Brady Tkachuk participait à la visite des Sénateurs au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, jeudi.
Brady Tkachuk participait à la visite des Sénateurs au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario, jeudi.

Tkachuk voulait la rondelle de Primeau

Comme si son but et sa passe pour pousser le match de mercredi soir en prolongation et son accrochage avec Shea Weber n’avaient pas été suffisants, Brady Tkachuk a trouvé un autre moyen de déranger le Canadien et ses partisans : en s’emparant de la rondelle après le but victorieux de Ben Chiarot.

Carey Price s’en est aperçu et il a quitté les célébrations de son équipe pour aller récupérer celle-ci, étant donné qu’elle avait une signification particulière pour son jeune partenaire Cayden Primeau, qui a mérité sa première victoire en carrière avec ce gain de 3-2 en prolongation, à son deuxième départ dans le circuit Bettman.

De retour au Centre Canadian Tire jeudi, Tkachuk s’est bien défendu d’avoir eu de mauvaises intentions en posant ce geste qui n’a pas été capté par les caméras de télévision, fait plutôt rare.

« Honnêtement, je n’avais pas réalisé que c’était la rondelle de sa première victoire. Je connais Prims (Primeau), nous avons joué ensemble au Championnat mondial U18, nous avons gagné une médaille d’or ensemble. Je le connais bien. Quand je l’ai vu (Price) arriver, j’ai dit OK. Mais je ne l’avais pas réalisé, j’allais donner cette rondelle à un jeune dans les estrades. Comme je l’ai dit, je n’avais pas pensé à ça », a-t-il plaidé.

Brady Tkachuk met de la pression sur Cayden Primeau pendant le match de mercredi.

Dans le vestiaire après le match, Price avait laissé entendre qu’il pensait que Tkachuk entendait subtiliser le précieux souvenir.

« Je pense que oui, a-t-il dit à des collègues montréalais. Je surveillais pour voir ce qui allait arriver à la rondelle et je l’ai juste vu la ramasser », a-t-il indiqué, tel que rapporté par L’Athlétique.

Son coéquipier Brendan Gallagher, un expert pour déranger l’adversaire de toutes les façons possibles, abondait dans le même sens. « Évidemment qu’il l’a volée », a-t-il dit.

Tkachuk a cherché à diminuer la portée de son geste, même si ce n’est pas tout le monde – surtout sur les réseaux sociaux, où il a été critiqué de toutes parts dans la Métropole – qui croyait son explication.

« Je connais bien Primeau, on a joué ce championnat U18 (la coupe Hlinka de 2017) ensemble et un autre tournoi préparatoire au Championnat mondial junior (été 2018). Je l’ai affronté aussi au hockey universitaire (avec Boston University, contre Northeastern). Price est venu chercher la rondelle, tout est beau », a-t-il assuré.

L’attaquant de 20 ans aime l’atmosphère qui règne lors de matches contre des rivaux naturels comme les Bruins, les Maple Leafs et le Canadien. « Je pense que tout le monde encercle ces matches à l’intérieur de notre division sur son calendrier. Ce sont de gros points et d’excellentes équipes. Pour nous, peu importe quelle équipe on affronte, on veut sortir forts, mais on a encore plus d’énergie pour ces matches qui font partie d’une rivalité », affirme-t-il.

Tkachuk ne pense pas que son altercation avec Weber va commencer une rivalité individuelle similaire à celle de son frère Matthew avec Drew Doughty, des Kings.

« C’était juste une occasion où deux gars compétitifs sont entrés en collision. Il est un gars fort qui n’aime pas que les gars se rendent à son filet, alors que moi, mon jeu, c’est de me rendre au filet. Il ne m’a rien dit de spécial après coup, c’était juste le feu de l’action », a-t-il affirmé.

L’incident, survenant après le but gagnant en prolongation de Tkachuk lors de sa visite précédente au Centre Bell, devrait ajouter du piquant au prochain duel entre les deux clubs, le 22 février à Ottawa.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Entraînement différent

Au retour de leur revers en prolongation à Montréal, les Sénateurs ont tenu un entraînement différent alors que les joueurs ont été séparés en trois groupes qui ont travaillé successivement sur leurs habiletés individuelles, incluant des sessions de patinage de puissance avec Shelley Kettles, une spécialiste du patinage artistique qui est à l’emploi de l’équipe depuis quelques années.

«Dans mon cas, elle travaille sur mes carres et mes mouvements latéraux, de même que mon équilibre. Je mets beaucoup l’accent là-dessus pour m’améliorer en tant que joueur... Ce qui est bon avec elle (Kettles), c’est qu’elle réalise que nous sommes tous différents et qu’on a des forces et des faiblesses différentes», a souligné Tkachuk.

Wolanin sur patins

Le défenseur Christian Wolanin, qui se remet d’une déchirure du labrum de son épaule gauche subie juste avant le début du camp d’entraînement, a fait une première apparition sur patins jeudi dans le cadre de cet entraînement spécialisé.

L’arrière américain devait rater de quatre à six mois d’activité, ce qui aurait signifié, dans le meilleur des cas, un retour au jeu en janvier, ce qui semble être une possibilité.

Il n’a pas commenté après cette nouvelle étape vers un retour, mais l’entraîneur-chef D.J. Smith, qui a pris congé des médias jeudi, a déjà laissé entendre que sa réadaptation passera probablement par un séjour à Belleville éventuellement.

À LIRE AUSSI : Brown et Lajoie dans l’incertitude