Si Pierre Dorion s’est inquiété pour la santé des membres de son organisation qui ont contracté la COVID-19 le mois dernier au début de la pause décrétée par la LNH, il ne l’est pas pour ce qui est du prochain repêchage.
Si Pierre Dorion s’est inquiété pour la santé des membres de son organisation qui ont contracté la COVID-19 le mois dernier au début de la pause décrétée par la LNH, il ne l’est pas pour ce qui est du prochain repêchage.

Pierre Dorion déjà prêt pour le repêchage

Si Pierre Dorion s’est inquiété pour la santé des membres de son organisation qui ont contracté la COVID-19 le mois dernier au début de la pause décrétée par la LNH, il ne l’est pas pour ce qui est du prochain repêchage.

Le directeur général des Sénateurs d’Ottawa est convaincu que ses dépisteurs seront en mesure de bien départager les espoirs lors de cet encan dont la tenue a été repoussée à une date encore incertaine, et dans un format (possiblement en ligne) encore indéterminé, et ce malgré l’annulation des séries au hockey junior, universitaire et européen.

Lors d’un appel vidéoconférence tenu mardi, Dorion a réitéré que les six membres de l’organisation, dont cinq joueurs, sont complètement remis de leur infection au coronavirus, n’ayant eu que des «symptômes assez faibles» de la maladie. «La priorité était leur santé et celle de tout notre monde», a-t-il ajouté.

Depuis que la pause a été décrétée le 13 mars dernier, au lendemain du dernier match de son club à Los Angeles, Dorion s’est dit fort occupé, notamment par la mise sous contrat d’espoirs (Kevin Mandolese, Jonathan Aspirot et Mark Kastelic dans les derniers jours) et par les négociations avec des joueurs autonomes européens comme le défenseur russe Artyom Zub. «Nous sommes un des clubs finalistes pour ses services. Nous pensons qu’il est prêt pour la LNH», a-t-il indiqué à son sujet.

Pour ce qui est des recruteurs de l’équipe, le groupe dirigé par le dépisteur-chef du côté amateur Trent Mann continue à «faire ses devoirs» en vue de ce repêchage qui avait été ciblé par l’équipe dans son processus de reconstruction en raison de sa qualité dans son ensemble. «On sait que les 15-20 premiers vont être de très bons joueurs de la LNH, et si nous sommes chanceux (à la loterie), nous allons avoir deux des cinq premiers choix lorsqu’il aura lieu», a-t-il rappelé, en parlant du choix de son équipe et de celui des Sharks de San Jose obtenu dans l’échange d’Erik Karlsson. Un troisième choix de première ronde, conditionnel à ce qu’il ne soit pas un des trois premiers, a aussi été obtenu dans la transaction qui a envoyé Jean-Gabriel Pageau aux Islanders de New York.

Dorion a blagué qu’il visite chaque matin un site de simulation de loterie du repêchage (www.tankathon.com), «et j’arrête une fois que nous avons les deux premiers choix».

Espérant obtenir ces deux sélections, qui lui permettrait d’abord de sélectionner l’attaquant québécois Alexis Lafrenière, Dorion a mentionné plus tard que dans l’éventualité où il obtiendrait les deuxième et troisième choix, il ne choisirait pas nécessairement un attaquant et un défenseur, mais s’en tiendrait toujours à la philosophie de «repêcher le meilleur joueur» à chaque rang. Il ne rechercherait pas assurément à améliorer son club à la position de centre, confiant en sa relève avec les Colin White, Josh Norris et Logan Brown dans l’organisation, en plus d’un Jean-Christophe Beaudin apportant de la profondeur.

«C’est un repêchage très important... On savait quand l’année a commencé qu’on aurait beaucoup de choix (neuf dans les trois premières rondes), donc nos dépisteurs ont travaillé très fort. Nous sommes prêts, nous l’étions (à la pause) et nous le sommes encore plus alors qu’on consulte des vidéos pour suppléer ce qu’on a vu des joueurs en personne et on a hâte au repêchage», a indiqué Dorion, notant que tous les repêchages sont importants pour un club, celui-ci n’étant pas le plus important de l’histoire de l’équipe à son avis.

