Chris Phillips est honoré tant pour ses performances athlétiques que pour son implication communautaire.

Phillips au Temple de la renommée des sports d’Ottawa

Chris Phillips a été un peu surpris, avant Noël, de recevoir un coup de fil du Temple de la renommée des sports d’Ottawa. Le comité de sélection avait choisi de lui ouvrir ses portes, au printemps 2019.

L’ancien défenseur des Sénateurs d’Ottawa sera officiellement intronisé le vendredi 31 mai prochain. Il sera la tête d’affiche d’une cohorte très forte.

Double médaillée paralympique dans le sport de basket-ball en fauteuil roulant, Chantal Benoît sera à ses côtés.

L’ancien coureur de fond John Halvorsen et l’entraîneur Rick Desclouds, y seront aussi. On soulignera également les Rough Riders d’Ottawa de 1968 et 1969, pour leurs deux conquêtes consécutives de la Coupe Grey.

«Je suis honoré. Vraiment. J’ai joué à Ottawa durant de longues années, mais je n’ai pas grandi dans cette ville», a laissé tomber Phillips en soirée, lundi.

Phillips n’est pas né dans la capitale fédérale, c’est vrai. On peut quand même dire qu’il a grandi à Kanata, d’une certaine façon.

Il n’avait pas 20 ans quand il a disputé son premier match avec les Sénateurs. Il a passé toute sa carrière au sein d’une seule organisation. Son dernier match fut son 1179e. Personne n’a porté le maillot aussi souvent que lui.

«Je sais. C’est fou, quand je repense à la façon dont ma carrière s’est déroulée. Je serai toujours un petit gars de Fort McMurray, en Alberta. Aujourd’hui, Ottawa, c’est ma maison», dit-il.

«J’ai compris, environ à mi-chemin dans ma carrière, que je ne quitterais jamais cette ville, même si j’étais échangé. Rien n’a changé. Ma famille est bien enracinée. Nous sommes ici pour rester.»

Le comité de sélection du Temple de la renommée a retenu la candidature de Phillips, tant pour ses performances athlétiques que pour son implication communautaire.

Il continue de travailler avec les Sénateurs, dans la direction du développement des affaires. Il passe un peu de temps dans sa brasserie, Big Rig Brewery, chaque semaine.

Il s’implique auprès de différents organismes de bienfaisance qui le sollicitent.

Lors de chaque sortie publique, il rencontre des partisans des Sénateurs.

«Je suis toujours content de les rencontrer. Ça me fait plaisir de leur rappeler que l’organisation a connu d’autres années sombres, dans le passé. Ce n’était pas facile, dans les premières années. Ma première saison fut celle où nous avons réussi à gagner une première ronde éliminatoire. Nous avons ensuite participé aux séries durant 12 ou 13 années consécutives. Nous avions un excellent noyau. Nous avons atteint la finale de la coupe Stanley. Nous aurions mérité un meilleur sort, lors de certaines années.»

«J’ai vraiment l’impression que l’équipe se dirige dans la bonne direction. Les jeunes joueurs sont talentueux. D’autres bons joueurs seront repêchés dans les prochaines années. C’est la même recette qui nous a permis de connaître du succès durant les premières années de ma carrière de joueur.»

Le Temple de la renommée des sports d’Ottawa existe depuis 1968. Plus de 275 personnes y ont déjà été intronisées.

Daniel Alfredsson, Cyril Leeder et Bryan Murray font partie du groupe.