Mark Stone a inscrit deux buts, samedi, dans la victoire de 5-2 des siens face aux Jets de Winnipeg.

Stone reste bien concentré

L’espace d’un après-midi, les questions concernant l’avenir de Mark Stone avec les Sénateurs d’Ottawa ont pu être mises sur la glace samedi pendant qu’il savourait sa contribution de deux buts dans un gain de 5-2 contre le club de son patelin, les Jets de Winnipeg.

Ces derniers pourraient bien le convoiter, tout comme le centre Matt Duchene (un but et une passe dans ce match), sur le marché des échanges en tant que « joueurs de location ». À condition évidemment que les deux piliers de l’attaque de la troupe de Guy Boucher, qui ont tous deux atteint le cap des 25 buts samedi, ne parviennent pas à s’entendre sur les modalités d’une prolongation de contrat avec le directeur général Pierre Dorion.

Les informateurs du réseau Sportsnet ont laissé entendre en soirée samedi que les Sénateurs s’attendent à avoir des réponses claires de la part des deux parties au cours de la prochaine semaine. Dorion a besoin de savoir très bientôt s’il mettra ses deux meilleurs compteurs – ainsi que l’attaquant Ryan Dzingel qui a aussi compté contre les Jets – sur le marché des transactions, alors qu’il ne reste plus que deux semaines avant la date limite du 25 février pour les échanges dans la LNH.

Duchene aurait une offre pour un pacte de 8 ans à 8 millions $ par saison sur la table selon les rumeurs courant à ce sujet.

Selon la plupart des observateurs, Stone devrait commander un salaire encore plus élevé que le contrat d’un an de 7,3 M$ qu’il avait accepté l’été dernier juste avant de passer en arbitrage salarial. Le « C » du capitaine pourrait venir en prime avec sa signature au bas d’un contrat.

Les deux victoires d’affilée des Sénateurs, contre les puissants Jets et les pauvres Ducks d’Anaheim, étaient un retour du balancier, selon Stone.

« Nous avons été dans tous les matches pendant la majorité de la saison, à part pour une débandade à Buffalo [revers de 9-2 en novembre]. Nous avons joué avec ardeur lors de la plupart des matches et on s’est donné une chance de gagner, sauf qu’on n’arrivait pas à gravir la pente. Lors des deux derniers matches, nous avons fait du bon travail pour prendre les devants et garder nos avances », a-t-il souligné.

Stone prend les difficultés de son club, qui occupe toujours le dernier rang du classement général malgré ces gains, très à coeur. « Mon trio [avec les recrues Brady Tkachuk et Colin White] passe par des moments difficiles. Mais on commence à revenir à ce qu’on faisait au milieu décembre quand nous étions à notre meilleur », a-t-il noté.

Son doublé de samedi n’a pas été réalisé à leurs côtés, cependant. Il a compté son premier en faisant une présence sur le quatrième trio avec Chris Tierney et Rudolfs Balcers, qui ont préparé celui-ci de belle façon. Son deuxième a été compté lors d’un avantage numérique, sur une passe de Thomas Chabot.

« C’est bon d’obtenir quelques présences de plus avec ces gars-là, Rudy [Balcers] commence vraiment à trouver ses jambes et Tierney distribue bien la rondelle tout en jouant sur les 200 pieds de la glace », a noté Stone, qui est toujours en quête d’un premier tour du chapeau après 14 matches de deux buts.

Concentration

L’entraîneur-chef Guy Boucher a encore noté samedi à quel point ses trois joueurs au coeur des rumeurs ne se laissent pas déranger par celles-ci, comme le reste du club d’ailleurs.

« On ne gère pas cette situation, on n’en parle pas. C’est du bruit à l’extérieur, nous, on parle de comment on va jouer, qui va jouer avec qui et qui est sur le jeu de puissance. Toutes ces considérations n’aident pas un joueur à bien jouer. Je sais que c’est votre travail [les médias] d’en parler, et moi, mon travail est complètement à l’opposé. C’est de contrôler ce qui se passe sur la glace, et les joueurs ont été extrêmement professionnels. Je n’ai vu aucun changement dans leur approche et on ne veut définitivement pas changer ça », a-t-il indiqué.

+

FIN D'UNE LÉTHARGIE

La traversée du désert a pris fin samedi pour Zack Smith.

L’attaquant à caractère défensif des Sénateurs n’avait pas compté à ses 22 matches précédents avant de secouer les cordages dans la victoire de 5-2 contre Winnipeg, après avoir été alimenté sur le flanc gauche par son centre Jean-Gabriel Pageau. Son dernier but remontait au 11 décembre dernier contre Nashville.

« C’était une bonne sensation. Pager et [Magnus] Pääjärvi m’ont refilé plusieurs rondelles alors que je fonçais au filet, mais j’ai soit raté le filet, ou je n’ai pas été en mesure de capter leurs passes. Ça a fait du bien quand la dernière chance a rentré », a-t-il raconté après coup.

Plus important encore que ce sixième but cette saison pour le vétéran est le travail que son trio a effectué pour museler la première ligne des Jets pivotée par Mark Scheifele. Lui et Pageau ont passé plus de 18 minutes sur la patinoire, et Pääjärvi près de 16. Ce dernier avait compté deux buts dans la défaite à Toronto jeudi dernier, à chaque fois sur des passes de Pageau.

« Ils ont deux trios qui sont dangereux chaque fois qu’ils sont sur la glace. On a eu une présence où on les a vus l’un après l’autre parce que nous étions embouteillés dans notre zone. Nous avons réussi à les garder à l’extérieur et Nilsson a fait de gros arrêts. Je n’ai jamais été aussi soulagé de rentrer au banc à la fin d’une présence », a-t-il relaté.

Les défenseurs Mark Borowiecki et Christian Jaros, ce dernier réintégrant l’alignement après une absence de deux matches en raison d’une blessure au bas du corps, leur ont donné un fier coup de main à la ligne bleue également, a noté l’entraîneur-chef
Guy Boucher.

« Ils ont un très gros premier trio, ils sont robustes et ils sont habiles. On a déjà utilisé ce duo contre des équipes qui ont des premiers trios plus gros, et ça a rapporté encore une fois. Ces deux gars-là s’impliquent, ils sont rapides et ils comblent rapidement l’écart les séparant de l’adversaire », a-t-il souligné. Boucher a noté récemment que le retour de Pageau s’était avéré une bonne affaire
pour Smith.