Kyle Turris était un des assistant du capitaine Erik Karlsson.

« Turris va nous manquer » — Karlsson

Matt Duchene a dit qu’il ne s’amenait pas à Ottawa pour remplacer Kyle Turris, et ce fait a été souligné doublement lorsque sa place dans le vestiaire ne lui a pas été refilée.

Mike Hoffman a plutôt déménagé de l’autre côté du vestiaire pour prendre la place laissée vacante, permettant au nouveau venu de se retrouver près des autres leaders offensifs du club, les Mark Stone, Alexandre Burrows, Derick Brassard et Zack Smith.

Le départ de Turris, un assistant au capitaine Erik Karlsson, a évidemment suscité beaucoup de réactions chez ses coéquipiers.

« C’est triste de voir “Turry” partir, c’est quelqu’un qui a mis beaucoup d’efforts pour nous aider à nous rendre où nous sommes aujourd’hui, a d’ailleurs commenté Karlsson. Il a été un excellent joueur en plus d’être un leader dans la communauté aussi, avec sa famille. À ce chapitre, on aurait probablement souhaité que les choses se passent différemment, mais c’est ça qui est ça. S’il devait partir, c’est bien qu’on obtienne un gars comme Duchene, un joueur de qualité qui veut venir dans une équipe comme celle-ci. Il est un excellent joueur qui va nous aider à élever notre jeu en tant qu’équipe... Il est probablement surexcité présentement, ça va peut-être lui prendre un mois à s’ajuster. Mais “Turry” va nous manquer, il faisait bien des choses au sein de l’équipe et d’autres devront partager le travail qu’il faisait pour nous. »

Parlant de Turris, il a participé à une téléconférence avec les médias de Nashville lundi, puisqu’il ne pouvait aller les rejoindre à Columbus pour leur match de mardi soir en raison de problèmes de visas de travail. Ses débuts avec eux risquent d’attendre à samedi contre Pittsburgh.

Celui qui portera le numéro 8 avec les Predators (le 7 appartient à Yannick Weber) a tenu des propos différents de Pierre Dorion concernant le contrat de six ans pour 36 millions $ qu’il a signé à Nashville. « Pour être honnête, une entente de six ans n’a jamais été discutée non plus dans les négociations avec Ottawa, a déclaré Turris. Il était très apparent que les choses ne fonctionneraient pas à Ottawa. Il me semble que Nashville va bien me convenir. Ils ont de la profondeur, surtout au centre, ce qui est important. La brigade défensive est tellement bonne, les gardiens sont très forts... C’est juste une très bonne équipe à laquelle j’ai hâte de me joindre. »

Le DG des Predators David Poile a dit lors de la même téléconférence que l’échange n’aurait pu être conclu sans une entente pour une prolongation de contrat avec Turris, et que son clan « voulait huit (ans) à l’origine ».

Mark Stone et Derick Brassard ont gagné une médaille d’or au Championnat mondial de 2016 en compagnie de Duchene, et s’ils étaient déçus de voir partir Turris, ils se réjouissaient de voir un attaquant de haut calibre s’amener à sa place.

« Il est un joueur étoile qui vient s’ajouter à notre alignement. On sait quel genre de joueur il est, il va être dynamique pour nous. C’est difficile de voir Kyle partir, mais en même temps, on ajoute un joueur, ce qui diminue la douleur un peu, a souligné Stone. Matt est très rapide et habile, en bas des cercles, il est un des meilleurs que j’ai vu pour protéger la rondelle. Le message de la direction en allant le chercher est que la direction est derrière nous pour faire un autre bout de chemin en séries, maintenant, c’est à nous d’offrir de bonnes performances. »

« J’avais joué contre (Duchene) avant le Championnat mondial et je le connaissais un peu, mais on a eu une bonne expérience (en Russie). Il avait montré à pas mal tout le monde qu’il était un joueur dominant, il est dynamique, explosif. Son patin est ce qui le rend au top, il bat les défenseurs à un contre un, il a un bon lancer, il voit bien le jeu. Je ne sais pas comment les lignes vont fonctionner, mais on va espérer qu’il ait une bonne chimie avec Hoffman, si ça pouvait cliquer, ça pourrait être une très bonne ligne avec Smith », a indiqué Brassard.

Guy Boucher a laissé entendre lundi qu’il n’avait nullement l’intention de séparer le duo de Brassard et Stone.

•••

Départ bizarre

Après sa conférence de presse et son premier entraînement avec les Sénateurs, Matt Duchene a tenu un autre point de presse dans le vestiaire, où il est revenu sur son départ au milieu du match de la veille de l’Avalanche contre les Islanders de New York à Brooklyn. « C’était fou hier soir. J’avais une idée avant le match que ça pourrait arriver et j’en riais avec mon agent, ma famille et ma femme. Je pensais que ça arriverait en première période et comme de fait, après deux présences (1:59 de jeu), j’ai vu notre soigneur recevoir l’appel. Je savais à ce moment-là que c’était fait, et nos entraîneurs m’ont fait un signe de la tête. J’ai essayé de filer à l’anglaise, mais il y avait une caméra qui était là (à la sortie de la glace) », a relaté Duchene.

Coéquipier d’Anderson

Matt Duchene n’est pas débarqué dans un vestiaire où il n’y avait que des nouveaux visages. En plus de connaître Guy Boucher et son associé Marc Crawford par l’entremise de Hockey Canada, et d’avoir été coéquipier avec Derick Brassard et Mark Stone au Championnat mondial de 2016 en Russie, il a aussi joué une saison et demie avec Craig Anderson avec l’Avalanche, quand il est arrivé comme recrue dans la LNH. « Il va s’adapter rapidement et il va nous montrer ce qu’il est capable de faire, je ne suis pas inquiet pour lui, a dit le vétéran cerbère. En dehors de la glace, il devra s’habituer à avoir des demandes d’autographes ou des commentaires de partisans en allant faire son épicerie. Tu n’as pas vraiment ça au Colorado. Mais tu te sens apprécié. »

Entre les lignes

Le défenseur Dion Phaneuf ne s’est pas entraîné lundi, mais Guy Boucher a dit qu’il ne traîne qu’une blessure mineure. Il est du voyage en Suède, tout comme Mark Borowiecki qui serait remis d’un virus. Les Sénateurs se sont donc contentés de rappeler l’attaquant Nick Paul et le gardien Marcus Högberg pour le périple vers Stockholm... Pierre Dorion pense ne pas avoir payé trop cher pour Duchene, mais Guy Boucher n’était pas d’accord : « Ça a coûté cher, mais quand ça vaut cher, ça coûte cher », a-t-il déclaré... Boucher a laissé entendre que dans le meilleur des scénarios, Bobby Ryan (doigt cassé) ne raterait que trois autres matches, les deux en Suède et celui contre Pittsburgh en revenant à Ottawa le 16 novembre.