Les Sénateurs d’Ottawa sont toujours incapables de battre Robin Lehner en temps réglementaire.

Un 8e revers de suite pour les Sénateurs

Les Sénateurs d’Ottawa ne sont plus capables de gagner en temps réglementaire, et surtout pas contre Robin Lehner.

Leur ancien gardien a effectué un gros arrêt avec une glissade à deux jambières pour empêcher Anthony Duclair de faire 3-0 au début du deuxième tiers, et ses Blackhawks de Chicago sont ensuite revenus de l’arrière pour l’emporter 3-2 en prolongation grâce à un but de Jonathan Toews après 42 secondes de jeu en période supplémentaire devant une petite foule de 12 238 amateurs au Centre Canadian Tire.

Le cerbère suédois demeurait invaincu contre Ottawa lors des 60 minutes réglementaires, portant sa fiche à 8-0-3 alors qu’il infligeait un huitième revers de suite à son ancien club (0-4-4), un troisième de suite après 60 minutes de jeu.

«C’est gros que Toews soit allé chercher ce but pour nous, on avait besoin des deux points, a souligné Lehner après ce match où il a réalisé 20 arrêts. Il ne reste plus qu’une couple de gars du temps où j’étais ici, quand l’édifice était rempli presque tout le temps et qu’il y avait une bonne ambiance. C’est un peu triste de voir ça maintenant. L’arrêt [contre Duclair], c’était juste une question d’instinct, je suis à l’aise de lancer mon corps comme ça.»

Connor Brown, qui célébrait son 26e anniversaire de naissance à son 299e match en carrière, avait bien déclenché les hostilités, son but et sa passe lançant les locaux en avant 2-0 au premier tiers.

L’autre filet a été l’œuvre de Chris Tierney à la fin d’un bel échange avec Thomas Chabot, bien remis d’un petit problème à une hanche.

Dominik Kubalik a assuré la réplique des visiteurs avec un doublé, un tir de Patrick Kane déviant sur son patin en fin de deuxième période alors qu’il a déjoué Marcus Högberg entre les jambières sur une échappée au début de
la troisième.

«On a appliqué le plan de match en première période, mais on l’a abandonné progressivement ensuite, c’est décevant qu’on ne joue pas 60 minutes complètes... L’arrêt [de Lehner] leur a peut-être donné de la vie, mais on s’est mis à leur donner la rondelle», a souligné Brown.

Son patron D.J. Smith n’était pas content et il l’a laissé savoir. 

«Ils ont travaillé plus fort que nous pour les deux dernières périodes. On s’est mis à jouer à leur façon, leurs gros joueurs avaient tout le temps la rondelle, on ne l’envoyait pas derrière leurs défenseurs... Quand tu n’obtiens pas de chances de compter, c’est que tu ne travailles pas assez fort. J’ai trouvé que nous avons eu trop de passagers», a-t-il analysé.

Smith estimait que Högberg, qui obtenait un troisième départ de suite et subissait un troisième revers consécutif en prolongation ou tirs de barrage, avait été «notre meilleur joueur, on ne va pas en prolongation sans lui».

Le cerbère suédois a fait face à 30 tirs devant le filet des locaux, le tir de Toews le déjouant après qu’il ait échappé son bâton.
Högberg a vu six de ses sept derniers départs aller en prolongation.

«On a peut-être pensé que ce serait facile après avoir pris les devants 2-0 en première. Hoggy a fait de gros arrêts pour nous, sinon on ne va même pas en prolongation. C’est une opportunité ratée pour nous, on a pourtant confiance qu’on peut protéger une avance à domicile. Il [Högberg] nous donne de bons efforts et il faudra trouver une solution à cette prolongation à trois contre trois», a souligné le défenseur Dylan DeMelo.

Les Sénateurs, qui ont une fiche de 4-8 en prolongation maintenant, poursuivront ce séjour à domicile en recevant la visite des Golden Knights de Vegas jeudi soir alors que Mark Stone effectuera son retour dans la capitale.

>> Sommaire

+

RETOUR GAGNANT POUR ZACK SMITH

Zack Smith a promis à Marc Crawford qu’il ne verserait pas de larme pendant la vidéo hommage que les Sénateurs présenteraient à l’écran géant pour souligner son retour au Centre Canadian Tire et il a tenu promesse, souriant à la foule qui l’ovationnait.

Revenant à l’endroit où il a passé les 11 premières saisons de sa carrière dans la LNH, l’ancien Sénateur a eu un match plutôt tranquille, passant près de 13 minutes pas mal sans histoire sur la glace, à part pour sept mises au jeu gagnées en dix tentatives et un coup d’épaule.

En matinée, il avait salué plusieurs joueurs et employés de l’équipe pour laquelle il a joué 612 matches en carrière (récoltant 94 buts et 99 passes) avant d’être échangé l’été dernier contre Artem Anisimov, contre qui il a pris la mise au jeu initiale. «C’est mon premier retour dans la ville et c’est pas mal spécial de revoir tout ce monde que j’ai appris à connaître et avec qui j’ai passé beaucoup de temps au fil des années, a-t-il raconté. L’ajustement à un nouveau club a été plus difficile que je le pensais. Ça a été un peu frustrant au début [il a été retranché pour quelques matches]. Mais je ne jouais pas aussi bien que je le pouvais. Ça va mieux maintenant, j’ai appris quel est mon rôle et quelle est ma place dans cette équipe.»

Smith, qui a deux buts et neuf points en 40 matches, se doutait qu’il pouvait changer d’adresse à tout moment après avoir été soumis au ballotage en septembre 2018. «Après ça, c’était pas mal évident et je me suis mis à y penser pas mal plus. Mais j’ai quand même été surpris quand l’échange est arrivé, tu n’es jamais très bien préparé à un premier échange dans ta carrière», a noté Smith, qui a apprécié retrouver Robin Lehner ainsi que Marc Crawford, l’ancien adjoint de Guy Boucher qui est adjoint à Chicago.