L’attaquant de Sénateurs, Bobby Ryan, a subi une commotion cérébrale jeudi dernier lors du match contre les Canadiens de Montréal. Il s’approche d’un retour au jeu et pourrait rejoindre l’équipe à Detroit.

Retour possible de Ryan vendredi à Detroit

DETROIT — Après une séquence de trois parties en quatre jours et avant d’en commencer une autre similaire, les Sénateurs d’Ottawa ont essayé de reprendre un peu leur souffle mercredi en débarquant à Detroit.

Au lendemain de son revers de 3-1 à Nashville, la formation de la capitale nationale a tenu un entraînement optionnel pour neuf patineurs et le gardien substitut Mike McKenna sur la glace du Little Caesars Arena, les autres joueurs passant du temps en gymnase ou, dans certains cas, à l’infirmerie.

« Ce n’est pas facile présentement. Nous avons six blessés, oui, mais il y en a quatre ou cinq autres qui jouent même s’ils sont amochés et je n’en parle pas », a commenté l’entraîneur-chef Guy Boucher.

Celui-ci avait laissé entendre après la défaite contre les Predators pour amorcer ce voyage qu’il était possible que son club obtienne du renfort pour le match de vendredi contre les Red Wings de Detroit, et il tenait les mêmes propos mercredi, identifiant l’attaquant Bobby Ryan comme étant un joueur qui pourrait s’amener au Michigan pour donner un coup de main à l’équipe.

Ryan a subi une commotion cérébrale jeudi dernier contre Montréal et à peine sept jours plus tard, il devait passer son test de référence mercredi et dans l’éventualité d’un résultat positif, il pourrait pratiquer avec l’équipe jeudi.

« Avec Bobby, c’est plus clair (qu’avec les autres blessés) parce qu’il s’agit d’une commotion. Quand il a le feu vert, il peut revenir. C’est ce que j’espère, mais ce que j’espère et la réalité, c’est souvent différent», a-t-il ajouté.

Un peu plus tard, l’attaquant Paul Carey était rétrogradé à Belleville, et pendant leur match à Laval, le DG Pierre Dorion a dit en entrevue à la radio que Ryan a «de très bonnes chances» de jouer vendredi, alors que Christian Jaros pourrait revenir samedi à Montréal. Le défenseur Mark Borowiecki (main) devra pour sa part attendre à la semaine prochaine, tandis qu’un retour hâtif n’est pas dans les cartes pour les centres Matt Duchene (aine) et Jean-Gabriel Pageau (tendon d’Achilles), et pour le défenseur Dylan DeMelo.

Dans le contexte, Boucher n’est pas surpris de voir que certains de ses jeunes joueurs qui sont appelés à jouer plus que d’habitude avec tous les absents éprouvent certaines difficultés. L’excellente recrue Brady Tkachuk, qui n’a pas compté à ses sept derniers matches, semble notamment avoir frappé un mur. « Le rythme de la LNH devient de plus en plus rapide, jour après jour. Il faut être à son meilleur chaque jour », avait indiqué Tkachuk avant d’affronter les Predators mardi, lui qui a obtenu congé de pratique mercredi.

« Quand des gars vont revenir, ça va enlever un peu de pression des jeunes, qui ne ressentiront pas autant de pression sur eux. La ligne est fine entre leur donner du temps de glace et des responsabilités, et leur en demander trop. C’est difficile, sinon impossible, de naviguer ça avec plusieurs blessés. On tient pour un bout de temps, puis on manque de jus, comme après notre excellente première période mercredi où on a limité Nashville à deux chances de marquer chez eux », estime Boucher.

Le vétéran Mikkel Boedker notait que les jeunes joueurs du club « sont capables d’augmenter leur jeu d’un cran, ils ont été fantastiques tout au long de la saison... Leur jeune énergie est excellente pour nous et on en va en avoir besoin pour la suite. Les choses ne vont qu’aller en étant plus dures, les matches seront encore plus difficiles. On le sait et ils vont le découvrir par eux-mêmes », a-t-il souligné.

+

POSTE EN DANGER POUR DRAKE BATHERSON, DIT BOUCHER

DETROIT — Après un départ canon à sa carrière dans la LNH, Drake Batherson est un autre jeune attaquant des Sénateurs qui en arrache à l’heure actuelle.

Alors qu’il a été blanchi à ses six derniers matches ainsi qu’à 10 de ses 11 derniers, et qu’il est toujours en quête d’un premier point à l’étranger depuis son rappel de Belleville, Guy Boucher a évoqué pour la première fois mercredi la possibilité d’une éventuelle rétrogradation du produit de la LHJMQ âgé de 20 ans.

En l’absence de son centre attitré Matt Duchene, qui l’avait aidé à compter un but dès son premier match et à récolter cinq points à ses trois premières parties, celui-ci a peine à se démarquer.

« C’est plus dur sur la route pour lui. Ce qui est bon, c’est qu’il ne nous fait pas mal, dans le sens qu’on regarde sa production et des fois, les jeunes n’ont pas de production et ils en arrachent défensivement, ils nous font donc mal. Lui, dans son cas, il joue bien défensivement. Il ajoute une bonne valeur, surtout maintenant qu’il nous manque des gars », a-t-il commenté.

« C’est certain qu’on va continuer d’évaluer où il en est et on va regarder voir si on aime mieux le garder ici ou non. En ce moment, c’est sur qu’on en a besoin. Mais après ça, prochainement, on va voir sa production et qui est revenu, où on en est. Comme on fait avec tous les jeunes. On n’a pas peur de prendre une décision, qu’il reste ou qu’il s’en retourne. Ça va dépendre ce qui est le mieux pour lui et où on en est avec le nombre de joueurs qu’on a dans l’alignement. Mais comme jeune, présentement, il travaille très fort et il joue bien défensivement. En attaque, il n’a pas produit, mais il a des chances et tant qu’il a des chances, ça va. Mais ça peut changer, dans trois jours, on peut être emballés, ou le contraire », a ajouté Boucher.

Dans les six derniers matches où il a été blanchi, l’ancien de l’Armada de Blainville-Boisbriand et des Screaming Eagles du Cap-Breton n’a obtenu que quatre tirs au but et il a présenté un différentiel de moins-2. Sa fiche totale est de trois buts et quatre passes en 14 parties.