Kyle Turris affrontera ses anciens coéquipiers, jeudi, au Centre Canadian Tire.

Retour émotif en vue pour Turris

Un peu plus de trois mois après l’échange qui a secoué la planète LNH, Kyle Turris sera de retour dans la capitale nationale jeudi pour affronter les Sénateurs d’Ottawa pour la première fois.

Passé aux Predators de Nashville dans l’échange à trois clubs qui a amené Matt Duchene du Colorado, le centre qui a passé plus de six saisons à Ottawa devait auparavant faire un détour par Toronto mercredi, pour affronter les Maple Leafs en soirée. Cela lui évitera de faire face aux médias locaux avant le match, à part pour une entrevue avec TSN où il a laissé entendre qu’il ne voulait pas parler des circonstances de la transaction qui l’a sorti du vestiaire des Sénateurs.

« Nous (son épouse Julie et lui) avons adoré Ottawa, j’ai d’excellents souvenirs et je vais avoir beaucoup de plaisir à jouer là. Mais je ne ferai pas de commentaires sur d’autres choses qui sont arrivées dans le passé », a-t-il réitéré aux collègues de Toronto.

L’échange a été conclu le 5 novembre dernier, le même jour où Turris a paraphé une prolongation de contrat de six ans pour 36 millions $ avec Nashville, alors que ses négociations avec les Sénateurs piétinaient. Lors d’un passage à Vancouver au début décembre, Turris avait déclaré à La Presse canadienne que « la direction voulait me faire signer un contrat, mais je pense que le propriétaire (Eugene Melnyk) ne voulait pas. Et ça a été sa décision. » Ce à quoi le DG Pierre Dorion avait répliqué que toutes les décisions hockey lui revenaient, et qu’un contrat de six ans n’avait jamais été discuté avec son agent.

Depuis la transaction, les Sénateurs ont vécu une descente aux enfers, alors que les Predators luttent pour la tête dans l’Association Ouest et la division Centrale. Mais Turris assure qu’il ne retire aucun plaisir à voir ses anciens coéquipiers souffrir. « C’est difficile parce que j’ai encore de bons amis dans l’équipe à qui je parle régulièrement. Tu ne veux pas les voir traverser une telle période... Je regarde toujours le classement et les résultats, voir ce qu’Ottawa a fait. Nous, on est dans une bonne course. Je suis content de m’être joint à un bon groupe, un club avec beaucoup de profondeur », a-t-il dit au sujet des Preadtors, avec qui il a récolté six buts et 23 points en 36 parties avant le match d’hier.

Fortement impliqué dans la communauté, notamment auprès de l’organisation des Capital City Condors (un club pour enfants aux besoins spéciaux), Turris devrait avoir droit à un bel accueil des amateurs et à une vidéo de faits saillants sur l’écran géant du Centre Canadian Tire.

« Ça va être un plus gros match pour lui que pour moi vu qu’il affronte son ancien club, un peu comme moi (contre l’Avalanche) en Suède, estimait pour sa part Matt Duchene, qui a récolté 14 points à ses 14 derniers matches pour s’approcher de la production de Turris (20 points en 38 parties) depuis le troc. Nous n’avons pas été échangés l’un contre l’autre, c’était par un détour qu’on est impliqués dans la même transaction. Il est un excellent joueur qui a eu du bon temps ici. Honnêtement, je n’ai jamais pensé à ça.

Turris pourrait avoir dans les pattes son ancien coéquipier Mark Stone, qui décidera jeudi matin s’il reviendra au jeu après avoir soigné une blessure au genou. « Il a été un morceau important du club pendant les sept ou huit ans qu’il a été ici», a-t-il souligné.