Eugene Melnyk

Salaires des joueurs: Melnyk veut dépenser... dans deux ans

TORONTO - Ça ne l’aidera probablement pas à convaincre Matt Duchene et Mark Stone de rester avec son club en reconstruction, mais Eugene Melnyk a profité d’un passage à Toronto mardi soir pour révéler son intention de dépenser plus d’argent en salaires aux joueurs d’ici un an ou deux.

Pendant le match de mercredi contre les Leafs, les Sénateurs ont envoyé un communiqué de presse pour révéler ce que le propriétaire des Sénateurs a promis à un groupe d’environ 200 commanditaires corporatifs de l’équipe lors d’une soirée tenue au Temple de la renommée du hockey.

Pendant sa présentation, Melnyk a indiqué que du côté hockey des opérations de son club, «l’attente est que le plan de reconstruction des Sénateurs va prendre une autre saison ou deux, mais lorsque le directeur général (Pierre Dorion) va confirmer que les Sénateurs ont tous les morceaux de la fondation en place, il a pris l’engagement suivant : les Sénateurs seront ‘all-in’ à nouveau pour une période de cinq ans de succès sans parallèle -- où l’équipe planifie de dépenser près du plafond salarial de la LNH chaque année entre 2021 et 2025», peut-on lire dans le communiqué. 

Melnyk a aussi réitéré que «la présente reconstruction des Sénateurs est un plan pour ramener la coupe Stanley à son domicile, à Ottawa».

Les Sénateurs sont actuellement 7 millions $ sous le plafond salarial de 79,5 M $ de la LNH, mais cela comprend plus de 12 millions $ versés à quatre joueurs qui ne sont pas sur leur alignement, soit les blessés à long terme Clarke MacArthur et Marian Gaborik, ainsi que Mike Condon et Dion Phaneuf.

Melnyk est à Toronto cette semaine pour des séances de médiation avec son partenaire John Ruddy concernant le projet de développement des plaines LeBreton, alors que la Commission de la capitale nationale a donné jusqu’au 28 février au juge Warren Winkler. Son club a jusqu’au 25 février pour tenter d’en arriver à des ententes avec Duchene, Stone et Ryan Dzingel, sinon ils devront être échangés pour ne pas les perdre pour rien au marché des agents libres le 1er juillet prochain.