Artem Anisimov n’en veut pas aux Blackhawks de Chicago de l’avoir échangé aux Sénateurs d’Ottawa.

Retrouvailles en vue pour Anisimov et les Blackhawks

Il va être assez bizarre de voir Zack Smith dans le beau chandail blanc des Blackhawks de Chicago mardi soir au Centre Canadian Tire.

L’honnête attaquant qui a joué 612 parties en 11 saisons dans l’uniforme des Sénateurs effectuera son retour dans la capitale en tant que centre du quatrième trio des Hawks. À ce titre, il risque de se retrouver face à face avec le joueur contre lequel il a été échangé un contre un le 16 juillet dernier, Artem Anisimov.

« Évidemment que j’ai hâte de les affronter. C’est toujours amusant de jouer pour la première fois contre une ancienne équipe, peu importe où ça se produit », a-t-il laissé entendre lundi.

Anisimov ne tient pas trop rancune aux Hawks de l’avoir expédié à Ottawa, même après avoir connu trois saisons de 20 buts et plus dans la Ville des Vents. Il s’attendait à être échangé « parce qu’ils avaient besoin d’espace (sous le plafond salarial », a-t-il dit.

L’ancien des Rangers et des Blue Jackets de Columbus, qui fait 4,55 M$ cette saison et l’an prochain, fait effectivement plus que Smith (3,25 M$ jusqu’en 2021 également). Il dit se plaire avec les Sénateurs, où il fait partie d’un nouveau contingent russe avec Nikita Zaitsev, Vladislav Namestnikov et maintenant le Letton Rudolfs Balcers. Les deux derniers forment d’ailleurs un nouveau trio de l’ancienne URSS avec lui depuis le match de samedi contre Montréal.

« J’aime beaucoup mon trio de l’Union soviétique, on peut se parler dans notre langue et personne ne comprend ce qu’on a l’intention de faire sur la glace, où on va aller. C’est bien, c’est un bon avantage. Par le passé, dans la LNH, je n’ai jamais joué avec plus qu’un autre Russe », a-t-il indiqué.

D.J. Smith pense que son vétéran centre de 31 ans joue du meilleur hockey. Celui qui est maintenant remis d’une blessure à l’aine, qui l’a ralenti en début de campagne, a huit buts et seulement deux passes à sa fiche en 27 matches.

« Il a été bon récemment, il trouve des moyens de compter. Il est un gars plus âgé, donc lors des séquences de deux matches en deux soirs, il est parfois un peu moins bon. Mais il réussit un ou deux beaux jeux par match, et il est toujours intelligent. En jouant contre son ancien club, avec qui il a connu plusieurs bonnes saisons, j’imagine qu’il va être prêt à jouer (mardi). Il est un vrai pro, qu’il joue 12-13 minutes ou qu’il en joue 17-18. Il se présente pour travailler chaque jour, c’est dommage qu’il ait été blessé au début de la saison », estime-t-il.

Pour ce qui est des anciens coéquipiers de Smith, qui a eu des difficultés à s’adapter à Chicago (2 buts, 9 points en 39 matches) alors qu’il a été retranché à quelques reprises, Mark Borowiecki en est un qui a hâte de se retrouver dans un coin avec lui.

« Il est un compétiteur. Nous avons toujours été des amis proches, mais lors des entraînements, on avait nos accrochages. Il est un joueur honnête qui va aller à la guerre pendant un match, et c’est la même chose lors des entraînements. C’est le genre de gars que vous voulez avoir dans votre équipe parce qu’il travaille tellement fort et il donne l’exemple de cette façon. Je suis certain qu’ils (les Hawks) sont contents de l’avoir et vous devez savoir lorsque vous êtes sur la glace avec lui que le niveau d’effort va être élevé. J’ai été repêché la même année que lui, mais il s’est amené chez les pros plus tôt que moi et il était mon modèle pour ce qui est de l’éthique de travail en arrivant dans l’organisation », a souligné Borowiecki.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

L’enfer de Borowiecki

Le défenseur Mark Borowiecki sera en mesure de revenir à la ligne bleue des Sénateurs mardi après avoir raté les deux derniers matches en raison d’un virus qui l’a affaibli lorsque l’équipe est passée par Detroit à la fin de la semaine dernière. « J’ai passé 48 heures difficiles, ce virus m’a frappé et on dirait qu’il a empiré progressivement. Je pensais rater un entraînement (jeudi) et être correct le lendemain pour l’entraînement matinal, mais ce soir-là, les choses ont piqué du nez rapidement. Je n’avais plus aucune énergie et le match contre Montréal n’était pas vraiment une option. Je me suis reposé et ça va maintenant, j’ai patiné un peu dimanche et j’ai fait un peu d’exercice, puis je me sentais bien à l’entraînement (lundi) », a-t-il raconté.

Zaitsev de retour

Alors qu’il semblait proche d’un retour au jeu avant le voyage de la semaine dernière à Washington et Detroit, le défenseur Nikita Zaitsev a eu une rechute à l’une ou l’autre de ses blessures (bas et haut du corps, une main dans ce dernier cas) et ce n’est que lundi qu’il est revenu dans le giron de l’équipe, prenant place aux côtés de son « camarade » Borowiecki. « Je n’étais pas certain de sa disponibilité, mais il a eu quelques bonnes journées sur la glace, puis il s’est entraîné (lundi) et il va bien. On voulait qu’il revienne avec la pause du Match des étoiles, j’imagine qu’il va être un peu rouillé, mais... il y a une grande différence dans le nombre de buts qu’on alloue quand Zaitsev est dans l’alignement », a noté D.J. Smith.

Entre les lignes

  • Smith a laissé entendre que le gardien Anders Nilsson prend du mieux alors qu’il se remet d’une commotion cérébrale. Mais il n’est pas question pour lui d’un retour avant la pause qui débutera dimanche. « Il patine et il va mieux... On va lui donner assez de temps pour qu’il revienne à 100 % », a-t-il dit.
  • Smith a refusé de commenter quand il s’est fait demander si Bobby Ryan, qui s’est inscrit au programme de soutien aux joueurs de la LNH à la fin novembre, pourrait revenir bientôt. « C’est entre les mains de la direction et des gens qui s’occupent de lui... Il va être le bienvenu quand il sera à 100 %, même si je sais qu’il est dans les parages », a-t-il déclaré.