Tyler Ennis, Jean-Gabriel Pageau et les autres participants du camp d’entraînement des Sénateurs n’auront pas à subir le test physique au cours duquel le Gatinois s’est déchiré le talon d’Achille l’an dernier.

Pageau prêt à refaire ses preuves avec D.J. Smith

Presque un an jour pour jour après s’être déchiré le tendon d’Achille lors de la journée d’examens médicaux et de tests physiques ouvrant le camp d’entraînement des Sénateurs, Jean-Gabriel Pageau est capable de rire de ce coup de malchance.

Le centre gatinois des Sénateurs n’a pas à être trop nerveux lors de cette journée qui reviendra jeudi au Centre Canadian Tire, puisque les dirigeants de l’équipe ont décidé de ne pas soumettre les joueurs au test de jeu de pieds entre des cônes où il s’était blessé.

« J’ai sauvé mes coéquipiers d’un test, si on peut dire. Je le vois comme ça », a-t-il lancé en riant à la fin de sa rencontre avec les médias en marge du tournoi de golf de l’équipe mardi à Kanata.

« Je m’entraîne fort et ça ne changera jamais dans mon style de personne, je suis compétitif et ça va être la même chose jeudi... J’arrive tout le temps bien préparé pour cette journée de tests, ça fait six ans que je m’entraîne avec le même entraîneur, Chris Schwarz, des Sénateurs, et [son adjoint] Rob Mouland. Je me suis toujours senti en bonne forme. L’an passé, c’était juste une bad luck. Là, ça va être un nouveau départ et je vais être prêt », a-t-il ajouté.

S’il se rapporte en excellente forme au camp, Pageau se doute bien que l’arrivée d’un nouvel entraîneur-chef nécessite qu’il fasse à nouveau ses preuves, lui qui était un des favoris de Guy Boucher lors des dernières saisons. Celui-ci l’utilisait à toutes les sauces, incluant sur les deux premiers trios après le départ de Matt Duchene l’an dernier.

Jean-Gabriel Pageau lors d'un test physique en 2018

« L’an passé, c’était juste une bad luck. Là, ça va être un nouveau départ et je vais être prêt. »
Jean-Gabriel Pageau

« Ça va être un nouveau départ [avec D.J. Smith]. On a tous apprécié les entraîneurs qu’on a eus. Personnellement, j’ai adoré tous les entraîneurs que j’ai eus ici à Ottawa. Avoir une nouvelle équipe d’entraîneurs après deux années où on a eu de la misère, ça va amener un nouveau départ pour tout le monde. On part tous à zéro, on doit tous faire nos preuves à nouveau. Augmenter le niveau de compétition entre les joueurs, je pense que ça fait monter le niveau de jeu d’un cran et ça, c’est bon », estime-t-il. Le Gatinois de 26 ans en sera à son cinquième entraîneur-chef (après Paul MacLean, Dave Cameron, Guy Boucher et Marc Crawford) à sa septième saison dans la LNH.

Pageau, qui amorce la dernière année de son contrat et pourrait être joueur autonome sans compensation l’été prochain, a bien aimé ses premières rencontres avec Smith. « Je pense que c’est quelqu’un qui aime un contact personnel avec les joueurs, souligne-t-il. Il a joué dans la LNH, il sait comment ça se passe. Il ne veut pas arriver en héros, il veut être dans le même bateau que nous. Ça, on l’a vraiment senti. Ça m’inspire confiance, il sait où il s’en va, il a un plan de match et c’est encourageant. »

Ce plan comprend de considérer Colin White comme le centre numéro un de l’équipe, au début du camp d’entraînement à tout le moins, a indiqué Smith mardi.

« Je pense que ce travail va se faire par comité. Avec sa jeunesse et la façon dont il a terminé la dernière saison, on pencherait du côté de White pour l’instant. Mais dans la LNH, quand un gars ne marche pas un soir, il faut y aller avec le suivant. C’est la mentalité qu’on va devoir avoir pour être compétitifs », a-t-il dit.

White, le joueur de troisième année qui a paraphé un contrat de six ans pour 28,5 millions $ (4,75 M$/an en moyenne), se sent prêt à obtenir plus de responsabilités.

+

LES SÉNATEURS EN BREF

Pas facile pour Brännström

À écouter Pierre Dorion et surtout D.J. Smith lundi, il ne sera pas évident pour la recrue Erik Brännström de se tailler un poste à la ligne bleue, où il n’y a probablement qu’un poste disponible sur papier. « On doit se demander s’il est prêt et comment il peut avoir le plus de succès. Il peut certainement jouer dans la ligue, mais on veut s’assurer de faire les choses comme il faut et le placer à un poste où il pourra avoir du succès. Il est un joueur dynamique qui peut faire des jeux et patiner. Il va être un excellent joueur, mais est-il prêt maintenant ? C’est difficile à dire tant qu’il ne joue pas des matches de la LNH contre des joueurs de la LNH », a dit Smith.

Zaitsev avec Chabot

D.J. Smith a fait savoir qu’il avait l’intention de placer Nikita Zaitsev, le défenseur obtenu des Maple Leafs contre Cody Ceci, à la droite de Thomas Chabot sur sa première paire de défenseurs, du moins pour commencer le camp. « Ça ne veut pas dire qu’on ne changera pas par la suite. On va voir qui cadre bien avec qui. Je sais que Ron Hainsey a bien fait aux côtés de Morgan Rieilly, et Chabot est le même genre de joueur. L’un ou l’autre peut faire le travail, Zaitsev a appris de Ron l’an passé. Parfois, ça pourrait aussi être Dylan [DeMelo, son partenaire la saison dernière]. On va voir, ça risque d’être partagé », a-t-il laissé entendre.

Entre les lignes

Le vétéran défenseur Mark Borowiecki, qui sera un candidat pour porter une lettre comme assistant-capitaine, a annoncé mardi en arrivant au tournoi de golf que lui et son épouse attendent la venue d’un premier enfant...

Pierre Dorion a laissé entendre qu’un total de 62 joueurs seront invités à participer au camp principal de l’équipe. La plupart des 28 recrues qui étaient au tournoi des espoirs le week-end dernier à Belleville resteront en ville. « D.J. veut partager les joueurs en trois équipes pour avoir un match intra-équipe pendant qu’un autre groupe pratique », a dit Dorion.