Il y a beaucoup de spéculation à travers la LNH à savoir comment l’ordre du repêchage sera déterminé, un club ayant notamment suggéré un tournoi entre les équipes éliminées dont le champion obtiendrait le premier choix. «Il y a beaucoup de spéculation et ça ne donne rien de commenter ça. Notre organisation a soumis trois propositions à la ligue, pour la résomption de la saison, les séries et la loterie du repêchage, tout ce qui est relié aux opérations hockey. On a envoyé ça (au commissaire) Gary Bettman par l’entremise de notre propriétaire Eugene Melnyk, on voulait s’assurer de faire entendre notre voix, de façon plus effacée que d’autres équipes qui l’ont laissé filtrer leur façon de voir les choses en cas de reprise», souligne Pierre Dorion, qui a confiance que Bettman voudra préserver «l’intégrité» de la saison régulière.

+

Une occasion ratée qui «ferait mal» à Belleville

Pierre Dorion se considère comme un optimiste et il conserve espoir que la saison de la LNH va reprendre, «On va avoir du hockey au bon moment», a-t-il lancé.

Le d.g. des Sénateurs avait l’air plus inquiet pour ce qui est d’une reprise dans la Ligue américaine de hockey, qui est en pause également et n’a pas encore annoncé l’annulation pure et simple du reste de sa saison régulière et ses séries.

«Comme organisation, c’est ce qui nous fait le plus mal. La pause et la possibilité d’une annulation de la saison dans la Ligue américaine, ce n’est pas bon pour la croissance de nos espoirs à Belleville. Nous avons le club le plus jeune de la ligue et un des clubs qui comptent le plus de buts. Que ces jeunes joueurs aient joué une ronde de séries ou qu’ils se rendent à la finale de la coupe Calder, c’est la plus grande perte pour notre organisation», a-t-il mentionné, citant la perte d’une expérience ayant une grande valeur pour les Josh Norris, Alex Formenton, Drake Batherson, Erik Brännström, Vitaly Abramov, Filip Gustavsson et Joey Daccord, entre autres.

En cas de reprise des activités pour que les 11 derniers matches de la saison régulière de son équipe soient disputées dans la LNH, Dorion a indiqué que les blessés Mark Borowiecki (cheville), Artem Anisimov et Anders Nilsson (commotions tous les deux) seraient tous trois disponibles, après les tests cognitifs appropriés pour ces derniers.

Tant qu’il n’y a pas d’annulation officielle de la saison, Dorion et l’entraîneur-chef D.J. Smith ne tiendront pas de rencontres de fin de saison avec les joueurs.

Ça ne l’empêchait pas de dresser un bilan provisoire de la saison régulière 2019-2020 des Sénateurs, eux qui occupaient le 30e rang du classement général à la pause.

«On espère que la saison ne sera pas interrompue (pour de bon). Ce que j’ai aimé, c’est notre niveau de compétition. Même si nous n’étions pas l’équipe la plus talentueuse, on ‘compétitionnait’ bien la plupart des soirs. Les clubs adverses ne nous prenaient pas à la légère. C’est un gros pas en avant pour notre organisation. Notre structure était meilleure, différente pour nous apporter du succès en allant de l’avant à moyen et long terme», a-t-il affirmé.

Dorion a aimé le travail de Smith à sa première saison pour développer les jeunes meneurs que sont Brady Tkachuk et Thomas Chabot, qui a amélioré l’aspect défensif de son jeu à son avis. Il espère voir son équipe s’améliorer au niveau des unités spéciales, en particulier en avantage numérique, en vue de la saison prochaine. «Et on doit être meilleurs sur la route aussi, alors que nous étions pas mal bons à domicile», a-t-il ajouté.

En entrevue avec TSN 1200 plus tard, Dorion a aussi dit qu’il était en accord avec la décision du premier choix de 2018 Jacob Bernard-Docker de rester une autre saison au niveau universitaire avec l’université du North Dakota, tout comme le centre Shane Pinto. «Il nous a dit qu’il a un travail à finir là-bas... Nos partisans peuvent s’attendre à le voir à un moment donné pendant la saison 2021-2022», a-t-il indiqué.