«Si l'opportunité de jouer pour Équipe Canada se présente, ce sera un honneur», affirme Kyle Turris.

Turris ne dirait pas non au Championnat mondial senior

Kyle Turris aime les voyages. Il aime aussi représenter son pays dans des compétitions internationales. Si jamais Hockey Canada l'invite à prendre part au prochain Championnat mondial senior, il se fera un plaisir d'accepter.
«Il est un peu tôt pour parler de ces choses. On aura bien le temps d'évaluer toutes les possibilités quand la saison sera officiellement terminée», a-t-il d'abord répondu, un peu mal à l'aise, vendredi matin.
Il reste deux semaines et un jour à la saison. La fin viendra bien assez vite.
Hockey Canada sélectionnera un premier groupe de joueurs parmi ceux qui ne participeront pas aux séries éliminatoires de la coupe Stanley.
«Je vais quand même me concentrer sur le travail qu'il me reste à faire d'ici la fin de la saison. Si l'opportunité de jouer pour Équipe Canada se présente à la fin de la saison, ce sera un honneur», dit-il.
Parmi les joueurs d'impact
Une telle nomination signifierait surtout que Turris a bien utilisé sa première saison complète à Ottawa pour s'établir parmi les joueurs d'impact de la LNH.
Puisqu'il a franchi pour la première fois de sa carrière les plateaux de 20 buts et des 50 points, il se maintient parmi les 15 centres canadiens les plus productifs de la ligue.
Il s'agit d'une belle récompense pour cet ancien choix de première ronde qui avait été plus ou moins «oublié» par les programmes d'excellence de l'équipe nationale. «J'ai participé au Championnat mondial junior quand j'avais 18 ans. Depuis... plus rien», indique celui qui fêtera ses 25 ans cet été.
Le Championnat mondial junior auquel Turris a participé s'était déroulé à Pardubice, une ville située à une centaine de kilomètres au nord de Prague, en République tchèque. Avec une puissante formation qui réunissait Drew Doughty, P.K. Subban, Steven Stamkos, Claude Giroux et John Tavares, le Canada n'avait pas eu trop de mal à remporter la médaille d'or.
En participant à différents autres tournois, entre autres chez les U18, Turris a pu visiter la Slovaquie, la Finlande, la Russie et l'Autriche.
S'il est choisi cette année pour participer au Championnat mondial senior, il pourra biffer un autre pays sur sa mappemonde. Le tournoi se déroulera à Minsk, en Biélorussie. «Voir tous ces coins du monde, c'est vraiment un des beaux côtés du métier», reconnaît Turris.
La possibilité de visiter un coin éloigné de la planète hockey ne constitue toutefois pas sa principale raison de vouloir prolonger sa saison.
«Quand tu enfiles le maillot canadien, il n'y a qu'un objectif possible. Avec le Canada, la deuxième marche du podium constitue une déception», indique-t-il.
Pas le seul sur la liste
Turris pourrait bien ne pas être le seul joueur d'Ottawa à traverser l'océan dans le but de conclure une saison de misère sur une note positive.
Clarke MacArthur, Marc Méthot et Jason Spezza ont tous déjà évolué dans le programme d'excellence de Hockey Canada.
Craig Anderson pourrait bien se retrouver devant le filet des États-Unis.
Il n'a pas connu une très bonne saison, mais presque tous les autres gardiens américains de la LNH devraient participer aux séries.
Les Européens Ales Hemsky, Erik Karlsson et Milan Michalek doivent s'attendre à recevoir un coup de fil. Ils ont déjà représenté leurs pays respectifs aux Jeux olympiques de Sotchi.