depuis 12 ans, son épouse étant originaire du coin tout comme celle d’Anderson.

« Pour tout joueur qui doit se tenir debout devant 20 000 spectateurs, ce n’est pas facile. Avoir autant d’émotions en vous alors que vous faites un tel discours, c’était remarquable. Tout le crédit lui revient, je ne sais pas à quel point il s’est préparé ou s’il a improvisé, mais la réception de la communauté a été fantastique. Il fait partie de cette communauté, il a vécu là toute sa vie professionnelle. Ça l’a atteint personnellement également », note Anderson.

Un peu comme les Golden Knights de Vegas après la fusillade qui a secoué la ville du jeu le 1er octobre, les Panthers ont semblé se rallier après cette tragédie. Depuis la pause du match des étoiles, ils ont une fiche de 15-3-1 qui leur a permis de s’approcher à deux points des Blue Jackets de Columbus et du huitième et dernier rang accès aux séries, avec trois parties de plus à jouer.

« Ils jouent pour leur communauté présentement, avec un seul but. C’est un peu comme nous l’an passé avec “Clarkie” (Clarke MacArthur) et moi-même, avec ce que je vivais (avec le cancer de Nicholle). Quand tu partages une expérience avec tes coéquipiers et tout le monde tire dans la même direction, tu joues mieux », estime Craig Anderson, qui affrontera les Panthers lundi soir.

LES SÉNATEURS EN BREF

Dzingel absent

Alors qu’il est en quête d’un 20e but cette saison, l’attaquant Ryan Dzingel brillait par son absence à l’entraînement des Sénateurs dimanche matin, ayant été excusé de celui-ci pour les mêmes raisons personnelles qui lui ont valu de rater deux parties à la mi-février. «Il va être là (lundi en Floride)», a cependant assuré l’entraîneur-chef Guy Boucher, ce qui fait que son club, qui a 13 attaquants à sa disposition (incluant Mark Stone qui est blessé) n’aura pas besoin de rappeler un joueur de Belleville. Si jamais un attaquant éprouvait des problèmes lundi, Boucher utilisera un alignement à sept défenseurs et 11 attaquants, ce qui permettrait à Erik Burgdoerfer de jouer un premier match depuis son dernier rappel.

Duchene en réflexion

Comme plusieurs de ses coéquipiers, le centre Matt Duchene utilisera les dernières semaines du calendrier régulier pour décider s’il prendra part aux prochains championnats mondiaux de hcokey, qui auront lieu au Danemark en mai. «Je n’ai pas encore décidé ce que je vais faire. On ne m’a pas encore demandé si je voulais y aller. Je ne suis pas certain, je pourrais probablement utiliser un été plus long d’entraînement. Ça fait trois ans de suite que je joue jusqu’à la fin mai, même si je n’ai pas participé aux séries éliminatoires. Je vais prendre une décision une fois qu’on m’aura offert d’y aller, ce qui est toujours un honneur. Je n’ai enore jamais refusé une invitation», a confié Duchene, membre d’Équipe Canada lors de six des huit dernières années, vu qu’il n’a joué que huit parties de séreis en carrière avec l’Avalanche du Colorado.

Entre les lignes

Guy Boucher est bien d’accord avec l’invitation lancée par Craig Anderson et Erik Karlsson aux hockeyeurs de l’école secondaire Marjorie Stoneman Douglas. «C’est quelque chose de très sérieux, ça montre qu’ils se soucient de ce qui se passe. Nous sommes tous concernés, c’est un problème de société, a-t-il dit au sujet de la fusillade du mois dernier. Personne ne veut voir ça», a-t-il dit. 

L’espoir des Sénateurs Alex Formenton a réussi un tour du chapeau samedi soir, portant sa récolte à 28 buts et 46 points en 45 parties avec les Knights de London.

Impliqué dans un combat vendredi soir, l’attaquant Gabriel Gagné n’a pas joué samedi dans un gain de 5-3 des Senators de Belleville contre le Rocket de Laval, match que Nick Paul et Colin White ont tous deux quitté prématurément en raison de blessures.