Mark Stone, Mike Hoffman et Bobby Ryan ont tous pris la direction de l'infirmerie à la suite des matches du week-end.

Pas un désastre pour Stone et Hoffman

NEWARK - Le désastre annoncé par Guy Boucher dimanche n'est finalement pas aussi pire qu'il le craignait.
L'entraîneur-chef des Sénateurs a donné des nouvelles assez encourageantes issues de son infirmerie soudainement pleine à craquer mardi matin avant d'affronter les Devils, en particulier en ce qui concerne ses francs tireurs Mark Stone et Mike Hoffman, qui n'ont pas disputé cette partie, contrairement à Tommy Wingels.
Stone n'aurait pas subi de commotion cérébrale lorsqu'il a frappé à la tête par Jacob Trouba dimanche, ce qui a valu une suspension de deux parties au défenseur des Jets de Winnipeg, Boucher affirmant qu'il a seulement un problème à son cou. Quant à Hoffman, qui a quitté au premier tiers de ce même match, il est blessé à l'aine. Il a patiné légèrement à la fin de la pratique matinale des siens et son cas sera réévalué quotidiennement. 
Les nouvelles sont moins bonnes en ce qui concerne Bobby Ryan, qui s'est blessé à l'index de la main droite samedi, lorsqu'atteint par une rondelle à Toronto. Le diagnostic dans son cas ? «C'est un doigt cassé, on vient d'apprendre qu'il n'aura pas besoin d'être opéré, donc on espère qu'il va pouvoir revenir lors des dernières semaines de la saison, en avril probablement», a indiqué Boucher.
Ce dernier a été furieux d'entendre le Bureau de la sécurité des joueurs de la LNH dire que Stone, qui avait subi une commotion au camp d'entraînement en septembre dernier, n'a pas été blessé lors de sa collision avec Trouba, survenue à la septième minute de jeu du troisième tiers dimanche contre les Jets.
«Tout le monde me dit qu'il n'est pas blessé. Pourtant, il est définitivement blessé. Il n'a pas fini le match parce qu'il est blessé, il ne peut pas pratiquer parce qu'il est blessé et il ne jouera pas le match parce qu'il est blessé. Il est blessé au cou. On espère que ça va s'améliorer, mais ça n'a pas été le cas aujourd'hui, c'est pourquoi il n'est pas prêt à revenir sur la glace», a-t-il affirmé.
Boucher ne sait pas combien de temps Hoffman devra s'absenter, lui qui avait raté deux parties en novembre en raison d'un malaise similaire. «Ce n'est pas une bonne journée aujourd'hui parce qu'il nous manque tous ces gars, mais on espère être chanceux et que ça aille mieux dans quelques jours», a ajouté Boucher.
Quant à Wingels, il avait été sonné par une mise en échec solide de Dustin Byfuglien à la fin de la partie de dimanche et il a révélé qu'il a été évalué pour déterminer s'il avait subi une commotion cérébrale.
«Il n'y avait pas de doute dans mon esprit que je pourrais jouer (mardi). Quand tu te fais frapper à la hauteur de la tête, tu dois passer certains tests et je suis content de l'avoir fait, c'est bon que ces protocoles soient en place dans notre ligue. Mais je me sens bien. C'était moins le cas sur le coup, on parle d'un gars de près de 300 livres contre un de 185, le plus gros gars va gagner cette collision chaque fois. C'était une mise en échec correcte et je vais pouvoir jouer», a dit Wingels.
Chris Neil, laissé de côté lors du dernier match, ainsi que Casey Bailey et Max McCormick, rappelés la veille de Binghamton, ont été insérés dans l'alignement pour former le quatrième trio alors que le défenseur Fredrik Claesson a été laissé de côté.
Le hasard a voulu que Bailey s'amène alors qu'il est lui-même amoché, devant jouer avec une visière complète parce qu'il a été atteint par un coup de bâton à la mâchoire récemment. «J'ai eu une couple de dents qui ont été déplacées et je dois porter des broches pour tenter de les sauver», a-t-il raconté.
Ces blessures ont obligé Boucher à remanier complètement ses trios, lui qui y est allé avec Derick Brassard entre Zack Smith et Tom Pyatt ainsi que Kyle Turris entre Ryan Dzingel et Jean-Gabriel Pageau sur ses deux premiers trios, alors que le troisième était formé de Curtis Lazar-Chris Kelly-Tommy Wingels.
«On ne va rien changer à notre façon de jouer, on l'a fait toute l'année. On va juste trouver une autre façon sans Stone, Hoffman et Ryan qui apportent beaucoup d'offensive. ''Neiler'', Bailey et Max vont apporter beaucoup d'énergie», a souligné Brassard, qui se satisfaisait de la suspension de deux parties imposée à Trouba pour son coup à l'endroit de son ailier droit attitré, Stone.
Parenteau sur le marché ?
Quand il avait signé un contrat avec l'Avalanche du Colorado à l'été 2012, les Sénateurs avaient indiqué un certain intérêt pour les services de Pierre-Alexandre Parenteau. L'attaquant des Devils, acquis au ballottage en début de saison après qu'il ait signé un contrat comme agent libre avec les Islanders de New York, pourrait peut-être être une solution pour pallier à l'absence de Bobby Ryan, lui qui est assez productif (13 buts, 26 points cette saison) à un salaire raisonnable de 1,25 M $, pacte qui arrivera à échéance le 1er juillet. « Avec un contrat d'un an, tu n'es jamais certain de rien, mais je ne pense pas à ça. L'an passé (avec Toronto), je n'y ai pas pensé et il ne s'est rien passé. C'est la même chose cette année, on verra rendu là », a confié le hockeyeur natif de Hull (il n'y a passé qu'un an de sa vie) au Droit mardi matin.
Cammalleri pas content
Mike Cammalleri
Laissé de côté lors des deux parties précédentes, le vétéran Mike Cammalleri s'est vu taper sur l'épaule par son entraîneur John Hynes pour affronter les Sénateurs, mais il était clairement encore furieux du traitement qui lui a été réservé. « Quand tu n'es pas dans l'alignement, tu souhaites l'être. Je n'ai rien d'autre à dire. Je vais juste faire de mon mieux », a-t-il rétorqué quand il s'est fait demander s'il avait appris quelque chose en regardant des gradins. Hynes n'a pas voulu expliquer sa décision du week-end : « Ça doit rester entre le joueur et l'entraîneur. Il y a juste certains aspects de son jeu qu'on pense qu'il devrait améliorer, et ce n'est pas juste parce qu'il ne compte pas », a-t-il dit de l'ancien Canadien qui a 10 buts et 30 points avec un contrat bon pour encore deux autres saisons à un salaire de 5 M $ par an.
Un fan de Colin White
L'attaquant recrue des Devils Miles Wood est sorti des rangs universitaires après une seule saison pour signer un contrat avec le New Jersey. L'an dernier, il jouait pour Boston College, où il avait le premier choix des Sénateurs Colin White comme coéquipier. « En fait, il était mon colocataire. Il est un de mes meilleurs amis, on se parle tout le temps encore, de hockey et de la vie en général. Il est une excellente personne, sur la glace comme en dehors. Et c'est un joueur fantastique, vous allez avoir du plaisir à le voir aller pendant les prochaines années (à Ottawa) », a-t-il mentionné à un groupe de journalistes de la capitale, au sujet du joueur acquis dans l'échange qui a envoyé Robin Lehner à Buffalo.