Les Oilers célèbrent le premier but d'Ales Hemsky (83) en avantage numérique, à la fin de la première période. En milieu de deuxième période, Hemsky a remis ça pour son deuxième du match et son 9e de la présente campagne.

Revers des Sénateurs contre les Oilers

Ce fut d'abord et surtout la soirée d'Ales Hemsky. Dans ce qui pourrait bien être son dernier match dans l'uniforme des Oilers d'Edmonton, mardi soir, l'ailier tchèque a marqué deux buts.
Ses deux buts ont cependant permis aux Oilers de battre les Sénateurs d'Ottawa 3-2 en temps réglementaire.
Il s'agit de la première victoire des Oilers, à domicile, contre les Sénateurs depuis 2004.
Cette victoire leur permet aussi de balayer leur série de deux parties contre l'équipe de la capitale fédérale en 2013-14.
Si les Sénateurs devaient rater les séries éliminatoires, on se souviendra qu'ils ont été battus deux fois en temps réglementaire par la pire formation de l'Association Ouest.
Et si c'était la défaite qui les écartaient, définitivement, de la course?
«J'espère sincèrement que ce ne sera pas le cas», a tranché Jason Spezza, auteur du premier but dans la défaite.
«La beauté de la chose, c'est que nous avons un autre match à jouer dans quelques heures à Calgary. À cette période de l'année, il faut penser aux matches qu'il nous reste, pas à ceux qui ont été disputés dans le passé», a pour sa part soutenu Erik Karlsson, après avoir marqué le deuxième but de sa formation en troisième période.
Jordan Eberle a été l'autre marqueur, hier soir. En début de troisième période, il a inscrit celui qui a fait la différence aux dépens de Craig Anderson.
Étrangement, Hemsky n'avait encore jamais marqué un seul but contre les Sénateurs. En 10 parties, il avait été limité à huit mentions d'aide.
On a l'impression que l'ancienne star des Olympiques de Hull a été impliqué dans des rumeurs de transaction chaque année depuis son arrivée dans la LNH.
Cette fois, on dirait bien que ça y est.
À 30 ans, alors que s'achève la 11e saison de sa carrière, il s'apprête à quitter l'équipe qui l'a sélectionné au premier tour du repêchage amateur de 2001.
«J'essaie de ne pas y penser parce que je ne serais pas content de partir. C'est la seule organisation que j'ai connue», a-t-il tenu à souligner durant une entrevue qui a été réalisée au premier entracte, après son premier but.
Il est cependant dur de ne pas y penser, étant donné que la vente de feu des Oilers a officiellement débuté quelques heures avant le match.
Le gardien Ilya Bryzgalov a été le premier à quitter. L'ailier Ryan Smyth et le défenseur Nick Schultz pourraient aussi s'en aller.
Bryzgalov est parti parce que Ben Scrivens a clairement été identifié comme le nouveau gardien titulaire à Edmonton. Il a même paraphé un nouveau contrat de deux ans en début de semaine.
À la lumière de sa performance d'hier soir, force est de constater qu'il s'agit d'une bonne décision.
«Oui, il a été solide, mais je crois que nous aurions pu lui rendre la vie encore plus difficile. Nous avons lancé souvent vers son filet, mais je crois que nous aurions pu lancer encore plus souvent. Nous avons laissé passer trop de belles opportunités de lancer», dit Bobby Ryan.
Ce dernier a terminé le match avec ses complices de la première moitié de saison, Clarke MacArthur et Kyle Turris.
Scrivens a été à son meilleur quand ça comptait. Il a effectué quelques beaux arrêts en début de match alors que ses coéquipiers tardaient à se mettre en marche.
Il restait huit minutes et 20 secondes à écouler à la première période lorsque les Oilers ont obtenu leur premier tir au but de la partie.
Moins occupé en deuxième période, il s'est signalé à quelques reprises en troisième lorsque le club visiteur cherchait désespérément à combler l'écart.
Il a frustré Spezza plus d'une fois. Malgré la défaite, le capitaine des Sénateurs a disputé un de ses meilleurs matches de la saison.