Après son jeu blanc contre le Canadien lors de la Classique 100 samedi dernier, le gardien Craig Anderson a jugé bon d’utiliser le même équipement pour cette occasion spéciale contre le Wild du Minnesota.

Un autre pas en arrière

Après son jeu blanc contre le Canadien lors de la Classique 100 samedi dernier au parc Lansdowne, le gardien Craig Anderson a jugé bon d’utiliser le même équipement de couleur rouge commandé pour cette occasion spéciale contre le Wild du Minnesota mardi soir alors que son club était de retour au Centre Canadian Tire.

La décision n’a pas rapporté pour Anderson et ses Sénateurs d’Ottawa, qui ont été incapables de coller une troisième victoire d’affilée pour la deuxième fois cette saison alors que les visiteurs leur ont infligé un revers de 6-4 devant 13 804 amateurs.

Les hommes de l’entraîneur-chef Guy Boucher ont échappé une avance de deux buts alors que le Wild a mis fin à une série de deux défaites de suite en comptant cinq buts d’affilée, incluant ceux de Nate Prosser et Jonas Brodin à 3:06 d’intervalle au début de la troisième période qui ont rompu une égalité de 3-3. Eric Staal a ajouté un but d’assurance, son deuxième du match, en fin de rencontre, auquel Derick Brassard a répliqué avec le gardien retiré à la faveur d’un sixième attaquant.

« On a bien joué pendant les 35 premières minutes du match, mais après ça, on s’est fait mal avec des erreurs défensives et des punitions qui nous ont fait perdre le “momentum”, analysait Boucher après coup. Il faut donner crédit aussi au club adverse, ils ont poussé de leur côté et nous n’avons pas été capables de revenir. »

Les Sénateurs étaient pourtant bien partis avec une avance de 3-1 après 26 minutes de jeu alors que le capitaine Erik Karlsson a poursuivi sur la lancée de son gros match de samedi au parc Lansdowne en comptant deux buts, secouant une disette de 17 matches sans secouer les cordages.

Il a d’abord ouvert le pointage avec un tir du poignet voilé de la pointe qui s’est frayé un chemin derrière le gardien Alex Stalock, les officiels pensant à l’origine que Ryan Dzingel avait fait dévier. Drôle de hasard, ce but survenait exactement huit ans jour pour jour après qu’il ait compté son premier but en carrière contre ce même Wild.

Alors que Staal a créé l’égalité à mi-chemin de l’engagement en faisant dévier un lancer, Karlsson a redonné l’avance aux siens avec un boulet de canon sur une attaque à cinq dès le début de la période médiane. 

Jean-Gabriel Pageau, encore lui, a ensuite doublé cette avance en complétant la stratégie de Tom Pyatt lorsque laissé seul dans l’enclave. 

Stalock n’a pas été fort là-dessus, mais il s’est repris en effectuant deux gros arrêts sur une échappée en désavantage numérique de Nate Thompson, puis sur le retour saisit par Pyatt, juste avant que Mikko Koivu crée l’égalité 3-3 une seconde après la fin d’une punition à Cody Ceci.

Chris Stewart avait auparavant amorcé la remontée du Wild lorsque laissé à découvert dans l’enclave par Karlsson, tandis que Thomas Chabot a été incapable d’empêcher une passe de derrière le filet de Joel Eriksson Ek. Chabot a peu jouer par la suite. 

« On a assez bien joué en première, puis on a pris les devants en deuxième, mais ils ont continué à attaquer et ils ont obtenu de bonnes chances. Ils ont obtenu beaucoup de temps dans notre zone et ils nous ont fatigués on dirait, on a fait des petites erreurs qui se sont avérées coûteuses, estimait Karlsson. C’est difficile de prendre les bonnes décisions quand tu es fatigué. »

Le Wild (18-13-3) a dirigé 40 tirs vers la cage défendue par Anderson, qui n’a pas obtenu beaucoup d’aide alors que plusieurs buts étaient sur des tirs voilés de la pointe. Il y a aussi eu le cinquième but, celui de Brodin, qui a été marqué quand Cody Ceci a envoyé un retour de lancer directement sur sa palette.

Ceci (moins-3) et son partenaire régulier Dion Phaneuf (moins-4) ont connu des soirées difficiles.

C’était le dernier match local des Sénateurs (11-14-7) avant leur pause de trois jours pour Noël, qui arrivera après un voyage de deux parties en Floride, eux qui affronteront le meilleur club de la ligue, le Lightning de Tampa Bay, jeudi soir, avant de s’arrêter à Fort Lauderdale pour se mesurer aux Panthers samedi.

DEUX BUTS MALGRÉ DE L'OBSTRUCTION

Guy Boucher n’était pas d’accord avec la décision des officiels d’accorder le cinquième but du Wild, qu’il a contesté parce qu’il croyait qu’il y avait eu obstruction à l’endroit du gardien Craig Anderson.

« On ne m’a rien expliqué, c’est ça qui est ça, a-t-il dit après le revers de 6-4 de ses Sénateurs. Ça pourrait être frustrant parce qu’il y a vraiment eu deux buts où il y a eu de l’obstruction, et on perd finalement par deux buts. »

Comme les officiels de la LNH ne lui ont pas donné raison sur la révision vidéo du but de Jonas Brodin, Boucher n’avait tout simplement plus le loisir ensuite de demander une autre révision quand Anderson a été incapable de bouger afin de tenter d’arrêter le tir d’Eric Staal qui a fait 6-3 sur un retour de lancer.

L’attaquant Mike Hoffman préférait donner du crédit au gardien du Wild Alex Stalock, qui a réussi quelques gros arrêts parmi les 28 qu’il a réalisés. « Il en a fait un gros contre moi en deuxième sur une attaque à cinq, et un en troisième contre Bobby Ryan aussi, a-t-il dit, oubliant ceux contre Nate Thompson et Tom Pyatt en désavantage numérique. Des buts là auraient fait une différence dans ce match. »

Le centre gatinois Jean-Gabriel Pageau a compté pour un deuxième match de suite, mais il était déçu de la tenue défensive de son club, et de lui-même. « Donner 40 lancers, tu ne te mets pas les chances de ton côté. Notre gardien nous a gardés dans le match quand même. Ça revient aux petits détails, on aurait pu sauver une couple de buts en bloquant plus de lancers ou en plaçant notre bâton devant la rondelle. Contribuer offensivement, c’est tout le temps le “fun”, mais j’étais sur la glace pour trois buts de l’adversaire », soulignait-il.

>> Sommaire du match