Pageau pourrait bientôt écoper

Tout comme Jason Spezza, Chris Neil était dans l'avion nolisé qui a quitté l'aéroport Cartier-MacDonald en fin d'après-midi, hier.
Neil ne jouera pas demain. Il ne sera sans doute pas dans la formation débutante samedi prochain, à Nashville. « On pense qu'il pourrait jouer en début de semaine prochaine quand nous compléterons notre voyage au Minnesota », dit Paul MacLean.
Jean-Gabriel Pageau sait compter. Quand Neil revient, les Sénateurs pourraient bien avoir un attaquant de trop. Des changements pourraient alors survenir. Les jeunes joueurs qui détiennent comme lui un contrat à deux volets sont toujours vulnérables dans ces circonstances.
« C'est certain, reconnaît-il. C'est pourquoi j'y vais au jour le jour. J'essaie de donner tout ce que je peux, jour après jour, dans le but de conserver ma place. Lors des matches comme lors des entraînements, je dois offrir le meilleur de moi-même. La compétition devient de plus en plus forte au fur et à mesure que des joueurs se greffent à notre alignement. »
Avec un seul but en 12 matches depuis son rappel de Binghamton, à la mi-décembre, Pageau ne s'est pas rendu indispensable. Personne ne s'est cependant plaint publiquement de son travail. Et les Sénateurs gagnent régulièrement.
« Être dans l'alignement quand l'équipe gagne, ça ne peut pas nuire », dit-il. Je me préoccupe uniquement des choses que je peux contrôler. » Il sera vraisemblablement dans la formation demain soir au Colorado. C'est déjà ça de pris.
Pageau est né quelques mois avant la dernière conquête de la coupe Stanley par Patrick Roy à Montréal. « Je n'ai jamais été un très grand fan de Roy quand j'étais plus jeune, mais je suis capable de reconnaître qu'il a connu une grande carrière et je sais à quel point le Québec est fier de lui », dit-il.
« J'ai déjà eu la chance de l'affronter dans le junior et je sais qu'il prépare toujours très bien son équipe. Il savait s'y prendre pour bien diriger ses joueurs à Québec. Il a certainement su appliquer les mêmes méthodes avec l'Avalanche. »