Victime d'une commotion cérébrale pendant le camp d'entraînement de l'an passé, Mark Stone a su éviter les blessures jusqu'à présent.

Stone assume son rôle de leader

La première fin de semaine du camp d'entraînement des Sénateurs d'Ottawa a pris fin sans qu'il y ait de « stupidité », terme employé par l'entraîneur-chef Guy Boucher pour rappeler la mise en échec de Patrick Sieloff qui avait causé la dernière commotion de Clarke MacArthur l'an dernier au camp, notamment.
Il n'y a qu'un joueur régulier, Ryan Dzingel, qui a pris le chemin de l'infirmerie en raison d'une élongation musculaire mineure à l'aine. À part ça, les parties simulées ont été sans grande histoire, même si ce même Sieloff, un défenseur des mineures, a cinglé une des vedettes de l'équipe, Mark Stone, assez fort pour fracasser son bâton lors du match intraéquipe disputé dans le cadre de la Fête des partisans de dimanche au Centre Canadian Tire.
Stone et quelques autres vétérans, comme Dion Phaneuf, Cody Ceci, Bobby Ryan et Jean-Gabriel Pageau, ont quitté la rencontre quelques instants plus tard, Boucher voulant les ménager alors qu'ils prendront part au premier match du calendrier hors-concours, lundi soir avec la visite des Maple Leafs de Toronto au même endroit.
Victime d'une commotion cérébrale au premier jour du camp de l'an passé, Stone était heureux d'être passé à travers ces trois premiers jours de camp sans anicroche. Et il était aussi content de pouvoir confirmer un secret bien mal gardé, soit qu'il héritera cette saison du titre d'assistant-capitaine que portait Chris Neil jusqu'à l'an dernier, Kyle Turris demeurant l'autre adjoint au capitaine Erik Karlsson.
« Je pense qu'on m'a dit que je l'avais (le 'A'), vous en savez plus que moi à ce sujet », a-t-il répondu quand Le Droit lui a demandé confirmation de ce qui avait été vu jeudi par le chroniqueur du Droit, Sylvain St-Laurent, la lettre brodée sur son chandail pour les photos officielles du club.
« J'ai déjà été un capitaine chez les juniors, ce qui est différent quand tu joues avec des hommes plutôt que des enfants. En même temps, je pense que je joue de la bonne façon et j'ose croire que les gars respectent ça. Je veux prendre un pas en avant en tant que leader, montrer non seulement aux gars de l'équipe, mais aussi à ceux qui sont au camp comment on fait les choses ici. Mon rôle ne change pas, je veux juste continuer à grandir dans celui-ci », a ajouté Stone.
Une évolution naturelle
La saison dernière, Boucher avait fait changer son meilleur ailier de place dans le vestiaire, le sortant d'un coin pour qu'il soit en plein milieu de la chambre, juste à côté de Chris Kelly et Chris Neil. « Il est un joueur qui m'a aidé à grandir comme joueur, dit Stone au sujet de Neil, le vétéran dur à cuire qui n'a pas été remis sous contrat par Ottawa cet été. Il était toujours là pour me protéger sur la glace, je me sentais en sécurité avec lui autour. J'ai beaucoup de respect pour lui. »
Boucher a indiqué qu'il ne s'attend pas à ce que Stone essaie d'en faire plus parce qu'il va porter une lettre sur son chandail. « Dans son cas, ce n'est qu'une évolution naturelle. Ce n'est pas parce qu'il est un bon joueur (qu'il est désigné comme assistant-capitaine), c'est parce qu'il est un joueur de caractère qui doit absorber beaucoup de pression. L'an passé n'était pas le bon moment parce que je ne connaissais pas les gars, et des joueurs comme lui et Turris ont grandi. Ils sont devenus ce que nous voulons être en tant que groupe, ils représentent ça. Ce ne sera pas une pression supplémentaire, il est rendu là comme personne et comme joueur », affirme-t-il.
Auteur de 22 buts et 54 points en 71 matches la saison dernière, Stone dit qu'il n'a pas fait plus attention lors des premiers jours du camp que d'habitude. « Je suis toujours un joueur qui est conscient de ce qui se passe autour de lui, je n'encaisse pas trop de grosses mises en échec. Les parties de camp sont toujours un peu mélangées, la glace n'est pas belle donc la rondelle est bondissante. Ce qui est arrivé l'an passé est arrivé, c'est une nouvelle année », soulignait-il.
Une nouvelle année qui commence mieux que la dernière, lui qui avait commencé lentement après avoir raté la majorité du camp d'entraînement.
En bref
Des coupes bientôt
L'entraîneur-chef Guy Boucher a laissé entendre qu'après les deux parties hors-concours de lundi et mardi contre les Maple Leafs, au CCT et au Air Canada Center, respectivement, il procédera aux premiers retranchements du camp.
En fait, outre des joueurs qui pourraient retourner chez les juniors, il sera surtout question de la formation de deux groupes.
«Les gens vont penser qu'il y aura un groupe de la LNH et un de la Ligue américaine, mais ce ne sera pas exactement ça. Certains vont pratiquer avec le groupe B juste parce qu'on ne peut pas avoir trop de gars sur la glace pour que nos gars de la LNH aient leurs répétitions... Après mardi, les gars qui seront encore là (avec le groupe A) seront ceux qui ont une chance légitime de faire le club», a-t-il dit dimanche. 
Des éloges pour Formenton
Boucher a été particulièrement élogieux envers Alex Formenton, le choix de deuxième ronde du club en juin dernier qui s'est illustré en fin de semaine par sa vitesse, autant sur patin que par son exécution. «Il y a des gars qui cognent à la porte et il est un de ceux-là. Il a été excellent le week-end dernier (au tournoi des recrues) et chaque jour au gros camp, il est plus impressionnant. Il n'a que 18 ans, mais c'est ce qu'on recherche, quelqu'un qui peut suivre le rythme. On n'en pas encore au rythme de la LNH cependant, c'est plus au rythme du junior, des rangs collégiaux et de la Ligue américaine. Les vrais matches vont permettre de voir ceux qui sont capables de suivre le rythme de la LNH», a dit le pilote québécois.
Formenton appartient aux Knights de London.
Entre les lignes
Boucher a l'intention d'utiliser Thomas Chabot du côté droit lundi, poste qu'il a occupé aux côtés de Dion Phaneuf par moments en fin de semaine.
«Dans notre système, les défenseurs à droite sont ceux qui vont récupérer la rondelle, alors que ceux à gauche jouent de façon plus robuste. On veut lui donner les meilleures chances de succès en jouant selon ses forces», a dit Boucher... Celui-ci n'avait pas déterminé la rotation de gardiens qu'il entendait utiliser lors des deux parties.
«Tout ce que je sais, c'est qu'Andy (Craig Anderson) ne viendra pas à Toronto. Il va soit jouer un demi-match lundi, ou pas du tout», a-t-il noté.
Fredrik Claesson a marqué l'unique but du match intraéquipe de dimanche, sur des passes de Logan Brown et Francis Perron, dans un gain de 1-0 des Rouges contre les Blancs.