Jean-Gabriel Pageau a complété un tour du chapeau, inscrivant notamment le but gagnant avec 2:01 à faire en troisième période.

Pageau dompte les Devils

NEWARK — Est-ce que Jean-Gabriel Pageau aurait vendu son âme au diable ?

Probablement pas, mais ce qu’on sait, c’est que le centre des Sénateurs d’Ottawa est aussi hot que l’enfer, son tour du chapeau de mercredi soir procurant un gain de 4-2 aux dépens des Devils du New Jersey à son club mercredi au Prudential Center.

Après avoir inscrit le but de la victoire avec 2:01 à faire au match sur le retour d’un tir sur le poteau de Nick Paul, il a scellé l’issue de la rencontre en comptant dans un filet désert sur une distance d’environ 150 pieds.

C’était son 11e but de la saison, et un huitième en six matches pour lui, après avoir été blanchi lundi lors du cuisant revers de 8-2
en Caroline.

« Après ce mauvais match, on l’a mis de côté et on s’est remis au travail lors de la pratique de mardi et je pense que c’est pourquoi on a gagné ce match », a souligné le centre gatinois après la rencontre.

Concernant son troisième but, le bon golfeur qu’il est a dit que ce n’était « pas du tertre des femmes », ajoutant : « J’ai pris ma chance et heureusement, ça a rentré. Mes ailiers [Connor Brown et Nick Paul] ont joué de gros matches eux aussi, Nick a raté de belles chances et j’ai au moins pu lui obtenir une passe [sur son deuxième but]. »

L’entraîneur-chef D.J. Smith a apprécié un autre bel effort de son petit centre. « Il est en confiance et dans ce temps-là, le filet a l’air de la grosseur d’un but de soccer », a-t-il noté concernant son but « longue distance ». « Il est tellement intelligent, il reste plus haut que son adversaire, il le laisse faire une erreur puis il capitalise. Il ne force rien offensivement, il vous laisse gaffer », a-t-il ajouté.

Les trois buts de Jean-Gabriel Pageau ont permis aux Sénateurs de récolter la victoire et de passer ainsi devant les Devils (5-8-4) au classement, les refoulant au dernier rang dans l’Est.

Pageau avait assuré la seule réplique des visiteurs au premier tiers avec un tir qui s’est faufilé derrière le gardien Mackenzie Blackwood.

À son premier départ en huit jours, le gardien Craig Anderson a mérité son premier gain de la saison, où son club a une fiche de 2-6-1, en effectuant 21 arrêts. Il a cédé devant Wayne Simmonds sur une échappée et sur un tir de Will Butcher qui a effleuré son épaule du côté rapproché, mais il a été sans bavure par la suite, stoppant notamment le premier choix Jack Hugues parvenu presque seul devant lui. « Il a fait de gros arrêts pour nous permettre de revenir dans ce match », a souligné Smith.

Le défenseur à caractère défensif Mark Borowiecki a réussi à créer l’égalité 2-2 avec un peu plus de six minutes à faire en troisième, avec un puissant tir qui a atteint la lucarne.

« Le momentum était avec nous après ce but de Boro, qui prend des tirs pesants, a souligné Anderson. C’est une grosse victoire pour nous. Après ce qui est arrivé l’autre soir en Caroline, on voulait certes répondre de la bonne façon. On a fait du bon travail pour gérer la première période, puis le reste de la partie. On a donné le ton avec notre façon de jouer et nous avons été récompensés alors que je ne savais pas si on arriverait à déjouer Blackwood, qui était excellent. Mais on a trouvé un moyen et c’est une belle récompense pour notre jeu défensif. Quant à Pageau, il fait toujours bien les choses et il est un waterbug, toujours à la bonne place au bon moment. »

Les Sénateurs (7-10-1) avaient perdu leurs trois derniers matches au New Jersey, mais ce gain leur a permis de passer devant les Devils (5-8-4) au classement, les refoulant au dernier rang dans l’Est.

Ils sont rentrés à la maison après le match et après une journée de congé jeudi, ils recevront la visite des Flyers de Philadelphie, dirigés par le Gatinois Alain Vigneault, vendredi soir au Centre Canadian Tire.

>> Sommaire du match

+

UN GESTE DE PANIQUE PAYANT POUR D.J. SMITH

NEWARK — Une journée après avoir dit que ce serait un « geste de panique » que de modifier ses duos à la ligne bleue, c’est exactement ce que l’entraîneur-chef D.J. Smith a fait en fin de première période au New Jersey.

La décision de ramener Dylan DeMelo aux côtés de Thomas Chabot l’a finalement bien fait paraître, surtout que Mark Borowiecki a compté le but égalisateur sur une passe de Nikita Zaitsev.

« C’est un but de camarades, une passe de Nikita, un gars que j’adore, avec un écran de [Vladislav] Namestnikov, et le jeu a été amorcé par [Filip] Chlapik, un autre Européen de l’Est, a blagué Borowiecki. Ce sont mes boys, le crédit leur revient. Pour moi, c’est toujours une bonne sensation
de compter. »

Borowiecki a maintenant deux buts, un but de plus que Chabot au sommet des compteurs de la brigade défensive. Ce dernier semblait plus à son aise aux côtés de DeMelo.  Erik Brännström a aussi joué un bon match en restant avec son partenaire habituel, Ron Hainsey, de son côté.

« Je trouvais qu’on passait trop de temps dans notre zone et je voulais changer les choses juste un peu, nous faire penser un peu peut-être ? Nos gars plus physiques pourraient ralentir le jeu un peu aussi, alors qu’ils [les Devils] sont un des clubs les plus rapides qu’on a affrontés, avec la Caroline », a dit Smith.

« Nous jouons tous du hockey solide en arrière, et c’est bien d’être interchangeables, a noté Borowiecki à ce sujet. On se complète tous d’une certaine façon, et Dylan et Thomas ont un historique ensemble, ils ont bien joué ensemble l’an dernier. »