Jack Skille était au courant des plans de reconstruction des Sénateurs l’été dernier, mais ça ne l’a pas empêché d’accepter leur offre de tenter sa chance avec eux dans le cadre d’un essai professionnel.

Skille veut revenir dans la LNH

Un club qui s’embarque dans un mouvement de jeunesse n’est probablement pas idéal pour un vétéran qui se rapporte à leur camp d’entraînement en quête d’un contrat.

Jack Skille était au courant des plans de reconstruction des Sénateurs l’été dernier, mais ça ne l’a pas empêché d’accepter leur offre de tenter sa chance avec eux dans le cadre d’un essai professionnel.

«Vancouver avait dit la même chose lorsque je me suis taillé un poste avec eux sur un P.T.O. («professionnal try-out»). Si j’ai appris une chose pendant ma carrière professionnelle, c’est que rien n’est décidé avant le dernier jour du camp. Je suis ici maintenant, je vois qu’il y a une opportunité et je n’abandonne pas, je vais aller sur la glace pour prouver que je suis un joueur de la LNH», a confié Skille avant d’affronter les Blackhawks vendredi soir, lui qui avait été un choix de première ronde (troisième au total) en 2005.

L’ailier droit américain de 31 ans a joué pour les Canucks lors de la saison 2016-2017, sa cinquième équipe en huit ans dans la LNH, après Chicago, la Floride, Columbus et le Colorado. Après Vancouver, il a pris le chemin du Bélarus, passant la saison dernière avec le Dynamo de Minsk, dans la KHL.

«J’ai eu une bonne expérience de vie là-bas, ça s’est bien passé (11 buts, 25 points en 41 matches). Mais mentalement, je n’étais pas prêt à tourner la page sur la LNH. J’ai eu un bon été d’entraînement et quand Ottawa m’a offert une chance, j’ai décidé de l’accepter. Je ne veux pas avoir de regrets plus tard», note-t-il.

Au Colorado, où il a joué avec Matt Duchene, il s’était aussi taillé un poste grâce à un essai au camp. «C’est un joueur de profondeur de rêve. Il est un rapide patineur, il a un excellent lancer. Avec l’Avalanche, il jouait moins de 10 minutes par match mais il avait quand même compté huit buts. Il peut être très utile au sein d’une jeune équipe. Ce n’est pas moi qui prends les décisions, mais en étant au camp, il nous donne une bonne option», a dit le centre.

L’entraîneur-chef Guy Boucher n’a pas voulu en dire beaucoup sur les chances de Skille, qu’il a utilisé avec les jeunes Filip Chlapik et Alex Formenton vendredi soir, de rester avec son club. «Il doit juste être meilleur que nos joueurs», a-t-il souligné.