Ray Emery a su rebondir après son départ d’Ottawa.

Ray Emery s’est noyé dans le lac Ontario

On a longtemps cru que Ray Emery avait eu du mal à trouver sa place, dans le monde du hockey, en raison de son attitude bagarreuse et de sa personnalité flamboyante.

Quand on a confirmé son décès, dimanche soir, des dizaines d’anciens coéquipiers se sont pourtant précipités dans les réseaux sociaux pour lui rendre hommage.

« Avant de le rencontrer, je n’avais entendu que de bonnes choses à son sujet. Tout ce qu’on m’avait dit était vrai. Il était extraordinaire. Nous étions tous contents de l’avoir parmi nous, dans le vestiaire. Avec lui, la vie était toujours bien agréable », a écrit l’ancien dur à cuire Paul Bissonnette.

Emery a été son coéquipier dans les ligues mineures.

Des joueurs issus de plusieurs générations ont salué Emery. Claude Giroux, Nick Foligno, James van Riemsdyk, Brian McGrattan, Scott Hartnell, William Nylander et Mike Commodore, notamment, se sont dits honorés d’avoir connu le gardien qui a fait carrière entre 2002 et 2016.

« Avec son sourire et son intelligence, Ray était doté d’une personnalité magnétique. On lui souhaitait toujours d’atteindre son plein potentiel, lorsqu’il traversait les hauts et les bas du hockey professionnel », a commenté le directeur général des Maple Leafs de Toronto, Kyle Dubas.

Ce dernier a côtoyé Emery au début ainsi qu’à la fin de son parcours.

Ils ont travaillé ensemble dans les rangs juniors, à Sault Ste Marie, au début des années 2000. Une quinzaine d’années plus tard, Dubas a donné à Emery sa dernière chance de jouer en Amérique du nord, chez les Marlies de Toronto de la Ligue américaine.

Entre les deux, Emery a surtout laissé sa marque durant son passage tumultueux chez les Sénateurs d’Ottawa.

Il a connu de bons moments. Il était devant le filet de l’équipe lors de sa seule et unique participation à la finale de la Coupe Stanley, en 2007.

Il a également eu de sérieux ennuis. Ses nombreux problèmes à l’extérieur de la patinoire ont poussé le directeur général Bryan Murray à racheter son contrat, à l’été 2008.

Dans un bref communiqué, le propriétaire des Sénateurs, Eugene Melnyk, a offert ses condoléances à la famille.

Emery a su rebondir après son départ d’Ottawa. En 2013, il a remporté la coupe à titre de gardien de buts numéro deux, chez les Blackhawks de Chicago. Cette année-là, il a également remporté le trophée William-Jennings avec son partenaire Corey Crawford.

Il a finalement disputé 287 parties dans la LNH. Il a conservé une fiche cumulative de 145-86-28.

Il a également porté les couleurs des Flyers de Philadelphie et des Ducks d’Anaheim.

Noyade
Ray Emery a participé à un match de hockey caritatif, samedi soir, dans la région de Hamilton, en Ontario.

Il aurait passé la fin de soirée et la nuit avec un groupe d’amis. Vers 6 h 30, il se trouvait dans un bateau accosté au quai du Royal Hamilton Yacht Club. Il aurait décidé de sauter à l’eau pour nager. Selon les informations fournies par la police, il n’est jamais remonté à la surface.

Les premières recherches n’ont pas donné de résultats positifs. Une escouade de recherche nautique de la police du Niagara a été appelée en renfort, en début de journée.

Les causes exactes du décès ne sont pas encore connues. « À l’heure actuelle, nous avons encore beaucoup de travail à faire », a indiqué l’enquêteur Marty Schulenberg, au quotidien Hamilton Spectator.

Ray Emery avait 35 ans.