Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L'espoir de Sénateurs, Logan Brown
L'espoir de Sénateurs, Logan Brown

Retour peu convaincant de Logan Brown

Martin Comtois
Martin Comtois
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Cinq de ses coéquipiers de la saison dernière à Belleville évoluent dorénavant dans la LNH.

Josh Norris, Drake Batherson et Alex Formenton se retrouvent avec le grand-club à Ottawa tandis que Vitaly Abramov a été promu au sein de l’équipe de réserve. Ajoutez au groupe Rudolfs Balcers, maintenant dans le top 6 chez les Sharks de San Jose.

À quand le tour du grand et énigmatique Logan Brown?

Certains diront: quand il se mettra à produire. D’autres répliqueront avec: quand le centre de six pieds six pouces sera en santé.

Le choix de première ronde des Sénateurs en 2016 a disputé seulement sept parties depuis le début de cette saison écourtée dans la Ligue américaine, se retrouvant sur la liste des blessés à deux reprises. Il avait participé à 25 matches, l’année précédente, récoltant quand même 28 points.

Jusqu’ici, Brown ne montre que deux points. Deux maigres mentions d’aide, dont une amassée mercredi contre le Rocket.

C’était sa deuxième sortie depuis son plus récent retour au jeu. Il avait été blanchi samedi à Calgary contre le Heat de Stockton.

Rien pour mousser un éventuel rappel de cet espoir dont la valeur ne cesse de dégringoler.

Logan devra trouver le moyen de rester en santé s'il veut connaitre du succès chez les professionnels.

L’entraîneur-chef Troy Mann s’est montré diplomate quand on lui demande d’évaluer le rendement du joueur âgé de 23 ans.

«Si on recule à samedi, le fait qu’il a pu compléter le match sans que sa blessure refasse surface était un point positif. Je ne crois pas que ce soit juste d’évaluer le Logan Brown que je dirige depuis trois ans sur ce seul match. L’important, c’est qu’il a pu terminer cette partie en santé», a affirmé Mann, mercredi, après le revers contre le Rocket.

«Ce soir, il jouait mieux au fur et mesure que le match progressait. On l’a plus remarqué en troisième période. C’est un joueur offensif. Il a besoin de la rondelle pour se démarquer et effectuer des jeux offensifs.»

Brown ne pourra pas reprocher au coach de ne pas lui offrir toutes les chances possibles afin de retrouver son élan. À un certain moment, on lui a offert les deux ailiers les plus offensifs et dynamiques de l’équipe en Egor Sokolov et Angus Crookshank.

Une expérience qui a duré que quelques présences avant que Mann se rende à l’évidence.

«Les trois (joueurs) ont passé beaucoup de temps en zone défensive. C’est pourquoi j’ai apporté d’autres changements», a expliqué l’entraîneur.

Disons que Brown ne passera jamais pour une version 2021 de Guy Carbonneau dans son propre territoire.

En revanche, il a connu ses meilleurs moments sur le jeu de puissance, préparant le but de Crookshank avec une belle passe.

«Logan peut bâtir sur ce match-ci, a avancé Mann. Ce n’est pas facile pour lui d’obtenir des points depuis le début de la saison. Quand tu es un joueur à caractère offensif, tu veux ton nom sur la feuille de pointage. Il a obtenu une mention d’aide ce soir. Espérons que ça aidera sa confiance.»