Dans ses 30 premières parties, Pageau a marqué seulement trois buts.

Pageau préfère un Noël blanc

Les joueurs des Sénateurs auraient l’option de rester en Floride après le match de samedi. Ceux qui n’ont pas d’enfants, entre autres, pourraient facilement choisir de s’offrir un petit Noël au soleil. Jean-Gabriel Pageau n’y a pas pensé. Pas même une seconde.

« Depuis que je suis tout petit, il y a quelque chose de très important. Pour moi, quand c’est Noël, il faut qu’il y ait de la neige », confie l’attaquant gatinois.

« Je veux juste passer du temps avec ma famille, avec la famille de ma copine. Ce sera notre dernier Noël avant notre mariage. Une grosse année s’annonce dans nos vies personnelles », ajoute-t-il.

Pageau aura intérêt à bien entamer 2018 de façon professionnelle, itou.

Les Sénateurs se retrouveront dans une position peu enviable lorsque débutera le congé des Fêtes. Plusieurs joueurs ont des choses à se reprocher. Il en fait certainement partie.

Il a fait partie des héros des séries éliminatoires du printemps dernier.

Il fait partie de ceux qui ont connu un mauvais automne.

« Il y a eu des hauts et des bas. Il y a toujours des hauts et des bas, je pense, dans une saison de hockey », fut sa première réaction lorsque nous l’avons abordé, cette semaine.

Honnête, Pageau a très rapidement passé aux aveux.

« À titre personnel, je n’ai pas connu le gros début de saison que j’aurais souhaité. »

Les chiffre disaient pas mal tout ce qu’il fallait savoir. Dans ses 30 premières parties, Pageau a marqué seulement trois buts.

« Dernièrement, je reviens à la game que j’avais dans les dernières années. Je suis plus acharné. C’est certain que j’aurais mieux aimé jouer de cette façon depuis le début de la saison. Je suis quand même content d’avoir pu retrouver cette partie de ma game », commente-t-il.

Les chiffres lui donnent encore raison.

Pageau a décoché quatre tirs et marqué un but dans le match en plein air contre le Canadien de Montréal, samedi dernier. Il a obtenu trois tirs et un autre but face au Wild du Minnesota, trois jours plus tard.

Il n’a pas participé au pointage, jeudi, à Tampa. Sans son travail acharné, Cody Ceci n’aurait jamais pu marquer son but vers la fin de la deuxième période.

Pageau sent que les choses ont commencé à débloquer un peu plus tôt. « Je dirais que ça s’est passé une semaine plus tôt, durant notre trip en Californie. »

Il ne sait pas exactement quand, ou comment, le déclic s’est produit. « En dedans de toi, tu veux toujours trouver ce qui ne marche pas. Quand ça ne fonctionne vraiment pas, tu dois revenir à la base de ton identité. C’est ce que j’ai fait. »

FIERTÉ

Pageau recommence donc à produire à un rythme satisfaisant. Il est condamné à contribuer, dans une certaine mesure, après avoir paraphé un contrat d’une valeur de 9,3 millions $ US durant la saison morte.

Le joueur veut quand même qu’on sache que son degré d’insatisfaction « n’a rien à voir avec les buts marqués. Moi, je te parle des petits détails. Des sacrifices qu’il faut s’imposer. De l’éthique de travail. »

Les seuls points qui le tracassent, en ce moment, sont les points que son équipe n’accumule pas au classement.

« Nous vivons une situation complètement contraire à celle de l’an dernier. Je n’ai pas l’habitude. Je n’aime pas trop ça. »

« Il est difficile, soir après soir, de gagner des matches dans la Ligue nationale. Je sais que nous avons ce qu’il faut pour remonter au classement. J’ai confiance. Il faut juste exécuter. »

LES SÉNATEURS EN BREF

Bettman déçu de Melnyk

Le commissaire de la LNH, Gary Bettman, a fait une apparition sur les ondes de la station de radio torontoise The Fan 590, jeudi soir. Il devait parler de la santé de sa ligue dans les différents marchés canadiens. 

La discussion a rapidement bifurqué vers Ottawa. On lui a demandé de parler de la controversée sortie du propriétaire Eugene Melnyk, la semaine dernière, plus précisément. 

« Vous voulez savoir si j’étais content de voir à quel point j’étais content du tourbillon que tout cela a causé, alors qu’on célébrait le 100e anniversaire de la LNH? La réponse, à cette question, est non », a-t-il déclaré. Le commissaire a l’impression que les partisans ont mal compris M. Melnyk. « Il n’a jamais menacé de déménager son équipe. Il a juste dit que les Sénateurs auront besoin d’un nouvel amphithéâtre avant longtemps. Si jamais rien ne débloque, à long terme, il faudra agir... »

Une pénalité qui fait jaser

Guy Boucher était de fort mauvaise humeur, pour une rare fois, quand il s’est présenté devant les journalistes. 

Il venait de revoir la séquence durant laquelle son équipe a écopé d’une pénalité pour avoir eu trop de joueurs sur la glace, en prolongation, à Tampa. 

« Il y a de bonnes et de moins bonnes pénalités. Dans ce cas, notre joueur ne touchait même pas à la glace », rage-t-il... Dans la foulée des célébrations du 100e anniversaire de la LNH, les experts du NHL Network se sont amusés à dresser la liste des meilleurs capitaines de l’histoire. 

Le visage des Sénateurs, Daniel Alfredsson, a réussi à se faufiler au 25e rang. Mark Messier, Jean Béliveau et Steve Yzerman composent le top-3 de ce classement. 

Un autre ancien des Sénateurs, Zdeno Chara, occupe la 19e position.