Thomas Chabot a mal paru, samedi à Montréal, mais il n'est pas responsable de la défaite des Sénateurs. « Tout le monde a eu une mauvaise soirée, a rappelé Dion Phaneuf. Blâmez-moi plutôt que le kid. »

Thomas Chabot s'en va à Belleville

Indice qu'Erik Karlsson pourrait être prêt pour le match inaugural de jeudi prochain, les Sénateurs d'Ottawa ont cédé les défenseurs Thomas Chabot et Ben Harpur aux Senators de Belleville dimanche, au lendemain d'un cuisant revers de 9-2 contre le Canadien à Montréal.
L'arrière québécois de 20 ans, premier choix des Sénateurs en 2015, a connu une soirée particulièrement difficile au centre Bell, illustrée par son différentiel de moins-5. Il a conclu le calendrier préparatoire avec un but, une passe et un différentiel de moins-1 en cinq parties.
Les Sénateurs ont également soumis le nom de l'attaquant Max McCormick au ballottage pour fin d'être cédé lui aussi au club-école de la Ligue américaine de hockey.
Les deux hockeyeurs d'âge junior, Logan Brown et Alex Formenton, demeurent toujours avec le club jusqu'à nouvel ordre.
« Il a montré de super belles choses au camp, lui autant que d'autres jeunes. Mais lors des deux derniers matches, quand le calibre devient de plus en plus un calibre de la LNH, on voit que comme tous les jeunes, même ceux qui sont très bons, il y a certaines choses qu'ils doivent apprendre. C'est un très bon joueur, qui est arrivé au camp avec une attitude beaucoup plus mature que l'année dernière... Le renvoyer l'année dernière a été le bon choix, et là, il faut faire le bon choix encore, pour l'équipe et pour le jeune, où il est rendu, le nombre de minutes qu'il doit avoir et ce que sera son rôle », avait déclaré l'entraîneur-chef Guy Boucher après le match de samedi.
« On a vu ce qu'on voulait voir, on a placé des joueurs dans certaines situations pour voir ce qu'ils pouvaient faire. On a certaines décisions qui sont faciles, d'autres qui sont plus dures. Il est temps de passer à l'étape suivante, les matches hors-concours sont une série d'essais et d'erreurs », a ajouté Boucher.
Chabot, qui n'a pu être joint pour commenter dimanche même s'il n'a pas joué le match hors-concours des Senators contre le Rocket de Laval, se doutait bien à la fin de la semaine dernière qu'un séjour dans la LAH représentait une possibilité pour lui, celle-ci ayant été évoquée à quelques reprises par ses patrons.
« Si je dois aller jouer dans la Ligue américaine, je vais y aller. Plusieurs bons défenseurs dans la ligue sont passés par là par le passé », avait-il indiqué, citant notamment les Erik Karlsson et Cody Ceci avec les Sénateurs, alors que plusieurs autres (P.K. Subban par exemple) sont également passés par là avant de faire leur marque dans la LNH.
Après le match de samedi, le vétéran Dion Phaneuf a mentionné qu'il ne fallait pas trop s'attarder sur le différentiel de moins-5 de Chabot, son partenaire en début de match. 
« Vous allez regarder les statistiques plus que nous. On monte dans le train et on retourne à la maison pour se reposer pour une journée. On ne pointera personne du doigt. Chaby a connu un très bon camp, il a bien joué pendant la présaison pour notre club. Il a beaucoup de talent et ces soirées arrivent. Il fait partie de notre équipe, il joue avec ce club et tout le monde a eu une mauvaise soirée. Blâmez-moi plutôt que le kid », a-t-il lancé.
Brown et Formenton ont survécu à la soirée des longs couteaux de samedi même s'ils montrent des signes d'essoufflement. Même s'il a obtenu une passe sur le but de Mark Stone à la fin du massacre, Brown a connu une soirée assez difficile avec trois punitions mineures. Formenton, l'attaquant de 18 ans seulement, a été assez invisible, de son côté. Leur sort en début de saison pourrait en partie être relié à la présence ou non du centre gatinois Derick Brassard pour le match inaugural de jeudi contre Washington.
Formenton aurait besoin de signer un contrat si les Sénateurs veulent lui faire débuter la campagne dans la LNH au lieu de le renvoyer à son club junior, les Knights de London. Lui et Brown pourraient ensuite jouer neuf parties à Ottawa avant que la première année de leur contrat respectif entre réellement en vigueur. L'an dernier, Thomas Chabot était resté avec le grand club pendant tout le mois d'octobre, disputant seulement un match avant d'être renvoyé aux Sea Dogs de Saint-Jean, qu'il a ensuite menés à la coupe du Président.

Un problème de discipline, selon Boucher

Il n'y avait pas de points de classement à l'enjeu, donc la défaite de 9-2 encaissée aux mains du Canadien de Montréal n'a pas suscité un mouvement de panique chez les Sénateurs. Juste chez leurs partisans, peut-être.
L'entraîneur-chef Guy Boucher était bien calme et posé après ce troisième revers de suite de son club pour clore le camp d'entraînement, après ceux de 8-1 contre les Devils du New Jersey et de 5-3 contre les Jets de Winnipeg. Pour ceux qui ne sont pas férus de mathématiques, ça fait un total de 22 buts alloués contre 6 comptés pour le club de la capitale, qui termine le calendrier présaison avec une fiche de 3-3-0.
«La chose la plus inquiétante, c'est le nombre de punitions que nous avons écopées. On ne peut pas passer la soirée au cachot et penser pouvoir s'en sortir avec quoi que ce soit de positif, qu'il s'agisse de chances de compter ou de momentum. Pour l'instant, c'est ça qui prime. On se donne une chance d'être compétitifs si on se tient loin du banc des punitions, alors que si on est constamment là, nous sommes toujours dans le trouble», a-t-il dit après avoir vu son club allouer deux buts en sept avantages numériques à la troupe de Claude Julien.
«La discipline va être importante en vue de notre prochain match. Et il y a aussi le fait que les parties hors-concours sont terminées. Les gars vont sur la glace en cherchant à éviter les blessures, tu hésites tout le temps. On a bien joué devant nos partisans, puis lors des derniers matches à l'étranger, nous n'avons pas été bons. Il y a un élément de motivation là-dedans, je le sais, ça fait assez longtemps que je suis dans cette ligue pour le savoir. Le prochain match, c'est chez nous et ça va compter, je sais que nos gars vont être prêts», a-t-il ajouté, notant que son club s'est présenté à Montréal sans trois de ses défenseurs réguliers, Erik Karlsson, Cody Ceci et Mark Borowiecki.
Le vétéran Alexandre Burrows était d'accord avec son patron concernant la question de la discipline : «On avait de bonnes intentions avant le match, mais ça fait trois matches de suite qu'on prend beaucoup trop de punitions, ce qui tue notre rythme, notre momentum et ça en donne beaucoup à l'adversaire... C'est dur de garder un rythme et d'avoir du succès quand tu fais une parade au banc des punitions. Et en zone défensive, on a fait beaucoup d'erreurs. Là, on a cinq jours, il faut se retrousser les manches et revenir avec le couteau dans les dents pour le match contre Washington», estimait-il.