L'espoir des Sénateurs, Francis Perron, a profité de l'été pour ajouter près de 15 livres à sa charpente.

Perron motivé par Burrows

Comme choix tardif de septième ronde, Francis Perron pourrait difficilement choisir un meilleur modèle à suivre qu'Alexandre Burrows.
Le vétéran attaquant des Sénateurs n'a jamais été repêché, autant dans la LNH que dans la LHJMQ, mais ça ne l'empêchera pas d'amorcer bientôt sa 13e saison dans la Ligue nationale de hockey, une première qu'il n'amorcera pas à Vancouver.
L'ancien prolifique compteur des Huskies de Rouyn-Noranda a justement passé l'été à s'entraîner au même gymnase que Burrows à Boisbriand et les résultats sont probants.
Selon le DG adjoint Randy Lee, Perron a été un des espoirs de l'équipe qui a présenté les meilleurs résultats aux tests physiques conduits lorsqu'il s'est rapporté au camp des recrues de l'équipe jeudi. Il a impressionné ses patrons au même titre que le défenseur Thomas Chabot ainsi que les Suédois Andreas Englund et Christian Jarros.
Avant de prendre le chemin de Toronto vendredi pour les matches du tournoi des recrues contre les Canadiens et les Maple Leafs, Perron a raconté qu'il a ajouté près de 15 livres à sa charpente de 6' au cours des derniers mois, après un été particulièrement long.
« C'était la première fois que je ne participais pas aux séries (le printemps dernier), donc j'ai eu cinq mois pour travailler sur ma puissance et gagner du poids. L'an passé dans la Ligue américaine, ça n'a pas été facile en jouant à 165 livres. Ça (le poids ajouté) devrait m'aider autant physiquement que mentalement. Dans ma tête, je me sens plus confiant », a-t-il indiqué.
Sa première campagne chez les professionnels après avoir mené les Huskies à la coupe du Président en 2015-2016 n'a effectivement pas été évidente, alors qu'il a vu sa production passer de 41 buts et 108 points lors de sa dernière campagne dans la LHJMQ à 6 petits buts et 20 passes en 68 matches à Binghamton.
Après cette saison, les Sénateurs lui ont suggéré de changer d'entraîneur personnel pour la période estivale, et il s'est donc joint à l'écurie de Stéphane Dubé dans son patelin de Blainville. Dubé est bien connu pour avoir déjà été le préparateur physique des Penguins de Pittsburgh pendant cinq ans, travaillant avec Sidney Crosby et compagnie. Burrows et Jonathan Bernier sont parmi ses nombreux clients, tout comme l'ancien Olympique Émile Poirier, de l'organisation des Flames de Calgary.
L'entraîneur Stéphane Dubé
« On s'entraînait ensemble tous les jours, c'est certain qu'Alex et moi avons développé une amitié. C'était le fun de m'entraîner avec lui... C'est un gars qui a une éthique de travail vraiment incroyable, il m'a donné un bon exemple et m'a conseillé tout l'été. C'est vraiment le fun d'avoir un rapport comme ça avec un joueur comme lui », a confié Perron.
Alors que les postes en attaque sont rares à Ottawa pour le début de la saison, Francis Perron se doute bien qu'il est étiqueté comme devant commencer la saison à Belleville, où les petits Senators déménagent leurs pénates cette année. Mais il ne demanderait pas mieux que de brouiller les cartes avec un bon camp d'entraînement, en commençant par offrir de bonnes performances lors des parties du tournoi de recrues en fin de semaine, qui sera déjà son quatrième et probablement dernier.
« C'est certain qu'eux (les dirigeants des Sénateurs) ne s'attendent probablement pas à ce que je sois de l'alignement à Ottawa au début de l'année. Mais j'arrive avec une mentalité différente, j'ai eu un bon été d'entraînement, j'arrive avec confiance. Maintenant, le but est de brouiller les cartes, de forcer la main à Guy (Boucher, l'entraîneur-chef) pour qu'il me garde le plus longtemps possible. Si je suis capable de percer l'alignement, tant mieux », estime-t-il.
Lors des deux entraînements tenus par les espoirs des Sénateurs en préparation pour le tournoi, Francis Perron formait un premier trio à droite du centre Logan Brown et de Jack Rodewald, un joueur à l'essai qui a joué à Binghamton et Wichita la saison dernière.
Logan Brown repart à neuf
Il a connu une saison 2016-2017 décevante même si elle a été couronnée par une conquête de la coupe Memorial et il n'a pas connu un gros camp de développement en juillet, mais ça n'empêche pas Logan Brown de penser qu'il est prêt à faire le saut dans la LNH à 19 ans.
Le premier choix des Sénateurs au repêchage de 2016, le 11e au total, cherchera à repartir à neuf lors du tournoi des recrues du week-end au Ricoh Coliseum de Toronto, où les espoirs du club ottavien se frotteront à leurs homologues de Montréal et Toronto.
Logan Brown
« Je sais que l'année dernière n'a pas été très bonne pour moi avec les blessures que j'ai eues. J'ai essayé de profiter de l'été pour retrouver mon niveau de jeu et être à mon meilleur. J'arrive ici avec confiance, après un été à m'entraîner avec des gars de la LNH à St. Louis », a dit Brown après l'entraînement des espoirs de vendredi au Sensplex, parlant notamment du défenseur des Sénateurs Chris Wideman et de l'ex-Sénateur Tommy Wingels.
« La principale critique à mon endroit l'an dernier concernait mon coup de patin. J'ai travaillé là-dessus beaucoup cet été, sur mon explosion et continuer à bouger mes pieds. Je me sens bien ici et la rétroaction qu'on me donne est que j'ai bien fait », a-t-il ajouté.
Brown n'a disputé que 35 parties en saison régulière avec les Spitfires de Windsor l'an dernier, amassant 14 buts et 40 points.
Il a ensuite contribué seulement quatre passes en séries alors qu'ils ont été éliminés en première ronde, mais il est revenu à la charge avec un but et quatre passes au tournoi de la coupe Memorial que les Spitfires ont remportée.
« Ça n'a pas été une saison facile. J'ai raté une bonne partie du début de la saison en raison de ma première blessure (au poignet), et juste comme je commençais à retrouver mon rythme, je me suis blessé à nouveau (au pouce). Gagner la coupe Memorial a été une bonne façon de finir une mauvaise année et cet été, je voulais me racheter en redevenant le joueur que j'étais, retrouver mes mains et la patience avec la rondelle que j'avais auparavant », a mentionné Brown, qui a grandi d'un demi-pouce cet été (il mesure maintenant 6' 6 1/2'').