Mark Stone a a été particulièrement dominant dans les deux derniers mois à Binghamton.

Stone brise la glace à pleine vitesse

Mark Stone le reconnaît d'emblée. À pareille date, l'an dernier, il n'aurait «probablement» pas été capable de marquer un but de cette manière.
La rondelle se trouvait aux pieds de Josh Gorges, sur la ligne bleue du Canadien de Montréal. Il a frappé le disque juste assez fort pour lui permettre de faire un petit bout de chemin en zone offensive. Il a donné trois ou quatre bonnes enjambées pour se détacher de Gorges. Il a maintenu sa vitesse assez longtemps pour garder Douglas Murray à distance. Arrivé devant le filet, il a pu décocher un tir du revers qui a surpris Carey Price.
Ainsi, l'espoir des Sénateurs d'Ottawa qui possédait toutes les qualités requises - sauf la vitesse - a usé de vitesse pour briser la glace dans la Ligue nationale de hockey.
«Je n'aurais peut-être pas été capable de marquer ce but l'an dernier. Je crois sincèrement avoir gagné une fraction de seconde. En fait, je n'ai pas vraiment eu le choix. Je n'ai pas tellement amélioré ma vitesse, mais ma force d'accélération est plus grande», dit-il.
Les journalistes hauts perchés sur la galerie de la presse ne sont pas les seuls qui l'ont remarqué. Depuis son poste, derrière le banc, Paul MacLean a noté la progression.
«Mark s'est amélioré parce qu'il a joué davantage. Il est allé chercher de l'expérience dans la Ligue américaine, ça paraît. Cela dit, il a fait de gros efforts avec notre spécialiste du power skating, Marc Power, au cours des trois dernières années. Sa force d'accélération lui a permis de se détacher de ses adversaires à plusieurs reprises samedi», a noté l'entraîneur.
Stone était sur la patinoire lors de deux des quatre buts de son équipe, samedi, au Centre Bell.
Lors de la séquence qui a mené au deuxième but, il n'a pas eu besoin d'utiliser sa vitesse. Pas du tout, même. En prolongation, il n'a eu qu'à se planter dans l'enclave devant le filet du Tricolore. Il faisait son travail de sentinelle à merveille lorsque Clarke MacArthur a marqué le but qui a permis aux Sénateurs de signer une quatrième victoire consécutive.
Direction Binghamton?
«Nous aurions probablement pu utiliser Stone davantage durant les trois premières périodes parce qu'il avait vraiment bien joué, reconnaît MacLean. En prolongation, avec notre plan de match, nous avions besoin d'un gros joueur qui était prêt à se planter devant le filet adverse. C'était nécessaire parce que Price sortait de façon agressive de son filet. Je me suis tourné vers Stoner en lui disant que j'avais une mission spéciale à lui confier.»
Malgré ses bonnes performances, Stone pourrait être contraint de retourner à Binghamton prochainement.
Il a été rappelé par mesure d'urgence, à quelques heures du Nouvel An, afin de combler le vide laissé par les blessés Jason Spezza et Chris Neil.
Les deux membres du noyau de leaders n'ont pas fait le voyage à Montréal, ce week-end. Ils devraient cependant grimper dans l'avion qui mènera l'équipe à Denver, cet après-midi.
Spezza devrait être de la partie contre l'Avalanche du Colorado, mercredi. Si Stone doit lui céder sa place, il retournera à Binghamton avec l'impression d'avoir laissé une bonne impression.
«Samedi, je crois bien que j'ai joué mon meilleur match dans la LNH», estime-t-il.
«Vous avez bien vu mon visage quand j'ai marqué ce premier but. C'est quelque chose que je n'oublierai jamais.»