Le DG adjoint des Sénateurs, Randy Lee, qui était suspendu par l’équipe depuis la mi-juin, a officiellement remis sa démission mardi.

Randy Lee démissionne

Randy Lee devra encore patienter avant de connaître son jugement, mais il a décidé de ne pas faire attendre les Sénateurs d’Ottawa pour la décision d’un juge de Buffalo.

À la fin d’une journée où on a appris que sa prochaine comparution prévue pour mercredi avait été remise au 6 puis au 13 septembre prochain, Lee a remis sa démission de ses postes de directeur général adjoint des Sénateurs ainsi que de DG de leur club-école de la Ligue américaine de hockey, les Senators de Belleville.

Lee avait été suspendu par l’équipe de ces deux postes à la mi-juin après qu’il ait été accusé d’avoir commis du harcèlement à l’endroit d’un employé de 19 ans d’un hôtel de Buffalo qui l’avait ramené d’un restaurant dans le cadre du camp d’évaluation des espoirs de la Ligue nationale de hockey qui y étaient présentés à la fin du mois de mai dernier. Il a plaidé non coupable d’avoir émis des commentaires non appropriés et de lui avoir frotté les épaules sans son consentement. Son avocat a demandé que les accusations contre lui soient rejetées lors de sa dernière comparution, au début juillet.

L’équipe a annoncé qu’il remettait sa démission dans un communiqué de presse après une carrière de plus de 20 ans au sein de l’organisation. On pouvait lire dans celui-ci : « Le processus de recrutement pour trouver son remplaçant est en cours. L’organisation n’émettra aucun autre commentaire à ce sujet. »

Quelques minutes plus tard, Lee a lui-même fait parvenir une déclaration en utilisant un courriel personnel pour expliquer sa décision.

« Mon audience à Buffalo a été reportée au 13 septembre. Alors que mon dossier continuer d’être révisé par la cour, j’aimerais quand même parler de mon avenir avec les Sénateurs, a-t-il commencé. Ma suspension m’a permis de passer plus de temps avec mes proches que jamais auparavant. Au cours des 23 dernières années, ma famille s’est retrouvée sur le siège du passager, ma carrière passant devant. Je veux maintenant me concentrer à les faire passer en premier. »

Lee, qui est âgé de 56 ans, est divorcé et père de trois enfants, a ensuite ajouté : « En même temps, j’ai des obligations envers le club de hockey. Ils ont besoin d’un assistant DG qui peut se consacrer pleinement à la prochaine saison. Je ne suis pas en position de le faire. C’est pourquoi, en consultation avec les Sénateurs et ma famille, j’ai décidé de remettre ma démission comme D.G. adjoint des Sénateurs d’Ottawa et D.G. des Senators de Belleville. »

Lee occupait le poste de DG adjoint depuis cinq ans, ayant été nommé à celui-ci par l’ancien DG.Bryan Murray en même temps que Pierre Dorion, qui a succédé à ce dernier en tant que directeur général il y a deux ans.

Ancien responsable du conditionnement physique des Olympiques de Hull, il avait commencé sa carrière dans un poste semblable avec les Sénateurs peu après qu’ils aient fait leur entrée dans la LNH. Il a gravi les échelons pour devenir responsable du développement des joueurs de l’organisation, avant d’accéder à son ancien poste.

Son avocat dans cette affaire, Paul Cambria, n’a pas voulu commenter sa décision. « Nous ne faisons qu’attendre que le juge rende sa décision quant à notre demande que la cause soit rejetée », a-t-il déclaré à l’Associated Press.

L’avocat de la jeune victime dans cette affaire, Charles Desmond, a pour sa part dit à l’AP que « l’organisation (des Sénateurs) fait la bonne chose pour protéger le public, ses employés et d’autres individus qui pourraient être sujets à de tels gestes ».

Le camp d’entraînement des Sénateurs débutera le 6 septembre alors que les recrues de l’équipe se rapporteront en vue d’un tournoi qui aura lieu du 7 au 9 septembre à Laval avec les espoirs du Canadien de Montréal et des Maple Leafs de Toronto.