Natif d'Ottawa, l'attaquant des Bruins Ryan Spooner a de beaux souvenirs reliés au Centre Canadian Tire, où il s'est assis pour regarder plusieurs matchs. Mais il n'est pas un admirateur des Sénateurs pour autant.

Ryan Spooner face à l'équipe qu'il n'aime pas

Ryan Spooner n'est pas un grand admirateur des Sénateurs. « Ils appliquent un système de jeu défensif 1-3-1. C'est plutôt ennuyant », grogne-t-il.
Le centre de petit gabarit des Bruins a grandi à Ottawa. Ça lui fait un peu drôle d'être de retour chez lui pour vivre une première expérience dans les séries de la coupe Stanley.
« J'ai de beaux souvenirs associés au Centre Canadian Tire. Quand j'avais une dizaine d'années, j'ai regardé quelques matches de la finale de la coupe Stanley dans la Zone Rouge », raconte-t-il.
Il n'était pas non plus un fan du club de Daniel Alfredsson à ce moment-là.
« Dans ce temps-là, je faisais partie d'un club de hockey mineur de niveau AAA qui portait les couleurs des Sénateurs. Je portais mon chandail. Je faisais un peu semblant d'aimer Ottawa. »
« Enfant, j'étais un fan des Habs », lance-t-il avec bravade.
Spooner a la chance d'être un joueur important en séries. La porte lui est grande ouverte.
Tout au long de la saison, l'ancien des Petes de Peterborough a rempli le rôle de troisième centre à Boston.
L'opportunité de passer plus de temps sur la patinoire s'est présentée lorsque son coéquipier David Krejci a déclaré forfait juste avant le début des séries.
Spooner sera de nouveau appelé à évoluer dans le deuxième trio, samedi.
Une blessure mystérieuse forcera Krejci à rater un deuxième match d'affilée.
« Nous aurions aimé qu'il participe à l'entraînement de vendredi. Ça ne s'est pas produit. Il n'a pas patiné depuis quatre jours, maintenant. Ce n'est pas une situation facile. Nous allons continuer à travailler avec lui dans le but de l'aider à effectuer un retour le plus rapidement possible », explique l'entraîneur-chef des Bruins, Bruce Cassidy.
Ce n'est pas une légère perte. Au cours de la dernière décennie, l'ancienne vedette tchèque des Olympiques de Gatineau s'est bâti une réputation de solide compétiteur en séries.
Il a été le meilleur marqueur des Bruins lorsqu'ils ont remporté la coupe Stanley en 2011. Il a répété cet exploit deux ans plus tard, lorsqu'ils ont atteint la finale pour s'incliner devant les Blackhawks de Chicago.
En son absence, Spooner devrait jouer une fois de plus avec les expérimentés David Backes et Drew Stafford.
Mercredi, ce trio fut plutôt discret.
« J'ai joué avec Backie pendant un mois et demi, cette saison. J'ai aussi eu Staff comme partenaire de trio pendant quelques matches. Je pense qu'on connaîtra du succès si on se contente de faire les choses simplement », commente le centre.
MORROW EST PRÊT
Bruce Cassidy pourrait avoir à modifier légèrement sa formation en prévision du match numéro deux.
Le défenseur Colin Miller, qui s'est blessé mercredi à la suite d'une collision avec Mark Borowiecki, a essayé de s'entraîner vendredi. Ça n'a pas été très concluant.
S'il ne peut pas jouer, samedi, Joe Morrow le remplacera.
Beau défi en perspective pour ce réserviste qui n'a pas disputé un seul match depuis le 22 janvier dernier.
« Je patine quand même chaque jour. Je ne suis pas rouillé du tout », jure-t-il.
S'il joue, Kevan Miller sera son partenaire.
« Il y a quelques années, ces deux-là formaient un duo très fiable dans la Ligue américaine », rappelle l'entraîneur.