Tkachuk pense que ça l’aide de côtoyer des joueurs comme White et Brown qui ont disputé des matches dans la LNH l’an dernier et qui savent un peu plus à quoi s’attendre quand les recrues vont rejoindre les vétérans la semaine prochaine.

Pleins feux sur Tkachuk... et Brown au camp des recrues

Ils ont tous les deux grandi à St. Louis en rêvant au jour où ils suivraient les traces de leurs pères en jouant dans la LNH.

Les aléas du repêchage font que jeudi, Brady Tkachuk et Logan Brown ont commencé en même temps leur campagne pour convaincre les dirigeants des Sénateurs d’Ottawa de leur faire une place dès cet automne, avec la première pratique du camp des recrues de l’équipe tenue au Sensplex.

Vendredi soir, ils seront des coéquipiers alors que les espoirs de l’organisation seront confrontés à leurs homologues du Canadien de Montréal sur la glace de la Place Bell de Laval.

S’il faut se fier aux trios déployés lors de la première pratique, les deux choix de première ronde — Tkachuk le quatrième choix au total l’été dernier, Brown le 11e en 2016 — ne joueront pas ensemble cependant, le premier ayant été déployé à l’aile gauche aux côtés de Filip Chlapik et Colin White, tandis que le second pivotait un trio complété par Alex Formenton et Drake Batherson.

« Ce sont deux très bons joueurs, deux gars qui aiment charrier la rondelle et qui utilisent leur coup de patin à leur avantage. J’ai bien hâte de jouer avec eux. Je suis copain avec Colin depuis un bout de temps, donc de finalement jouer avec lui, ça va être pas mal spécial », a commenté Tkachuk, le fils de Keith et frère de Matthew, des Flames de Calgary. Ce dernier a été un coéquipier de hockey estival de White dans la région de Boston, où les Tkachuk avaient une résidence estival, quand ils grandissaient.

« J’ai eu un bon été et c’était excitant de sauter sur la glace pour le début de ce camp, c’est un peu comme pour le camp de développement (après le repêchage de juin). Ce n’est pas la motivation qui manque, il y a une opportunité qui est là, maintenant, c’est à moi de travailler pour la saisir en jouant à ma façon. Je ne peux que contrôler comment je joue et je vais donner le meilleur de moi-même », avait mentionné Tkachuk d’entrée de jeu, sollicité par les médias locaux à sa sortie de la patinoire.

Tkachuk pense que ça l’aide de côtoyer des joueurs comme White et Brown qui ont disputé des matches dans la LNH l’an dernier et qui savent un peu plus à quoi s’attendre quand les recrues vont rejoindre les vétérans la semaine prochaine.

Brown, qui a disputé quatre parties avec les Sénateurs avant de retourner dans les rangs junior, en est déjà à son troisième camp de recrues.

« Chaque année, tu arrives en sachant mieux à quoi t’attendre. Tu arrives avec un peu plus de confiance. Je me sens définitivement plus confiant cette année, je connais tous les gars. Je sais ce qu’ils (les dirigeants de l’équipe) attendent de moi, et ce que je peux leur offrir, a noté Brown. Je sais que c’est un gros défi, mais je suis prêt à tout faire pour jouer dans la LNH. On en est rendu là et c’est le début de la bataille. »

Pour Brown, le nerf de la guerre est de voir s’il a le coup de patin pour suivre la parade dans la LNH, et s’il est capable de tenir son bout défensivement également à la position névralgique de centre. Comme joueur offensif, il faudrait aussi idéalement qu’il se taille un poste comme deuxième centre probablement, derrière Matt Duchene et devant Jean-Gabriel Pageau. S’il n’est pas prêt pour de telles responsabilités, un séjour à Belleville pourrait lui être bénéfique.

« Je pense que mon coup de patin est grandement amélioré après avoir travaillé avec un entraîneur de patinage en puissance ici, ainsi qu’avec ‘Dono’ (Shean Donovan, le responsable du développement des joueurs) et (Chris) Schwarz (responsable du conditionnement de l’équipe). J’ai tout fait cet été pour arriver ici fin prêt », note le fils de Jeff Brown, l’ancien défenseur des Blues et des Nordiques, notamment.

+

Le défenseur Christian Wolanin

MANN DOUTE VOIR WOLANIN À BELLEVILLE

Embauché cet été pour diriger les Senators de Belleville, Troy Mann commence à peine à se familiariser avec les meilleurs espoirs des Sénateurs.

Mais après la première pratique des recrues de l’équipe, l’ancien entraîneur des Bears de Hershey avait déjà identifié un joueur qu’il ne pense pas avoir l’occasion de diriger dans la Ligue américaine, et ce n’était pas un des espoirs en attaque comme Brady Tkachuk, Logan Brown, Colin White, Alex Formenton ou Drake Batherson. Non, c’est plutôt le défenseur Christian Wolanin qui a retenu son attention. « Je pense qu’on peut voir qu’il y a beaucoup de talent de haut calibre ici. Il est tôt dans ma carrière avec l’organisation, mais certains des choix au repêchage ont fière allure sur la glace... Je pense que le jeune Wolanin est excellent, je ne pense pas qu’on va le voir beaucoup à Belleville, a commenté Mann. Le jeune Tkachuk est tout un compétiteur aussi. L’avenir est brillant, à ce que je vois. C’est beau à voir de mon point de vue. »

Wolanin a évidemment une longueur d’avance parce qu’il a joué 10 matches à la fin de la dernière saison à Ottawa, après avoir complété sa dernière saison à l’université du North Dakota. Le fils de l’ancien des Nordiques Craig Wolanin devrait être en théorie parmi les sept défenseurs à Ottawa, malgré le retour en santé de Chris Wideman. « J’ai eu un bon été, un gros été pour améliorer ce que je pensais devoir améliorer. Maintenant, c’est le temps de faire mes preuves. Je l’ai dit au camp de développement quand on m’y a invité, ce serait stupide pour moi de penser que je suis trop important pour un tournoi de recrues », a-t-il souligné.