Le hockeyeur gatinois Jean-Gabriel Pageau s'est entendu avec les Sénateurs jusqu'à la fin de la saison 2019-2020.

Pageau est déjà ailleurs

NEW YORK - Jean-Gabriel Pageau a bien digéré ses deux portions de poulet alla parmigiana ainsi que sa performance de quatre buts de samedi.
Ce que le centre gatinois des Sénateurs d'Ottawa n'a pu faire en fin de semaine, c'est répondre à toutes ces connaissances qui lui ont envoyé des messages de félicitations, directement ou par l'entremise des réseaux sociaux.
« J'ai brisé mon téléphone quand je l'ai échappé. C'est un peu un mauvais timing. Je n'ai pas eu la chance de répondre à tout le monde, juste un peu hier sur mon iPad », a-t-il raconté, lundi, au terme d'un entraînement au Madison Square Garden.
Non, son cellulaire n'a pas rendu l'âme parce qu'il avait surchauffé avec toute cette attention tournée vers lui. Un restaurant d'Ottawa a quand même créé le déjeuner spécial 4444, qui comprend quatre oeufs, quatre saucisses, quatre tranches de jambon et de bacon, en plus d'une tranche de pain doré. Un autre restaurant aurait rebaptisé un item de son menu, le « Pageau Parmesan ».
« Quelques gars m'en ont parlé. Ça semble être un déjeuner pas mal trop gros pour une personne. C'est flatteur que la ville au complet soit embarquée dans les séries avec nous autres ».
La série entre les Sénateurs et les Rangers se poursuivra au domicile de ces derniers, mardi soir.
Pageau n'a pas savouré sa performance, une première dans l'histoire de son équipe, trop longtemps.
« J'ai eu un peu de temps avec mes proches pour en parler un peu. Mon père et mon oncle étaient là. Ma blonde et quelques amis aussi. C'était un beau moment à partager avec eux. Mais le lendemain, je pensais déjà au match numéro trois. Je pense que c'est pareil pour tout le monde ici », a-t-il souligné.
L'entraîneur-chef Guy Boucher ne pense pas que tout le succès montera à la tête de son protégé.
« Ce n'est pas ce genre d'individu là. C'est justement le contraire. C'est pour ça qu'il est tellement apprécié. C'est un gars extrêmement humble. Ce matin, c'est un de ceux qui travaillaient le plus fort lors de l'entraînement », a noté Boucher.
Le capitaine Erik Karlsson a encore rendu hommage à Pageau, lundi. Pas tant pour ses quatre buts de samedi que pour l'ensemble de son oeuvre.
« Il a du caractère et il s'est toujours dévoué à la cause de cette équipe en jouant de la bonne façon. Qu'il ait compté quatre buts ne lui donne pas de privilège spécial. Il a mérité ça d'autres façons, par sa manière de jouer et comment il se sacrifie pour ce club depuis le début de sa carrière », a-t-il dit.
Karlsson s'est fait demander lundi si Pageau pourrait voir une statue être érigée en son honneur avant lui.
« C'est une forte possibilité, a-t-il dit en riant. C'est quelqu'un qui se préoccupe de ses coéquipiers, de sa ville et du hockey en général. C'est comme ça qu'il a mérité sa place dans cette équipe. C'est comme ça qu'il nous représente, et pas seulement dans un match comme l'autre jour où il a marqué quatre buts. Il fait son travail en étant le type de gars qu'il est, il fait du travail qui n'est habituellement pas remarqué par la plupart des gens, mais ce n'est pas le cas dans cette organisation et ce vestiaire. On le respecte beaucoup et il a son mot à dire dans les succès que nous avons connus. »
MacArthur déjà rétabli
Plus de peur que de mal pour Clarke MacArthur. L'attaquant qui a raté presque deux saisons complètes en raison de commotions cérébrales a quitté le match de samedi contre les Rangers en deuxième période en raison d'un problème de nerf coincé au niveau de son cou. Il a eu droit à un « ajustement » par les physiothérapeutes du club et tout est rentré dans l'ordre, celui-ci assurant qu'il sera à son poste mardi soir après avoir participé à la pratique de lundi au MSG. « J'ai été frappé lors du premier match et je suis tombé sur mon côté gauche. Puis j'ai été frappé lors du deuxième et ça s'est aggravé... On a travaillé dessus pendant le match, mon côté gauche était un peu engourdi, et il aurait été difficile de patiner avec juste un pied. On s'est dit qu'il valait mieux attendre, (Jean-Gabriel) Pageau dominait de toute façon », a blagué MacArthur, qui se réjouissait presque d'avoir une blessure « normale ». Guy Boucher a indiqué qu'il attendra à mardi matin avant de confirmer la présence de MacArthur, qui empêcherait Tom Pyatt de réintégrer l'alignement.