Dion Phaneuf a hérité de l'éthique de travail (mais pas du physique) de son père qui mesure environ 5' 6''. « Les gênes viennent du côté de la mère de ma femme », rigole Paul Phaneuf.

Phaneuf se souvient

Il y a un an, jour pour jour, Bryan Murray complétait la dernière transaction majeure de sa carrière. Il n'a pas fait les choses à moitié. Il a négocié avec l'ennemi juré torontois. Neuf joueurs ont été impliqués dans l'offre finale.
Ce marché lui a permis de mettre la main sur le capitaine des Maple Leafs, rien de moins.
Douze mois plus tard, il peut être fier de son coup. D'abord, il a réussi à se défaire des pires contrats qu'il avait lui-même octroyés au fil des ans. Quand Jared Cowen, Colin Greening et Milan Michalek sont partis, il a réalisé d'intéressantes économies. Aujourd'hui, Greening et Michalek font partie du club école des Leafs dans la Ligue américaine. Le contrat de Cowen a été racheté. Une bataille juridique s'en est suivie.
Phaneuf n'est pas un joueur « bon marché ». Il est le défenseur le mieux payé chez les Sénateurs. Il gagne 7 millions $ US cette saison. Ce salaire ne changera pas d'ici la fin de la saison 2020-21. 
Pour l'instant, il remplit à merveille le rôle qui lui a été confié. « Il est surtout un bon leader dans la chambre, fait savoir son coéquipier Marc Méthot. Quand on est allés le chercher, on avait besoin d'un autre défenseur. Surtout, c'est sa présence dans la chambre qui a fait la différence jusqu'à maintenant. Il est un bon leader, il parle à tout le monde. Nous avions vraiment besoin d'un gars comme ça dans l'équipe. »
À son 366e jour en tant que membre des Sénateurs, mercredi, Phaneuf constatait que le temps file. « J'aurais préféré que vous me parliez de tout ça au lendemain d'un match plus satisfaisant. Cela dit, si je dresse un bilan honnête, je dois vous dire que j'ai beaucoup apprécié le temps passé ici. J'adore Ottawa. Les gens d'ici ont été incroyables. La dernière année de ma vie fut très positive. Dès le premier jour, tout le monde m'a accepté. Je suis très heureux d'être ici et d'appartenir à cette équipe. »
Quitter Toronto l'a-t-il revigoré ? « Oui, je crois que c'est le cas. Les changements sont inévitables dans le sport professionnel. Je me suis bien amusé durant mes années à Calgary. Je me suis aussi beaucoup amusé à Toronto. J'ai beaucoup appris dans ces deux villes. Mais ce nouveau déménagement m'a fait du bien. »
En rouge et noir
La dernière année nous a également permis de découvrir quelque chose. Un ancien capitaine des Leafs peut survivre à Kanata sans problème. Phaneuf était détesté dans le vestiaire des Sénateurs jusqu'au jour où il y a été admis.
« Les joueurs qui portent un chandail rouge et noir ont toujours détesté ceux qui portent un chandail bleu et blanc. Le contraire est aussi vrai. C'est ça, une rivalité. Il n'y a pas beaucoup d'amis dans la Bataille de l'Ontario. On dira ce qu'on voudra, c'est une histoire sérieuse », affirme Mark Borowiecki.
« J'ai quand même beaucoup de respect pour des tas de joueurs contre qui je me bagarre sur la patinoire. Ce respect est généralement mutuel. Nous n'aimions peut-être pas Dion dans le passé, mais nous avions beaucoup de respect pour lui », ajoute-t-il.
Phaneuf n'a pas aimé les huées de la foule, vers la fin du match de mardi. Elles lui ont possiblement rappelé de mauvais souvenirs de ses dernières années à Toronto. Il comprend toutefois leur réaction. « Nous voulons jouer pour les fans. Nous voulons leur offrir un produit dont ils sont fiers. Nous allons leur donner un meilleur spectacle jeudi. »
Logan Brown en visite
Le passé et le futur des Sénateurs se sont brièvement rencontrés, mercredi après-midi, sur la patinoire du Centre Canadian Tire. Le premier choix de l'équipe au dernier repêchage, le centre Logan Brown, est de passage en ville. En cette saison difficile où il a composé avec certaines blessures, il a eu droit à une séance de travail avec les anciens joueurs Daniel Alfredsson et Shean Donovan. Guy Boucher ne prendra probablement pas le temps de discuter avec le jeune homme dans les prochains jours. « Ce n'est pas parce que je ne l'aime pas, assure-t-il. Au début de l'année, ce serait différent. Là, en ce moment, j'en ai en masse à gérer avec mon équipe. S'occuper de 23 joueurs de la LNH sur une base quotidienne, c'est du stock. » Brown devrait bientôt rejoindre son club junior, les Spitfires de Windsor.
La retraite pour Havlat
Martin Havlat a joué près de 300 parties dans l'uniforme des Sénateurs de 2000 à 2006.
« Je me compte privilégié d'avoir pu faire carrière dans la LNH pendant 14 années. Soyez assurés que je ressens beaucoup gratitude, aujourd'hui, au moment d'accrocher mes patins. » Martin Havlat a bien choisi ses mots, mercredi matin, au moment d'annoncer sa retraite. Choix de première ronde des Sénateurs, en 1999, l'ailier droit tchèque aura disputé 790 parties dans la grande ligue. Il a porté, en tout, les couleurs de six équipes. Il a tenu à remercier tout spécialement les partisans d'Ottawa et ceux des Blackhawks de Chicago dans son courriel d'adieu. « Ma carrière a passé très rapidement. J'aimerais qu'elle se poursuive, mais mon corps ne veut plus suivre. Je ne peux plus jouer à un niveau satisfaisant », a expliqué celui qui est aujourd'hui âgé de 35 ans. Il a joué son dernier match en carrière le 12 novembre 2015, au Madison Square Garden.