Nick Paul n’a qu’un objectif au camp des Sénateurs : se tailler un poste à temps plein dans la LNH.

Paul veut plaire à Smith

Depuis qu’ils ont fait son acquisition dans l’échange de Jason Spezza il y a cinq ans, Nick Paul a joué des matches dans l’uniforme des Sénateurs d’Ottawa à chaque saison, 56 en tout.

L’attaquant de 24 ans ne s’est cependant jamais taillé de poste à l’issue du camp d’entraînement pour ainsi amorcer la saison dans la LNH, et il a la ferme intention que ça change cette année.

Incapable de montrer à son prédécesseur Guy Boucher qu’il pouvait jouer régulièrement lors de ses rappels des trois dernières années (il n’a récolté que deux buts et une passe en 32 matches sous lui, avec un temps de glace très limité il faut le noter), Paul voit l’entrée en scène de Smith d’un bon œil.

« Je pense que c’est exactement ce dont j’ai besoin, une opportunité tout fraîche. D.J. arrive et il m’a vu jouer dans la LHOntario, il sait que je veux travailler et faire tout ce qu’il veut. S’il veut que je fasse de l’échec-avant et que je distribue des mises en échec, je vais le faire. S’il veut faire comme à Belleville, me mettre avec des joueurs habiles et créer de l’espace pour eux, je peux faire ça. Je veux juste montrer que je suis polyvalent et que je suis prêt à travailler pour lui. Je suis arrivé au camp en excellente forme, rapide et en bonne condition. J’espère qu’il va voir ça, que je veux vraiment faire partie de l’équipe », a-t-il souligné.

En deuxième moitié de la saison dernière avec les petits Senators de Belleville, Paul a formé un dynamique trio avec Logan Brown et Drake Batherson, deux espoirs un peu plus jeunes que lui qui tentent aussi de faire le grand saut dans la LNH. En 43 parties avec la troupe de Troy Mann, il a totalisé 39 points, dont 16 buts.

L’imposant bonhomme de 6’ 4’’ et 230 livres, qui a signé un autre contrat à deux sens cet été, a retrouvé Brown au camp en fin de semaine dernière. Comme ils n’accompagneront pas l’équipe à Saint-Jean, Terre-Neuve, mardi, on peut présumer qu’ils affronteront les Maple Leafs au Centre Canadian Tire mercredi soir. Ils ont eu l’attaquant originaire d’Ottawa Max Véronneau comme ailier droit la plupart du temps au cours de la fin de semaine.

« Nous étions “en feu” ensemble (Brown et lui) l’an dernier. J’ai été rétrogradé au début de janvier et la chimie s’est établie entre “Brownie”, Batherson et moi. C’était fantastique, notre trio travaillait fort et remplissait les filets adverses. Je suis content d’être à nouveau jumelé à Logan, on sait comment on travaille, l’un et l’autre. On se complète bien, s’il est en retard en se repliant, je descends au centre et il me remplace à l’aile. Notre jeu ensemble est très fluide », pense-t-il.

Adepte de la méditation depuis l’an passé, Paul a changé un peu sa façon de s’entraîner au cours de la saison estivale, qu’il a passée majoritairement sous la chaleur de la Floride. Il a notamment fait beaucoup de sprints sur la plage, histoire d’améliorer son explosion. Il en a aussi profité pour s’améliorer grandement au golf avec l’aide de leçons de professionnels, réduisant son handicap d’une quinzaine de coups pour maintenant jouer dans les bas 80.

Le fait saillant de son été a été un voyage en Australie avec son ancien cochambreur à Binghamton, l’ancien gardien de l’organisation des Sénateurs Chris Driedger. « Ce furent deux semaines fantastiques, c’est tellement beau là-bas. J’avais besoin que mon corps récupère alors que j’ai été blessé au genou à deux occasions l’an passé. On en a aussi profité pour participer à un tournoi de hockey pour amasser des fonds pour une bonne cause, les commotions cérébrales », a raconté Paul.

+

Beaudin veut montrer sa valeur aux Sénateurs

Débarqué à Belleville en fin de saison dernière, le centre Jean-Christophe Beaudin commence à être plus à l’aise dans l’organisation des Sénateurs maintenant qu’il prend part à son premier camp d’entraînement avec eux.

Le Québécois originaire de St-Bruno de Montarville, patelin d’un certain Maxime Talbot, avait été obtenu de l’Avalanche du Colorado contre l’attaquant Max McCormick en février dernier, et en 20 parties à Belleville, il n’avait amassé qu’un but et deux passes. L’ancien prolifique compteur avec les Huskies de Rouyn-Noranda (82 et 80 points à ses deux dernières saisons, une couronnée par une coupe du Président) l’avoue, l’adaptation n’a pas été évidente.

« Au début, j’ai trouvé ça tough. J’aimais ça au Colorado, j’étais bien établi là-bas, note celui qui est arrivé des Eagles de la Ligue américaine, où il jouait avec le Gatinois Michael Joly. Là, je suis excité, je suis arrivé au camp et je connais un peu mieux tous les gars vu que j’ai été là un peu la saison dernière. Ça va bien jusqu’à maintenant et j’espère prouver ce que je vaux à l’organisation. Arrivera ce qui arrivera, je vais tout donner alors que je n’ai aucune attente, étant un gros underdog pour jouer ici (à Ottawa) », a ajouté ce choix de troisième ronde en 2015.

Beaudin pourrait justement obtenir une chance de montrer ce qu’il peut faire mardi soir puisqu’il est un des 14 attaquants qui feront le voyage à Saint-Jean pour affronter les Leafs (deux seront retranchés, cependant). « J’ai joué des matches hors-concours les deux dernières années au Colorado, ce serait le fun d’en obtenir un ici. Quand ils te font jouer, c’est parce que tu le mérites », disait-il dimanche.

Le Gatinois Jean-Gabriel Pageau sera de l’alignement mardi, avec ses ailiers attitrés depuis le début du camp, Anthony Duclair et Drake Batherson. L’ancien Olympique Vitaly Abramov aura l’occasion de poursuivre son bon travail du camp, alors qu’il faut noter que le défenseur de 18 ans Maxence Guénette est un des huit défenseurs qui feront le voyage, tout comme Maxime Lajoie. Anders Nilsson devrait jouer deux périodes, en se fiant sur ce que D.J. Smith a dit dimanche.