Les joueurs des Sénateurs d’Ottawa ont sauté sur la glace pour la première séance d’entraînement dirigée par le nouvel entraîneur-chef D.J. Smith, vendredi.

Ryan jumelé à Anisimov au camp des Sénateurs

Il est beaucoup question du mouvement jeunesse des Sénateurs d’Ottawa à l’ouverture de leur camp d’entraînement, mais dans le chemin de leurs espoirs, il y a des vétérans avec d’importants contrats qui veulent conserver leurs postes tout en encadrant la relève le mieux possible.

Bobby Ryan est certes du nombre, lui qui demeure le plus haut salarié du club (7,25 millions $ pour encore trois ans) alors qu’il amorce sa septième saison dans la capitale.

Pour la première journée sur glace du camp dirigé par le nouvel entraîneur-chef D.J. Smith, il s’est retrouvé aux côtés de deux vétérans obtenus cet été par le DG Pierre Dorion, le centre Artem Anisimov et l’ailier droit Tyler Ennis dans ce qui pourrait bien être le troisième trio du club.

L’ancien compteur de plus de 30 buts à Anaheim, qui a maintenant 32 ans, a été impressionné par la première séance d’entraînement dirigée par Smith, lui qui faisait partie d’un premier groupe qui a tenu deux entraînements d’une quarantaine de minutes.

« J’ai trouvé que le rythme était incroyable, il (Smith) a mis l’accent là-dessus dès le départ. Nous avons été chanceux d’avoir cet entraînement au lieu de participer au match simulé. On a pu sortir le hockey d’été de notre corps, commencer à faire différentes choses reliées à notre système de jeu », a affirmé Ryan après coup.

L’auteur de 15 buts et 42 points en 78 parties la saison dernière alors qu’il a enfin été épargné par des blessures aux mains pense que son rôle ne changera pas trop cette saison par rapport aux années passées. « On ajoute des jeunes depuis un an et demi environ. Il y a eu tellement de mélodrames autour de notre club récemment que les jeunes étaient un peu moins sous les projecteurs, mais là, ils vont se retrouver en plein centre. Mon rôle ne change pas, c’est de jouer, mais aussi d’aider ces gars-là à se sentir à l’aise, les appuyer alors qu’ils vont prendre le contrôle du club d’ici une couple d’années », a dit Ryan.

Ce dernier a parlé de son trio de vendredi comme étant « la ligne des vieux » et il voit du potentiel en celle-ci.

Anisimov a parlé aux médias pour la première fois depuis son acquisition de Chicago en retour de Zack Smith à la mi-juillet et il a avoué sa surprise d’avoir été échangé. « J’étais un peu en état de choc. Mais après une couple de jours, j’étais excité de venir à Ottawa. Je sais que c’est une équipe très jeune et je veux l’aider à gagner des matches. Je pense que le poste de centre numéro un est ouvert et on va se battre pour ça pendant le camp. Le meilleur va l’obtenir », a-t-il souligné.

Anisimov donne aux Sénateurs un premier attaquant russe depuis le court passage de Nikita Filatov (9 matches) en 2010-2011 (en oubliant le seul match joué par Vitaly Abramov l’an dernier), alors que Nikita Zaitsev sera leur premier défenseur russe depuis Sergeï Gonchar en 2012-2013.

« C’est bien qu’on soit quelques joueurs russes, ça va me permettre de parler ma propre langue. Les dernières années, je n’avais personne avec moi, mais j’ai appris l’anglais pour pouvoir vous parler », a dit le centre de 6’ 4’’ et 198 livres originaire de Yaroslavl. Informé de la fin de cette longue disette de joueurs russes à Ottawa, il a rétorqué : « C’est bien, les Russes sont de bons joueurs ! »

+

LAJOIE DE RETOUR DANS LE PORTRAIT

Maxime Lajoie est de retour avec le sourire aux lèvres au début du camp des Sénateurs.

L’arrière franco-albertain qui avait causé une surprise en se taillant un poste l’an dernier, Guy Boucher l’aimant tellement qu’il l’avait inséré dans son top-4 aux côtés de Cody Ceci, a retrouvé la santé après avoir raté la deuxième moitié de la saison en raison d’une opération pour une hernie sportive.

Il est passé à travers la journée des tests physiques jeudi et les premiers entraînements sur glace vendredi sans éprouver de problème avec le bas de son ventre.

« Tout tient comme il faut. J’ai eu un bon été d’entraînement, les thérapeutes des Flames m’ont aidé beaucoup pendant que j’étais à Calgary. Tout est beau, je suis à 100 %, a-t-il rapporté après l’entraînement du premier groupe. C’est plate que ma saison ait fini comme ça, mais j’avais besoin de prendre soin de mon corps. Je suis content que tout est rétabli et je suis prêt pour le camp. »

Lajoie avait lancé sa carrière dans la LNH de retentissante façon, avec un but et une passe à son premier match, avant d’ajouter deux buts et une passe à son quatrième. Mais il a ralenti pour finir avec sept buts en 56 parties, avec un différentiel de moins-25, amenant le club à le rétrograder à Belleville, où il n’a joué que trois parties avant de déclarer forfait.

L’absence de son bon ami Christian Wolanin pour les quatre prochains mois lui ouvre à nouveau une porte. « Avec un nouveau coach, tout le monde a la même opportunité... C’est plate pour Wolanin, un de mes meilleurs amis, mais ça ouvre une autre position », a ajouté Lajoie, qui a formé un duo avec son ancien partenaire à Belleville, Christian Jaros, vendredi.

« Il a eu une blessure sérieuse l’an passé et c’est ça le hockey, tu dois refaire tes preuves chaque jour. Il a eu une bonne première journée », a dit D.J. Smith à son sujet.