L’attaquant d’Orléans, Scott Sabourin, sera du match inaugural des Sénateurs contre les Leafs à Toronto mercredi.

Scott Sabourin affrontera les Leafs

Ce n’est pas Mark Borowiecki qui va se plaindre que Scott Sabourin se soit taillé un poste avec les Sénateurs contre toute attente.

Le vétéran défenseur aime bien l’idée d’ajouter un joueur local à la formation de la capitale nationale, mais surtout, il endosse l’idée d’ajouter un autre redresseur de torts, ce qui va lui permettre de lâcher les gants moins souvent.

«C’est bien, je commence à être un vieil homme, je ne me battrai plus aussi souvent», a-t-il blagué lundi, lui qui a été le troisième meilleur compteur de son club pendant la présaison avec quatre passes en quatre parties.

«C’est bien. De nos jours, la robustesse est une affaire d’équipe, tout le monde le dit. Si vous avez une bande de gars qui jouent avec ardeur et de façon physique, qui sont prêts à y aller à tout moment, je pense que ça peut te mener loin», a-t-il ensuite ajouté plus sérieusement.

À LIRE AUSSI : «Scott Sabourin, le protecteur», la chronique de Sylvain St-Laurent

Originaire d’Orléans, Sabourin s’est fait remarquer pendant le calendrier préparatoire en renversant l’ancien Sénateur Ben Harpur il y a deux semaines, ce qui lui a valu de faire le voyage en Colombie-Britannique, puis d’obtenir un contrat d’un an signé vendredi dernier alors qu’il était un simple invité au camp.

Vétéran de sept saisons dans les mineures, l’ancien des Generals d’Oshawa, où il a été dirigé par D.J. Smith, a su quand il a signé ce contrat qu’il allait amorcer la campagne dans la LNH.

«Ce sont des moments super excitants. Je suis heureux de finalement être rendu ici, je vais tenter de vivre ça au jour le jour, a déclaré l’ailier de 27 ans lundi. ‘Smitty’ me l’a mentionné, c’est une chose d’atteindre la Ligue (nationale de hockey), mais le plus difficile, c’est d’y rester. Je vais travailler et voir comment je peux contribuer ici... Ça fait longtemps que j’attends ce moment, ça va être exaltant. Je suis certain que je vais avoir de l’énergie embouteillée au fil de mes sept années dans les mineures qui va vouloir sortir. J’espère que les jambes et la tête vont travailler ensemble et que je vais offrir une bonne performance.»

Smith a confirmé dès lundi que Sabourin sera de l’alignement contre les Leafs, lui qui s’était fait remarquer notamment parce qu’il avait dérangé au point où le centre vedette Auston Matthews avait regardé dans son dos pour apprendre son nom, une vidéo qui a rapidement fait le tour de la planète hockey.

«Je savais qu’il était tough, mais il a prouvé qu’il peut faire de l’échec avant et créer de l’action, en plus de garder certains gars loin de (Brady) Tkachuk, permettant à certains de nos gars de jouer au hockey. Tu ne peux pas jouer dans la LNH juste parce que tu es robuste cependant, et j’ai trouvé qu’il était capable de suivre le rythme», a commenté Smith, qui devrait l’utiliser sur un quatrième trio avec Jean-Gabriel Pageau et Filip Chlapik ou Mikkel Boedker.

«Il fait un travail difficile, les gens ne réalisent pas à quel point ce l’est... Dans la Ligue américaine, tu es dans l’autobus et tu regardes l’alignement adverse en sachant que tu devras te battre contre des gars de l’autre bord, ça amène beaucoup d’anxiété sans que ça amène beaucoup de gloire (comme dans la LNH). Je suis content pour lui, il travaille depuis longtemps pour ça, je le connais un peu parce qu’il patine avec nous l’été depuis quelques années», a noté Borowiecki, qui se souvient l’avoir affronté à sa dernière année à Binghamton (la première de Sabourin à Manchester).

Sabourin, qui habite présentement chez sa sœur à Kanata (elle a un jeune enfant de cinq mois), a révélé en passant lundi qu’il se débrouille en français, étant issu d’une famille bilingue et étant allé à l’école en immersion française avant d’aller à Oshawa pour jouer son hockey junior. «Je ne me sens pas assez à l’aise pour donner une entrevue en français, mais je vais travailler là-dessus», a-t-il indiqué.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Abramov a été malchanceux

L’entraîneur-chef D.J. Smith a confirmé lundi que la commotion cérébrale de l’ancien Olympique Vitaly Abramov a nui à ses chances de se tailler un poste sur l’alignement de départ de son club. « Il a connu un excellent camp, mais il a été blessé et c’est difficile de rester avec une équipe quand tu ne peux pas jouer tous les matches. Je m’attends à ce qu’il connaisse une grosse année et il va cogner à la porte ici à un moment donné », a dit Smith au sujet du petit attaquant russe.

***

Brown « très proche » de la LNH selon Smith

Au sujet du centre Logan Brown, une autre des trois dernières coupes de l’équipe en fin de semaine, Smith a souligné qu’il est « passé très proche. Je pense qu’on aurait pu le garder ici, c’est certain. Il aurait pu jouer moins de minutes à l’aile en raison des quatre centres que nous avons ici. Mais je pense que pour le développement de Logan, il vaut mieux qu’il aille se développer “en bas” (à Belleville). Il va avoir une chance de dominer là-bas. Il va jouer dans la LNH éventuellement, c’est juste une question de temps pour lui », estime-t-il.

***

Entre les lignes

Concernant le défenseur Christian Jaros, rétrogradé à Belleville après avoir joué toute la saison dernière dans la LNH, Smith a dit que le Slovaque de 23 ans « est un gros bonhomme, très fort, qui va être un bon joueur, mais je pense qu’il a besoin de descendre dans les mineures pour jouer beaucoup et avoir la rondelle sur son bâton. C’est bien de pouvoir se défendre, mais il faut aussi pouvoir passer la rondelle. Quand il va prendre confiance avec elle, il va être un très bon joueur »... Du côté de Belleville, le gardien Joey Daccord a été retranché lundi et se rapportera donc au Beast de Brampton, dans la ligue East Coast. Marcus Hogberg et Filip Gustavsson seront donc les gardiens des petits Senators pour commencer la saison. Daccord fera équipe avec l’ancien de la LHJMQ Alex Dubeau.