Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L'attaquant des Sénateurs Brady Tkachuk 
L'attaquant des Sénateurs Brady Tkachuk 

Tkachuk s’amuse... en attendant de négocier

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La célébration de son but qui lui a permis de compléter son premier tour du chapeau à la Gordie Howe illustre bien à quel point Brady Tkachuk a du plaisir présentement.

Un fan avoué de l’acteur Will Ferrell, l’attaquant des Sénateurs d’Ottawa a imité son personnage de «Frank the Tank», du film Old School, en sortant la langue et en se dandinant un peu sur ses patins après avoir déjoué Thatcher Demko en échappée mercredi soir, de quoi enflammer les réseaux sociaux, évidemment.

«Je trouve que c’est hilarant. J’ai eu des costumes d’Halloween basés sur Will Ferrell et c’est parti de là. Je pensais faire ça à la blague et je ne sais pas pourquoi j’ai commencé ça cette année, ce que je pensais, mais j’aime ça. Ça montre un aspect amusant du hockey et j’espère en compter quelques autres d’ici la fin de l’année et pouvoir continuer à le faire», a raconté Tkachuk.

Le jeune homme de 21 ans s’amuse alors que la troisième saison de sa carrière tire à sa fin, répétant à chaque présence en visioconférence à quel point c’est le «fun de faire partie de cette équipe maintenant». Il a du plaisir à la maison à partager une résidence avec Josh Norris et Tim Stützle, et son trio avec Norris et Drake Batherson est dominant, avec une récolte totale de 11 buts et 25 points lors des huit derniers matches de l’équipe, qui a remporté six de ces rencontres.

La partie de plaisir tire à sa fin cependant et après les six derniers matches du club de la capitale, dans deux semaines, les affaires vont prendre le dessus dans la «business» du hockey.

Tkachuk, faut-il le répéter, écoule la troisième et dernière année de son contrat d’entrée de trois ans dans la LNH et il donne des munitions à ses représentants avec ses 16 buts et 34 points en 50 matches jusqu’à maintenant, en plus de mener la ligue pour les tirs et les combats, et d’être deuxième pour les mises en échec.

À moins que son agent Craig Oster ne parvienne à s’entendre rapidement avec le directeur général Pierre Dorion sur une prolongation de contrat, Tkachuk ne pourra pas répondre présent lorsque Hockey USA va inévitablement lui demander de représenter son pays au prochain championnat mondial qui aura lieu à la fin mai à Riga, en Lettonie.

Les partisans de l’équipe auraient souhaité que ce dossier soit réglé dès l’été dernier, un peu comme celui du défenseur Thomas Chabot l’avait été en septembre 2019 (pacte de 8 M $ par an pour huit ans), mais une certaine pandémie a mis de telles considérations sur la glace.

Le défenseur Thomas Chabot 

Dorion a déclaré en septembre dernier que les négociations avaient débuté tôt dans l’été avec le clan Chabot. qu’il faudrait attendre de «mieux comprendre comment les choses vont se passer dans le futur», après quoi, «c’est sûr qu’on va commencer des négociations avec lui». La dernière fois qu’il a abordé le sujet avec le Droit en janvier, avant le début de la saison, il ne voulait pas négocier à travers les médias comme toujours, mais il a ajouté: «On sait ce qu’on a à faire.»

Le contexte économique n’est pas évident alors que la présente saison s’est jouée sans aucun revenus de guichets pour les sept formations canadiennes. Mais les clubs ont une meilleure idée de leurs budgets en vue de la saison 2021-2022, alors que la LNH s’est déjà entendue avec l’Association des joueurs a déjà été conclue pour garder le plafond salarial au même niveau (81,5 M $). De nouvelles injections de capitaux arrivent également avec de nouveaux contrats de télévision aux États-Unis qui viennent d’être annoncés. Aussi, la franchise d’expansion du Kraken de Seattle doit verser au cours des prochains jours ses frais d’admission au circuit Bettman, la modique somme de 650 M $ qui sera divisée en 30 (part estimée de chaque club sauf Vegas qui n’y a pas droit: 21,66 M $).

Dans un tel contexte, les Sénateurs ne peuvent donc pas s’attendre à obtenir un quelconque rabais de la part d’Oster, le même agent qui, avec son associé Don Meehan, a orchestré les sorties de la capitale d’Erik Karlsson, Mark Stone et Jean-Gabriel Pageau au cours des dernières années, quand ils n’ont pu obtenir des contrats à leur juste valeur selon le marché à Ottawa.

Lorsque les Flames de Calgary ont négocié avec l’aîné des Tkachuk, Matthew, il y a un an et demi, les deux partis ont tenté sans succès de s’entendre pour un contrat à très long terme, mais la formation albertaine n’avait que peu d’espace sous le plafond salarial. Tkachuk s’est finalement «contenté» d’un pacte «pont» de trois ans, au salaire moyen de 7 M $ par année. Lorsque celui-ci arrivera à échéance à la fin de la prochaine saison, il ne lui restera qu’une année avant de pouvoir réclamer son autonomie complète.

Est-ce qu’un contrat similaire à celui de Chabot sera suffisant pour convaincre Tkachuk de rester à Ottawa avec ses jeunes amis ? C’est la question qui va meubler la saison morte des Sénateurs, qui devront aussi négocier avec Batherson cet été.

Entre les lignes

  • En congé d’entraînement jeudi, les Sénateurs ont seulement annoncé que le gardien Filip Gustavsson était cédé à l’escouade de réserve tandis que Kevin Mandolese passait au club-école de Belleville, signe qu’Anton Forsberg devrait pouvoir revenir au jeu samedi à Montréal.
  • La Ligue américaine a annoncé jeudi qu’il n’y aura pas de séries pour la coupe Calder cette saison, sauf dans sa division californienne pour couronner un champion. La saison des Senators de Belleville prendra donc fin le 20 mai.
  • Les Sénateurs tiendront leur soirée annuelle de reconnaissance des Forces armées canadiennes lundi lors de la visite des Jets de Winnipeg, de façon plus virtuelle cependant. Une quarantaine de membres des Forces seront ajoutés sur des silhouettes en carton dans les gradins, et les profits du 50-50 iront à l’organisation Appuyons nos troupes.