Le défenseur Marc Méthot et l'attaquant Bobby Ryan

Ryan n'est pas trop nerveux

Bobby Ryan a célébré la fête des Pères en famille, dimanche matin. Il a ensuite rejoint des copains dans un club de golf, dans le coin perdu de l'Idaho où il se réfugie durant la saison morte.
En milieu d'après-midi, quand il a répondu à l'appel du Droit, il n'avait pas encore eu le temps de consulter la liste de protection des Sénateurs d'Ottawa, en prévision du repêchage d'expansion.
« Je sais que je n'y suis pas inscrit. Notre directeur général m'a passé un coup de fil, samedi, pour m'en informer. »
« Disons que je n'étais pas vraiment surpris », a-t-il indiqué.
Le DG, Pierre Dorion, n'a surpris personne. Il a opté pour le modèle lui permettant de protéger sept attaquants, trois défenseurs et un gardien.
Craig Anderson, Derick Brassard, Cody Ceci, Ryan Dzingel, Mike Hoffman, Erik Karlsson, Jean-Gabriel Pageau, Dion Phaneuf, Mark Stone et Kyle Turris sont assurés de ne pas être réclamés par les Golden Knights de Vegas, cette semaine.
Les joueurs qui n'ont pas obtenu cette protection ne réagissent pas tous de la même façon.
Bien conscient qu'il fait partie des meilleurs défenseurs disponibles, Marc Méthot s'avoue nerveux.
Ryan ? Au terme de sa ronde de golf, il a ramené une carte de 72.
Il s'agit de sa meilleure partie à vie.
Ça en dit long sur ses états d'âme du moment.
« Disons que je m'attends à revenir à Ottawa la saison prochaine. J'ai eu quelques conversations avec Pierre, avec mes agents... Sans trop vouloir vendre la mèche, disons simplement que je ne suis pas nerveux », commente l'attaquant de 30 ans, qui touche un salaire annuel de 7,25 millions $ US.
Il est sous contrat jusqu'en 2022.
« Avec mon salaire, je ne devrais pas être un joueur trop attrayant pour un club d'expansion », se répète-t-il.
Ryan a pourtant prouvé qu'il était encore capable de jouer du bon hockey durant les dernières séries de la coupe Stanley. En inscrivant 15 points en 19 parties, il a été le deuxième joueur le plus productif de son équipe, derrière le capitaine Karlsson.
« Ma valeur a possiblement augmenté un peu, reconnaît-il. A-t-elle augmenté au point de me rendre vulnérable ? J'en doute. Les dirigeants à Las Vegas vont regarder mon âge, mon salaire annuel, la durée de mon contrat. Ils vont ensuite consulter mes statistiques de la saison régulière. J'ai marqué 12 buts et j'ai récolté seulement 25 points. Ils ne voudront sans doute pas prendre de chances avec un gars comme moi. »
Une transaction ?
Méthot, contrairement à Ryan, vient de connaître une des meilleures saisons de sa carrière. Il touche un salaire annuel plus raisonnable : 4,9 millions $ US. Il sera joueur autonome sans compensation en 2019.
Des observateurs commençaient même à murmurer, dimanche, qu'il pourrait devenir le premier capitaine de l'histoire des Knights.
Dorion pourrait tenter de conclure une transaction avec son homologue du Nevada, George McPhee, de façon à ne pas perdre un des membres de son top-4 défensif.
« Je vais tenter de lui passer un coup de fil pour discuter avec lui. Pour tout ce qu'il nous apporte sur la patinoire, et à l'extérieur de celle-ci, je ne veux certainement pas le perdre comme coéquipier », dit Ryan.
Les autres joueurs les plus attrayants des Sénateurs sont des défenseurs de soutien. Mark Borowiecki, Fredrik Claesson et Chris Wideman sont tous les trois disponibles.
Dorion a également choisi de laisser les vétérans ailiers Alexandre Burrows et Clarke MacArthur sans protection.
Les joueurs protégés
Gardien
• Craig Anderson
Défenseurs
• Cody Ceci
• Erik Karlsson
• Dion Phaneuf
Attaquants
• Derick Brassard
• Ryan Dzingel
• Mike Hoffman
• Jean-Gabriel Pageau
• Zack Smith
• Mark Stone
• Kyle Turris
Joueurs admissibles au repêchage
Gardien
• Andrew Hammond
Défenseurs
• Mark Borowiecki
• Fredrik Claesson
• Marc Méthot
• Chris Wideman
Attaquants
• Alexandre Burrows
• Christopher DiDomenico
• Clarke MacArthur
• Bobby Ryan