Henrik Lundqvist, Ryan Sproul et Marian Gaborik constatent le but de Johnny Oduya. Contrairement à Oduya, Zack Smith n’est pas parvenu à marquer mais il a récolté deux passes dans la victoire des Sénateurs.

Smith placé en vitrine

À une semaine de la date limite des transactions, toutes les décisions d’une organisation comme les Sénateurs d’Ottawa sont analysées en détail.

L’attaquant Zack Smith est certes un des joueurs les plus susceptibles de changer d’adresse d’ici lundi prochain, et quand son entraîneur l’insère sur son premier trio aux côtés de Derick Brassard et Mark Stone comme il l’a fait depuis une dizaine de jours, même s’il n’a compté que quatre buts cette saison, les observateurs ne peuvent que se demander s’il n’est pas placé en vitrine pour qu’il paraisse bien.

L’entraîneur-chef Guy Boucher affirme cependant que c’est pour des raisons bien plus simples que ça qu’il a placé Smith aux côtés de ses deux habiles attaquants, à la place de Ryan Dzingel, refoulé sur un quatrième trio malgré ses 15 buts avant de devoir s’absenter pour des raisons familiales (il rejoindra le club mardi à Chicago, son patelin, a-t-il indiqué dimanche).

«Ces gars-là ont besoin d’un joueur qui a de la drive. Tout le monde veut voir des joueurs d’habiletés ensemble, mais non, vous avez besoin de deux gars qui jouent avec ardeur par ligne. Si vous avez deux gars qui sont softs avec un joueur qui est solide, le joueur solide devient plus mou. Quand on a ces trois gars-là ensemble, ils jouent tous les trois avec ardeur», a dit Boucher lors de la pratique des siens au lendemain d’un gain de 6-3 contre les Rangers de New York au Centre Canadian Tire.

Brassard a mené l’attaque lors de cette rencontre avec un but et deux passes, alors que Stone et Smith ont récolté deux points chacun (un but et une passe pour le premier, deux passes pour le second).

Le centre gatinois qui disputera son 700e match en carrière lundi à Nashville n’a pas laissé une rondelle reçue en pleine gorge gâcher un match qui avait bien commencé pour lui. Le tir de Johnny Oduya qui a dévié sur une jambière l’a laissé avec une bonne ecchymose près de la pomme d’Adam, et une voix très rauque.

«Je l’ai reçue (la rondelle) sur le côté de la gorge et ça a comme squeezé, pendant une dizaine de secondes, je n’étais pas capable de respirer et j’ai paniqué un peu. Je n’étais pas capable d’avaler non plus, mais c’est revenu avec le temps... Comme équipe, je trouve qu’on fait plus de jeux présentement, on a plus confiance et on a de la belle chimie sur nos trios, enfin. Les gars se complètent bien sur tous les trios et nos défenseurs sont actifs et appuient bien l’attaque», a-t-il indiqué.

Brassard a réitéré samedi que les rumeurs de transactions le concernant ne le dérangent pas du tout, que «ça fait partie de la business, j’ai déjà été échangé (deux fois)», a-t-il noté. Boucher dit que ce n’est pas une distraction pour ses joueurs, qui «n’en parlent pas dans la chambre».

Smith a pour sa part passé toute sa carrière avec Ottawa et c’est la première fois qu’il fait l’objet de rumeurs aussi intenses. Âgé de 29 ans, il a un salaire moyen de 3,25 millions $ pour encore trois autres saisons – élevé par rapport à sa contribution offensive (4 buts, 16 passes) – qui en fait un candidat idéal pour une transaction avec un club qui recherche de la robustesse et de la polyvalence à l’approche des séries.

«Mon travail en jouant est d’utiliser ma vitesse pour faire reculer les défenseurs et ensuite leur donner la rondelle avec de l’espace», a souligné Smith.

MELNYK SE NOMME PRÉSIDENT

La nouvelle n’a pas été confirmé officiellement par l’équipe, mais les Sénateurs d’Ottawa ont apparemment un nouveau président et chef de la direction : le propriétaire Eugene Melnyk. Celui-ci a confirmé sa « nomination », avancée vendredi dernier par le Ottawa Citizen, dans un courriel envoyé à ce même quotidien en fin de semaine. 

« Oui (c’est vrai). Il y a beaucoup de travail à faire et je veux rendre ça amusant ! Il y a beaucoup de bon monde dans notre organisation », a-t-il écrit. Melnyk viendrait remplacer jusqu’à nouvel ordre Tom Anselmi, qui a quitté ses fonctions occupées depuis à peine un an il y a deux semaines. 

Un des premiers gestes du propriétaire/président aura été d’envoyer des lettres suscitant des renouvellements aux détenteurs d’abonnements saisonniers, renouvellements qui comportent des hausses du prix des billets pour la saison 2018-2019. 

Melnyk a déjà été le président et chef de la direction de sa compagnie pharmaceutique, Biovail, entre 1989 et 2007, quittant la direction de celle-ci quand la Securities and Exchange Commission des États-Unis a amorcé une enquête sur ses pratiques financières. 

Celle-ci a mené à une amende de 10 millions $, entre autres pénalités pour avoir distribué de fausses informations sur les revenus et bénéfices de la compagnie.