Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Rob Murphy avait été rapatrié dans son patelin par l’entremise du repêchage d’expansion de 1992.
Rob Murphy avait été rapatrié dans son patelin par l’entremise du repêchage d’expansion de 1992.

Rob Murphy a ouvert la voie

Marc Brassard
Marc Brassard
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Jean-Gabriel Pageau a été le dernier joueur de l’Outaouais à porter les couleurs des Sénateurs l’an dernier, avant d’être échangé aux Islanders de New York. Qui sera le prochain? Difficile à prédire alors qu’il n’y en a aucun dans le système de développement des espoirs.

On sait quel joueur a été le premier a ouvert la voie pour les Pageau, Derick Brassard et Alexandre Picard en tout cas: Rob Murphy avait été rapatrié dans son patelin par l’entremise du repêchage d’expansion de 1992, la nouvelle équipe d’Ottawa espérant qu’il parvienne à faire le saut dans la LNH pour de bon alors qu’il s’était promené entre les Canucks de Vancouver, dont il avait été un choix de deuxième ronde en 1987, et Milwaukee, dans la Ligue américaine.

Au sein d’une collection de vétérans au bout du rouleau pour la plupart, l’Aylmerois d’origine n’avait pas réussi à entrer dans les bonnes grâces de l’entraîneur-chef Rick Bowness lors de la saison inaugurale. Avec un club qui n’a gagné que 10 de ses 84 matches, il n’avait joué que 44 parties, amassant trois buts et sept passes avant d’être cédé au club école qui était alors situé à New Haven. Il n’aura joué que huit autres parties dans la LNH, l’année suivante avec les Kings de Los Angeles, passant le reste de sa carrière dans la Ligue internationale et en Allemagne.

Mais près de 30 ans plus tard, Murphy est encore fier de faire partie de l’équipe des Anciens Sénateurs, quand elle a l’occasion de jouer, mais surtout de travailler pour l’organisation en tant que dépisteur professionnel. Il est de retour avec eux depuis trois ans, après un premier séjour dans le même rôle au début des années 2010 pendant quatre ans, avant qu’il ne suive son bon ami Tim Murray quand il est allé diriger les Sabres de Buffalo.

«J’étais bien content quand ils m’ont choisi au repêchage d’expansion, je m’y attendais un peu parce que l’année précédente, on avait vu Jim Nill (alors dépisteur professionnel du club, maintenant d.g. à Dallas) souvent à nos matches à Milwaukee. J’espérais qu’ils auraient un intérêt et ça a fonctionné. Malheureusement, ça n’a pas a marché aussi bien que j’aurais voulu, j’aurais aimé avoir une meilleure chance de me faire valoir. Ça reste que c’était une époque excitante, toute la région d’Ottawa-Gatineau était excitée d’avoir du hockey de la LNH. Je ne regrette pas d’en avoir fait partie», confiait-il cette semaine.
En sa qualité de recruteur, Murphy a apprécié la dernière génération de joueurs du coin à avoir porté les couleurs de son club. «Quand on parle de joueurs comme Pageau, (Mark) Borowiecki et (Marc) Méthot, ce sont de bons joueurs, mais ce sont aussi des joueurs de caractère. Pageau et ‘Boro’ sont partis, mais ils vont probablement revenir vivre dans la région, comme bien des anciens de l’équipe le font», souligne l’ancien des Frontaliers de l’Outaouais (ancêtres de l’Intrépide midget AAA de Gatineau).