Les Sénateurs d’Ottawa ont encaissé une autre défaite, samedi en Arizona. Les Coyotes l’ont emporté 5-2. Les hommes de D.J. Smith tenteront de renverser la vapeur à Dallas.

Tkachuk et White séparés

DALLAS — Séparés pour la première fois de la saison en fin de semaine, en deuxième période du revers de 5-2 samedi en Arizona ainsi qu’à l’entraînement dimanche au American Airlines Center, Brady Tkachuk et Colin White ont tous deux dit les bonnes choses en rentrant au vestiaire des Sénateurs d’Ottawa.

Le langage corporel des deux amis de longue date laissait cependant sous-entendre qu’ils ne sont pas trop heureux de se retrouver sur des trios différents, Tkachuk aux côtés de Jean-Gabriel Pageau et Connor Brown, White entre les vétérans Tyler Ennis et Bobby Ryan.

« Je ne sais pas, il y a beaucoup de bons joueurs dans ce vestiaire, je suis chanceux de jouer avec n’importe lesquels d’entre eux. Il y a un petit changement qui s’opère. Je ne sais pas trop, on doit juste se concentrer sur le prochain match, la prochaine présence, être prêt à jouer avec n’importe qui. On va apprendre les uns des autres », a noté Tkachuk dimanche, lui qui n’a qu’une passe lors des cinq derniers matches après avoir compté deux buts lors des deux premières parties de la campagne.

« C’est excitant chaque fois que tu as l’occasion de jouer avec des nouveaux joueurs. C’est un changement de décor, mais je joue avec deux excellents joueurs, ça devrait être amusant, renchérissait White. Brady et moi avons une bonne chimie, je pense qu’elle est encore là. Mais on doit changer certaines choses, on ne gagne pas. On a besoin de gagner des matches et il (l’entraîneur D.J. Smith) veut faire des changements. »

Smith a effectivement perdu patience avec son duo de joueurs ayant des liens avec la région de Boston lors du match contre les Coyotes, qui a vu White finir avec un différentiel de moins-3.

Tkachuk se retrouve avec Pageau, qui est le meilleur compteur des siens (à égalité avec Vladislav Namestnikov et Connor Brown) avec ses cinq points même s’il ne joue pas en avantage numérique.

« Il (Pageau) a fait du bon travail, il a probablement été notre meilleur joueur depuis le début de la saison et il mérite cette promotion », a souligné Smith.

Ce dernier avait mentionné qu’il a aimé la combinaison de White avec Namestnikov samedi, mais il a plutôt confié ce dernier à Chris Tierney sur ce qui est probablement son deuxième trio, avec Anthony Duclair. « On voulait mieux répartir notre vitesse parce qu’on va avoir besoin de trois trios contre une attaque explosive (de Dallas) », a-t-il expliqué.

Smith a excusé les difficultés du centre de 22 ans en soulignant que le premier choix de l’équipe en 2015 devait affronter les meilleurs défenseurs et trios adverses en se retrouvant aux côtés de Tkachuk. « On oublie qu’il est encore jeune », dit-il.

White estime « être capable de le faire, je l’ai fait à la fin de la saison dernière », mais comme il n’a qu’un but et une passe jusqu’à maintenant, il bénéficierait de se refaire une confiance en jouant contre des troisièmes paires de défenseurs adverses.

« Quand la production de points n’est pas là, tu n’es pas content, mais tu dois trouver d’autres éléments de ton jeu sur lesquelles travailler et t’améliorer quotidiennement. En faisant ça, les points vont s’additionner éventuellement. Mais tu ne peux pas tricher (pour obtenir des points) », dit-il.

Tkachuk, qui revenait dans l’amphithéâtre où il a été repêché en première ronde (4e au total) en 2018, ne se plaint évidemment pas de jouer avec Pageau à nouveau. « On a joué ensemble à partir de février dernier jusqu’à la fin de la saison, je suis familier avec lui et j’ai joué avec “Brownie” pendant le camp aussi. On a de la chimie et on va voir comment on va faire (lundi) », a-t-il indiqué.

+

Anthony Duclair

LA FRUSTRATION A RENDU DUCLAIR SOURD

Anthony Duclair était tellement frustré d’avoir écopé d’une punition pour conduite antisportive quand il a dit sa façon de penser à un des arbitres du match de samedi à Glendale qu’il n’a même pas entendu celui-ci le nommer par son nom plutôt que par son numéro en arrivant au cachot.

«J’étais “fru” parce qu’on n’avait pas d’avantage numérique (sur une infraction qu’il estimait à son endroit par Brad Richardson). Les émotions ont eu le meilleur de moi. Je n’ai pas entendu ça, j’étais tellement fâché que j’ai tout bloqué», a relaté l’attaquant québécois des Sénateurs dimanche après l’entraînement des siens à Dallas.

Son patron D.J. Smith ne lui en tenait pas trop rigueur. «J’ai trouvé qu’on aurait pu avoir une couple de jeux de puissance en première, mais il faut mériter les punitions à l’adversaire, il faut garder la rondelle et les forcer à vous faire tomber. Tu aimerais avoir tous les appels en ta faveur, mais les arbitres ont un travail difficile», a-t-il commenté au lendemain d’un match où les Coyotes ont obtenu cinq jeux de puissance contre deux pour Ottawa.