Blessé au genou, Mark Stone ratera au moins le match de jeudi en plus de celui de mardi. Mais il pourrait affronter les Flyers de Philadelphie samedi.

Stone toujours au rancart

RALEIGH — La pause du Match des étoiles a peut-être permis au capitaine Erik Karlsson de s’amuser en portant un costume de pirate à Tampa Bay, mais elle n’a pas aidé les Sénateurs d’Ottawa à revenir en santé pour le reste de leur saison.

Quand ils ont sauté sur la glace du PNC Arena de Raleigh à leur retour au boulot lundi en fin d’après-midi, les blessés d’avant la pause, Mark Stone en tête, brillaient toujours par leur absence.

En plus de son meilleur compteur avec 44 points en 44 parties, l’entraîneur-chef Guy Boucher ne pouvait compter sur les joueurs de soutien que sont les Nate Thompson, Johnny Oduya, Filip Chlapik et Gabriel Dumont, qui a aggravé une entorse au haut de la cheville subie lors de la Classique 100 contre le Canadien de Montréal lors du dernier match avant le congé.

Dans le cas de Stone, blessé à un genou contre les Maple Leafs le 20 janvier, Boucher a laissé entendre après la pratique des siens qu’il est resté dans la capitale pour subir un examen d’imagerie à résonnance magnétique qui s’est avéré négatif.

« On vient d’avoir le résultat (du test). Ça avait empiré pour lui vendredi dernier, ça progressait bien puis soudainement, i’enflure est revenue. On voulait s’assurer que ce soit exactement ce qu’on pensait que c’était, et c’est le cas. Nous sommes chanceux à ce niveau-là, ce n’est pas quelque chose qui le tiendra au rancart à long terme. Il ne jouera pas jeudi (contre Anaheim), mais on espère qu’il pourra le faire en fin de semaine. On verra plus tard cette semaine, mais au moins on sait que ce n’est pas pire que ce qu’on pensait... Ce n’est pas une entorse, c’est autre chose, relié à l’enflure », a indiqué Boucher.

Les Sénateurs ont perdu leurs cinq derniers matches, incluant les trois ratés par Stone, « qui a été notre meilleur joueur toute la saison, probablement le plus constant », comme le faisait remarquer son coéquipier Zack Smith lundi.

« Ça nous fait mal qu’il ait été absent, on ne se comptera pas de farces. Il est un joueur important qui fait une grande différence. Vous regardez les trois derniers matches sans lui, c’était des parties serrées où il aurait pu faire la différence. On doit vivre sans lui pour encore quelques parties et on va espérer qu’il puisse jouer en fin de semaine », a ajouté Boucher.

Avec son club qui croupit dans les bas-fonds du classement et qui est affligé par ces blessures, l’entraîneur-chef québécois préconise une approche bien simple pour sa troupe. « C’est une approche au jour le jour, de match en match. J’ai eu des discussions avec des gars comme (Thomas) Chabot et (Colin) White, ainsi que (Magnus) Paajarvi. Un gars comme (Ryan) Dzingel continue de grandir. Nous allons chercher à contrôler ce qu’on peut contrôler, pas parce que nous ne sommes pas où on veut être au classement ou parce que les gens pensent qu’on ne peut pas se qualifier pour les séries. On doit contrôler ce que l’on peut contrôler, et grandir là où on peut grandir. Tout a de l’importance, autant pour maintenant que pour plus tard. Oui, on fait des essais, on donne des chances à de jeunes joueurs de prendre de l’expérience, mais on veut aussi gagner chaque match », estime Boucher.

« D’autres gars vont obtenir les minutes qui allaient à Mark (Stone). Il est un gars difficile à remplacer, c’est certain », a dit Smith.

Trois victoires pour Boucher

L’entraîneur-chef des Sénateurs Guy Boucher est demeuré dans la capitale au cours de la fin de semaine de congé de ses joueurs, mais il ne s’est pas caché dans son bureau pour tenter de trouver des solutions aux problèmes de son club. Il s’est plutôt transformé en partisan pour ses deux filles et son fils. «C’était une bonne sensation de pouvoir les encourager, je ne peux pas le faire souvent. Ils avaient tous des matches, j’ai une fille qui joue au soccer et l’autre au hockey alors que mon gars joue au hockey aussi. Les trois ont gagné leurs matches, et mes deux filles ont compté en plus. C’était un bon week-end», a-t-il raconté à son retour au travail lundi.