Kyle Turris des Senateurs d'Ottawa

Turris dans la ouate

Alors que la convalescence de Derick Brassard se poursuit, et qu'elle se déroule très bien à part ça, l'entraîneur-chef des Sénateurs d'Ottawa Guy Boucher a placé son autre centre numéro un, Kyle Turris, dans la ouate depuis le début du camp d'entraînement.
Le vétéran pivot n'a pas disputé les deux premiers matches hors-concours, et il ne sera pas en uniforme non plus samedi alors que le Canadien de Montréal s'amènera au Centre Canadian Tire.
« Il devait être de l'alignement, mais nous avons trop de jeunes joueurs à regarder. Il va jouer lundi (à Summerside, Î.P.É.) et il va disputer les trois derniers matches hors-concours, je peux vous dire ça. Il est tellement un bon professionnel que c'est assez pour lui. On essaie de sauver nos centres, on l'a fait avec (Jean-Gabriel) Pageau aussi, vu qu'on ne savait pas exactement ce qui allait se passer avec Brassard. Si on perdait un autre centre, le temps de paniquer serait pas mal proche », a-t-il laissé entendre après l'entraînement des siens vendredi midi.
Turris fera plutôt place aux Logan Brown et Filip Chlapik, que Boucher veut continuer à évaluer tout comme Max Reinhart, rappelé du groupe de Belleville. Ça ne le dérange pas de rester inactif alors qu'il ne reste qu'une douzaine de jours avant le match inaugural de la saison régulière, le 5 octobre.
« C'est correct, je ne veux pas me blesser, je veux rester en santé. Je laisse la décision de jouer ou non dans les mains des entraîneurs. Je suis arrivé au camp en bonne forme et je m'assure de rester en bonne condition physique. Quand ils vont vouloir que je joue, je vais jouer », a indiqué Turris.
Alors qu'il doit commencer la saison entre Zack Smith et Mike Hoffman, le hockeyeur originaire de la Colombie-Britannique ne pense pas qu'il y aura plus de pression sur ses épaules si jamais Brassard n'est pas prêt pour le début de la campagne, et en l'absence possible d'Erik Karlsson également.
« C'est certain que je cherche toujours à contribuer en attaque, qu'ils (Brassard et Karlsson) soient là ou non. Évidemment, ça aide quand ils sont là, ils sont de gros morceaux qui nous aident à gagner quand ils sont de l'alignement. Mais moi, je ne peux que continuer à faire ma petite affaire, chercher à contribuer de toutes les façons possibles », dit celui qui a récolté 55 points, dont un sommet personnel de 27 buts, en 78 parties la saison dernière, avant d'ajouter 4 buts et 10 points en séries.
Turris n'entend pas non plus se laisser distraire par les questions de négociations d'une prolongation de contrat qui ont été amorcées cet été, lui qui pourrait devenir agent libre en juillet prochain. « Moi, je me présente à l'aréna, je joue au hockey et je m'amuse. Le reste, je laisse ça à mon agent. Ce n'est certainement pas la même chose qu'il y a cinq ans », a-t-il dit en faisant référence à sa dispute salariale avec les Coyotes de l'Arizona qui a mené à son échange à Ottawa.
La bonne nouvelle dans le cas de Brassard est qu'il est en avance dans sa réhabilitation, au point où il a passé les derniers jours à s'entraîner sur son trio régulier entre Bobby Ryan et Mark Stone, refoulant Pageau sur le troisième trio avec Alexandre Burrows et Alex Formenton vendredi, en attendant que Ryan Dzingel (aine) puisse revenir au jeu.
« Les choses vont tellement bien que les étapes menant à son retour sont accélérées. Il devra encore aller voir son chirurgien pour s'assurer qu'il est complètement rétabli, donc on ne prendra pas de chances, a dit Boucher à son sujet. Quand il va avoir le feu vert, il n'aura pas besoin de deux semaines d'entraînement avec contact. Il frappe déjà les autres gars, mais eux ne peuvent pas le bousculer. On en est là. Il ne peut pas absorber de mises en échec, mais il a le droit de "bumper" les autres depuis un bout de temps déjà. C'est pourquoi on est si optimistes. Nos thérapeutes ont fait un excellent travail avec lui et il a travaillé très fort pour en arriver là. Je ne dis pas qu'il va jouer le premier match, mais il y a une bonne chance qu'il soit plus proche qu'on le pensait. »
Formenton attire l'attention de Boucher
Alex Formenton occupe une chaise à côté du couloir menant à l'arrière du vestiaire des Sénateurs et il n'a même pas de crochets pour accrocher son équipement.
L'attaquant de 18 ans ne va cependant certainement pas se plaindre de ses installations de fortune, trop heureux qu'il était d'être toujours avec le grand club vendredi alors que son équipe junior, les Knights de London, lançait sa saison locale.
« C'est un peu dommage de rater le match inaugural à domicile alors que nous avons d'excellents partisans à London, mais c'est évident que c'est encore mieux d'être ici et d'apprendre au contact des joueurs de la LNH », a-t-il confié vendredi.
Ce choix de deuxième ronde au repêchage de juin dernier s'est attiré des éloges de l'entraîneur-chef Guy Boucher à plusieurs reprises déjà depuis le début du camp d'entraînement, alors que sa vitesse sur patins saute aux yeux de prime abord.
« C'est une fusée, il ressort au camp comme Ryan Dzingel l'avait fait l'an passé en raison de sa vitesse. Mais c'est son intelligence aussi, il est fort sur la rondelle, il fait des jeux. C'est tout un choix, il est impressionnant. Est-ce qu'il est prêt, je ne sais pas, mais un jour, il va l'être. Un grand gars qui fly comme ça, qui travaille et qui a des habiletés, c'est de l'or ça. C'est tout un pick, c'est comme si tu avais obtenu un autre choix de première ronde », a déclaré Boucher, qui l'enverra dans la mêlée samedi soir contre le Canadien, après qu'il ait offert une solide prestation mardi à Toronto, près de son patelin de King City.
Formenton mesure un peu plus de 6' 2'' et il ne pèse que 174 livres, n'ayant pas encore rempli un corps d'adolescent qui a encaissé une forte poussée de croissance depuis deux ans.
« Je mesurais 5' 6'' quand j'ai été repêché dans la LHOntario (en 11e ronde en 2015), a-t-il relaté vendredi. Cet été, j'ai grandi d'un pouce et demi. Ma taille a affecté mon rang de repêchage chez les juniors, mais en étant si petit, je devais utiliser ma vitesse pas mal plus. J'ai toujours été un bon patineur quand j'étais jeune, et des sessions de patinage de puissance ont aidé quand j'étais jeune. Mais je peux encore m'améliorer et devenir plus explosif. »
Plus grand rôle
Après une saison dans le junior A avec Aurora, Formenton a récolté 34 points, dont 16 buts, à sa saison recrue avec les Knights, qui était aussi son année de repêchage. Il a cependant été blanchi en 14 parties de séries éliminatoires, ce qui pourrait expliquer pourquoi il a dû attendre au deuxième jour du repêchage de juin dernier à Chicago pour entendre son nom être prononcé.
« Je n'étais pas là pour amasser des points en jouant sur le quatrième trio l'an passé, on cherchait surtout à ne pas allouer de buts quand on était sur la glace. En revenant pour ma deuxième saison, je devrais avoir un rôle plus important cette année, et on devrait avoir une bonne équipe », souligne-t-il.