Zack Smith était à son poste contre les Blackhawks après avoir été soumis au ballottage plus tôt cette semaine.

Smith a bien encaissé le coup

La décision de soumettre le nom de Zack Smith au ballottage ne sent pas bon.

Le joueur lui-même l’a illustré en racontant comment sa journée de mercredi a commencé, alors qu’il attendait de savoir à midi s’il serait encore un membre des Sénateurs d’Ottawa, ce qui s’est finalement produit.

« Ça a commencé à 6 h du matin par mon chien qui s’est fait arroser par une mouffette avant de sauter dans notre lit. C’était un bon début de journée, je me suis dit : “Ça va en être une bonne” », a raconté Smith sarcastiquement jeudi midi, de retour dans le vestiaire du club au Centre Canadian Tire après un entraînement matinal tenu au Sensplex et avant le vol de l’équipe vers Chicago pour le match disputé en soirée.

Dans une entrevue avec TSN diffusée pendant le match, le DG Pierre Dorion a affirmé qu’il avait voulu envoyer un message à son joueur ainsi qu’à toute l’équipe avec cette décision qui fait jaser dans la capitale, alors que la plupart des partisans pensent qu’il s’agissait plutôt d’une tentative de se départir d’un contrat trop lourd (3,25 millions $ par an pour encore trois saisons).

« C’est probablement la discussion la plus difficile que j’ai jamais eue avec un joueur. Zack est une personne de caractère, il est le cœur et l’âme de ce vestiaire, mais en même temps, c’est relié à sa performance, a déclaré Dorion. On savait que nous devions laisser l’équipe savoir qu’on n’accepterait pas ce qui est arrivé l’an dernier, incluant comment Zack a joué, et on espérait que ce message se rendrait dans la chambre. »

Auteur de seulement cinq buts en 2017-2018, après des campagnes de 25 et 16 buts lors des deux précédentes, l’attaquant de 30 ans est passé par toute la gamme des émotions pendant les 24 heures où son nom a été soumis au ballottage, ce qui aurait pu permettre à n’importe quelle autre des équipes de la LNH d’obtenir ses services sans rien offrir en retour.

« Je suis passé par toutes les émotions. Je ne le croyais pas d’abord, je refusais d’y croire et ensuite j’ai été fâché, et j’ai ressenti tout ça en même temps. C’est difficile de saisir ce qui se passe, personne ne veut se retrouver dans cette situation. Tu te questionnes sur ta valeur, sur son habileté à jouer au hockey. C’était difficile à cet instant-là (quand Dorion lui a annoncé la décision mardi matin), mais quand je suis arrivé à la maison, ma femme (Brittany) a été très positive. Elle m’a permis de me centrer et j’ai eu deux jours de congé pour passer du temps avec notre nouveau bébé, donc il y a aussi eu du positif. C’était une journée stressante, je suis content que ce soit terminé », a relaté Smith, qui a apprécié les nombreux messages de soutien de ses coéquipiers et d’autres joueurs à travers la ligue.

À son retour dans le giron de l’équipe jeudi, il a indiqué avoir eu de bonnes discussions avec les dirigeants de l’équipe. « En parlant aux entraîneurs et même à Pierre (Dorion), ce n’est pas qu’ils ne veulent pas m’avoir ici, c’est que je dois jouer à la hauteur de mon contrat. Ça fait partie de la business, c’est comme n’importe quel autre emploi dans le monde. Je sais que je dois être meilleur que l’an passé, qui a été la pire saison de ma carrière. C’est ma responsabilité », a-t-il dit.

N’empêche que pour un joueur qui n’a connu qu’une seule organisation, être traité de cette façon à l’aube d’une nouvelle campagne où il espérait rebondir peut être déstabilisant. « Il y a une question de fierté pour tout athlète professionnel. C’est ma 11e année dans l’organisation. J’aurais souhaité que ça ait une plus grande signification, mais comme je l’ai dit, ils n’ont rien fait de mal. Pierre avait le droit de faire ce qu’il a fait, c’était sa décision et ça me va. Je suis prêt à passer à autre chose », a ajouté Smith, qui a dit ne pas avoir craint d’être cédé au club-école de Belleville. Il a aussi mentionné n’avoir « aucune idée » si le club entend l’échanger au cours des prochaines semaines.

+

BOUCHER HEUREUX DE RETROUVER SMITH

Ça peut paraître plutôt paradoxal, mais après ses deux jours de congé forcé pendant qu’il était soumis au ballottage, Zack Smith a réintégré l’alignement des Sénateurs en se retrouvant au centre d’un de leurs deux premiers trios, entre Brady Tkachuk et Mark Stone, jeudi soir à Chicago.

D’un côté, le DG Pierre Dorion a tenté de donner son vétéran de 30 ans qui a rendu de fiers services à son équipe, alors que de l’autre, l’entraîneur-chef Guy Boucher lui offre encore un rôle important. Ce dernier n’a pas été surpris par cette décision de son patron et il a laissé entendre jeudi qu’ils demeurent sur la même longueur d’onde.

« Pierre est responsable du personnel des joueurs et je suis responsable des joueurs qui sont ici. C’est comme ça que les décisions sont prises. Parfois vous devez vivre en comprenant le gros portrait et je ne suis pas responsable du gros portrait. Je suis responsable du petit portrait. Je dirige les joueurs que nous avons et je suis très heureux que “Smitty” soit de retour », a commenté Boucher à ce sujet.

« Comme tout le monde l’année dernière, nous voulons être meilleurs et je m’inclus là-dedans. Que ce soit moi, “Smitty” ou un autre membre de notre équipe, nous voulons être meilleurs dans ce que nous faisons bien. C’est le message que nous voulons passer », a aussi indiqué le pilote qui entame la dernière année de son contrat.

Boucher a dit que sa rencontre avec Smith à son retour dans le giron du club a été très courte. « Nous sommes heureux qu’il soit de retour, il est heureux de l’être. On a attendu de voir pendant 24 heures et c’est tout. Il revient au poste où il était lundi ainsi qu’au premier jour du camp. On continue d’avancer », affirme-t-il.

Boucher a réitéré qu’il voulait insérer Smith aux côtés de Tkachuk afin de le protéger. « Quand nous avons perdu (Jean-Gabriel) Pageau, ma première pensée était que si on mettait Tkachuk avec Stone et que ça “cliquait”, ce qui est le cas, on aurait besoin de quelqu’un au centre pour former ce jeune. Il va devoir composer avec l’aspect physique du jeu et de l’intimidation, et on pense que “Smitty” excelle à ce niveau », a-t-il expliqué.