Jean-Gabriel Pageau a presque fait la différence à son premier match de la saison.

Pageau contribue dès son retour

Jean-Gabriel Pageau a fait de son mieux pour faire honneur à sa réputation d’homme des grandes occasions.

Le centre gatinois des Sénateurs a compté dès son premier match de la saison dimanche contre les Hurricanes, créant l’égalité 4-4 en toute fin de deuxième tiers avec un tir qui a dévié sur le bâton d’un défenseur des Hurricanes pour tromper le gardien Petr Mrazek.

Flairant qu’il pourrait peut-être répéter ses exploits du passé, notamment en séries contre les Rangers de New York et le Canadien de Montréal, l’entraîneur-chef Guy Boucher l’a envoyé sur la glace quand il a retiré son gardien à la faveur d’un sixième attaquant en fin de rencontre pour tenter de créer l’égalité. Ça n’a cependant pas fonctionné et Pageau s’en voulait même après coup d’avoir perdu une mise au jeu en territoire adverse avec cinq secondes à écouler au cadran.

« C’est certain que c’était le fun de scorer, mais l’important, c’était de gagner le match. Je trouve qu’on a joué un bon match, on a mieux joué qu’eux autres. On aurait mérité de l’emporter, mais ils ont profité de leurs chances en supériorité numérique et ils ont eu des bonds de leur côté. Il va falloir prendre le positif de ce match-là et essayer de l’amener dans le prochain », a-t-il indiqué d’entrée de jeu quand il s’est présenté dans le vestiaire des perdants.

« C’était une belle marque de confiance (de Guy Boucher). Évidemment, quand il te donne un rôle comme ça, j’aurais aimé ça gagner ma mise au jeu à la fin, mais la rondelle rebondissait un peu partout en fin de période. La rondelle n’a pas abouti sur nos bâtons. Ça reste une belle marque de confiance des entraîneurs de me mettre là », a-t-il ajouté.

Boucher a dit que cette décision était en partie reliée au fait qu’il avait besoin d’un attaquant droitier sur la patinoire en fin de rencontre et que Bobby Ryan, blessé à une main, n’était pas disponible à ce moment-là, lui qui avait disputé un fort match.

« Il avait compté un but et c’est un gars de pression, donc il méritait d’y aller », a dit Boucher pour expliquer sa décision.

Pageau a terminé son après-midi de travail en ayant passé 13:13 minutes sur la glace, obtenant trois tirs au but et son filet, assenant deux mises en échec et en gagnant trois mises au jeu sur six. Pas mal considérant qu’au 43e match de la saison, il effectuait ses débuts après une rééducation de quatre mois d’une déchirure complète du tendon d’Achille subie au premier jour du camp d’entraînement.

« Pour un premier match, je l’ai trouvé très, très bon. Pageau, c’est un gars intelligent. Aujourd’hui, il a été bon défensivement, il a été bon avec la rondelle, il a compté un but. Il a donné de l’enthousiasme à notre groupe. C’est très gros. Je suis très impressionné de ce qu’il a fait à son premier match, mais ça ne me surprend pas. C’est Pageau », a lancé Boucher.

Après avoir donné deux coups d’épaule lors de sa première présence, quand il a été envoyé sur l’alignement partant avec ses ailiers Zack Smith et Magnus Paajarvi, Pageau a indiqué qu’il a rapidement retrouvé le rythme du jeu de la LNH. « La vitesse du jeu était rapide au début, mais je me suis ajusté assez vite. Mes coéquipiers m’ont parlé beaucoup sur le banc, ça rend ma job pas mal plus facile », a souligné le centre de 26 ans, qui n’avait raté que quatre parties pour cause de blessure auparavant depuis qu’il a fait le saut dans la LNH avec le club de son patelin.

Pour ce qui est de revenir au jeu au milieu d’une séquence noire de huit revers de suite, il a noté qu’« un seul joueur ne fait pas la différence, c’est un sport d’équipe. Je regarde dans ce vestiaire et il est plein de gagnants, c’est juste que ça ne va pas comme on veut présentement et il va falloir changer ça ».

+

ANDERSON PROGRESSE

Le gardien Craig Anderson a raté un septième match de suite dimanche contre les Hurricanes en raison de sa commotion cérébrale et ce n’est pas un hasard que les Sénateurs se sont inclinés à chacune de ces occasions. Il y a de l’espoir que son absence tire à sa fin, alors qu’il a recommencé à recevoir des tirs de ses coéquipiers lors d’entraînements pour blessés (Thomas Chabot et Justin Falk présentement).

Guy Boucher a laissé entendre après la partie de dimanche que son vétéran cerbère pourrait peut-être accompagner ses coéquipiers pour le voyage en Californie qui s’amorcera lundi. Il faudra attendre de voir lors d’un entraînement mardi à Anaheim s’il est effectivement du périple.

« Ça a bien été aujourd’hui ainsi qu’hier, mais il faut attendre une couple d’heures (après ses entraînements) avec ce genre de blessure là. J’espère qu’il sera du voyage et qu’il pourra jouer, mais je n’ai pas encore (de réponse). Son retour serait gigantesque pour nous », a dit le pilote des Sénateurs, qui doutait qu’Anderson puisse jouer dès le premier match du voyage contre les Ducks mercredi. Il a aussi indiqué que Chabot (épaule) ne sera assurément pas du voyage, lui.