Randy Lee

Randy Lee plaide non coupable

Le directeur général adjoint des Sénateurs d’Ottawa Randy Lee a plaidé non coupable vendredi à une deuxième accusation de harcèlement déposées contre lui à la cour municipale de Buffalo.

Son avocat Paul Cambria a présenté une requête pour que les accusations contre son client soient abandonnées. Le juge a reporté la cause au 20 juillet afin de débattre la requête, rapporte l’Associated Press.

Cambria a dit que les accusations portées par un jeune homme de 19 ans, qui allègue que Lee l’a touché et a tenu des propos inappropriés, sont «sans fondement». 

Lee, qui est à l’emploi des Sénateurs depuis 23 ans, a été suspendu de son poste le mois dernier, alors que l’événement en question est survenu le 30 mai dernier. L’employé d’un hôtel Westin l’avait ramené d’un restaurant vers les 22 h 30 lorsque l’incident est survenu. Lee a ensuite passé une nuit en prison avant de comparaître une première fois en cour, où il a plaidé non-coupable à la première accusation.

Cambria a dit en cour vendredi qu’il ignorait s’il y avait une caméra vidéo dans la camionnette et il pourrait soumettre une autre requête pour dévouverte.

Le procureur du district d’Erie entend s’opposer aux requêtes.