Jean-Gabriel Pageau a logé la rondelle derrière le gardien Jack Campbell, et aider son équipe à vaincre les Kings de Los Angeles au compte de 3-2 en prolongation, jeudi soir, au CCT.

Pageau tranche contre les Kings

Le train léger a peut-être des ratées à Ottawa, mais le « Pagertrain » fonctionne à plein régime, lui.

Poursuivant le conte de fées qu’est son début de saison, Jean-Gabriel Pageau a procuré un gain de 3-2 en prolongation à ses Sénateurs d’Ottawa aux dépens des Kings de  Los Angeles jeudi soir au Centre Canadian Tire.

Le centre gatinois a soulevé la petite foule de 9 929 amateurs en sautant sur son propre retour de lancer pour déjouer le gardien Jack Campbell à 3:12 de la période supplémentaire rendue nécessaire quand l’ancien 67 Tyler Toffoli a créé l’égalité à 7,2 secondes de la fin du temps réglementaire.

Pour Pageau, qui utilise son surnom de « Pagertrain » sur les réseaux sociaux, il s’agissait d’un troisième match de suite avec au moins un but, et il est le meilleur  buteur de son équipe avec sept cette saison.

« C’est un but un peu chanceux, mon premier lancer, je l’ai manqué, mais la rondelle m’a retombé sur la palette. Je vais remercier mes anges ou quelqu’un d’autre, je ne sais pas qui remercier, mais ça a tombé direct sur ma palette. On va le prendre pendant que ça passe », a lancé Pageau dans le vestiaire des gagnants après coup.

Lundi à New York, il avait compté sur une échappée alors que son bâton était brisé, ce dont il s’était rendu compte seulement en rentrant au banc. Avant de trancher en prolongation, il avait aussi obtenu une bonne chance de compter sur une descente à trois contre deux, mais cette fois, son bâton s’était vraiment fracassé. « Dire que je ne casse même pas un bâton lors des pratiques », a blagué Pageau.

« Il excelle en contre-attaque, il est un counterpuncher qui attend de profiter des erreurs de l’adversaire, a souligné son entraîneur-chef D.J. Smith. Il ne triche pas pour obtenir de l’offensive et il est récompensé parce qu’il joue de la bonne façon. »

« Il est un gros joueur, ce n’est pas la première fois qu’il compte des gros buts comme ça. C’est le fun de le voir contribuer offensivement comme ça, surtout après sa blessure l’an passé », a noté son coéquipier Anthony Duclair, auteur du premier but des siens quand il a fait dévier un tir de la pointe de Nikita Zaitsev.

Ça survient évidemment à un bon moment pour Pageau, qui pourrait devenir joueur autonome sans compensation l’été prochain quand son contrat lui rapportant 3,1 millions $ sous le plafond salarial arrivera à échéance. Bientôt, le DG Pierre Dorion devra commencer à négocier avec ses agents de Newport Sports, alors que Pageau a réitéré encore hier qu’il ne pense pas à ça présentement.

« Je pense qu’on commence à bâtir quelque chose ici, on a gagné trois de nos cinq derniers matches et on a joué un match pas mal solide. C’est malheureux qu’ils aient créé l’égalité avec sept secondes à jouer, mais Anders (Nilsson) a été solide pour nous, comme depuis le début de l’année », a analysé Pageau.

Les deux équipes semblaient dès le départ vouloir jouer pour s’assurer d’obtenir au moins un point de classement, ce qui n’a pas donné du jeu très excitant.

Les gardiens Anders Nilsson et Jack Campbell étaient à la hauteur — ils sont tous les deux imposants devant leur filet — lorsqu’ils étaient sollicités, et ils l’ont été pendant tout le match. Dustin Brown a eu besoin d’un coup de revers parfait, après s’être démarqué de Thomas Chabot, pour ouvrir le pointage au deuxième tiers. Duclair lui a répliqué, et Artem Anisimov avait lancé les Sénateurs en avant à mi-chemin du troisième tiers.

Ottawa (5-9-1) rejoint ainsi les Kings (5-10-1) au classement général.

>> Sommaire du match

+

NILSSON A AUSSI FRUSTRÉ TOFFOLI

Anders Nilsson a peut-être vu Tyler Toffoli compter le but égalisateur en fin de match, mais il s’est repris en prolongation en le frustrant à deux reprises.

Ses deux superbes arrêts ont permis à Jean-Gabriel Pageau d’aller ensuite trancher à l’autre bout.

« J’étais un peu en retard et j’ai fait un arrêt avec le manche de mon bâton, parfois il faut avoir la chance de son côté. C’est toujours bien de voir tes coéquipiers aller ensuite à l’autre bout et compter après ça », a raconté Nilsson à ce sujet.

« Je pense qu’on méritait la victoire même s’ils ont créé l’égalité à la fin. On n’a pas abandonné et on a continué à jouer, on a fait du bon travail après qu’ils aient obtenu leur chance de gagner dans notre zone », a-t-il ajouté.

D.J. Smith a noté que son gardien suédois « a fait les arrêts qu’il fallait faire, quand tu as une jeune équipe, il va y avoir des erreurs et il faut que ton gardien les répare, c’est ce qu’il fait ».

Avant le but égalisateur de Toffoli, Connor Brown a raté une chance de marquer dans un filet désert, tentant une passe vers Nick Paul au lieu de lancer. « On a essayé d’être généreux là-dessus, c’est certain que j’aurais préféré que la rondelle aille dans le filet. Mais on a trouvé un moyen de gagner et c’est tout ce qui importe », a-t-il dit.

Auteur de son sixième but de la saison, Anthony Duclair a souligné lui aussi le travail du gardien des Sénateurs, qui a fait face à 28 lancers contre 33 pour son vis-à-vis Jack Campbell. « “Nelly” a joué un excellent match pendant 60 minutes et on voulait certainement aller chercher le point d’extra pour lui », a-t-il souligné.

Après le match, D.J. Smith a annoncé dans le vestiaire que l’attaquant Nick Paul pouvait se trouver une résidence permanente.