Anthony Duclair est devenu un Sénateur à la suite de l’échange qui a envoyé Ryan Dzingel à Colombus. Le nouveau venu a étrenné son nouvel uniforme à Ottawa, dimanche soir.

Ottawa, ville de la dernière chance pour Duclair?

«Je ne crois pas qu’il sache jouer.» Dans la très propre Ligue nationale de hockey, on a rarement entendu un entraîneur démolir un de ses joueurs de cette façon.

Ça s’est passé au Centre Bell, la semaine dernière. Le pilote des Blue Jackets de Columbus, John Tortorella, a profité du passage de son club à Montréal pour passer le Québécois Anthony Duclair dans le tordeur.

«On a passé beaucoup de temps avec lui à lui enseigner le jeu sans la rondelle, dans certaines situations. Parfois, il semble comprendre. C’est sa quatrième équipe et un autre entraîneur-chef se plaint de lui, le laisse de côté et le cloue au banc. Il doit finir par comprendre qu’il doit être plus attentif et constant», a-t-il précisé.

La bonne nouvelle, c’est que Duclair n’aura plus à se soucier de Tortorella.

L’ailier gauche de 23 ans est sorti de Columbus, samedi soir. Les dirigeants des Blue Jackets l’ont cédé aux Sénateurs, dans la transaction qui leur a permis de mettre la patte sur Ryan Dzingel.

Les Jackets ont aussi sacrifié deux choix de deuxième ronde – en 2020 ainsi qu’en 2021 – pour conclure ce marché.

Duclair est arrivé à Ottawa en fin de journée, dimanche. Il s’est rendu en vitesse au Centre Canadian Tire pour enfiler le maillot au numéro 10. Quand le match contre les Flames a débuté, il a trouvé sa place dans le troisième trio des Sénateurs. Logan Brown et Bobby Ryan étaient ses partenaires de jeu.

Le reste de l’histoire lui appartient.

«Je ne connais pas ce jeune homme. Je n’ai jamais eu la chance de le rencontrer. Je l’ai vu à l’oeuvre à quelques occasions, quand ses équipes ont affronté la nôtre. C’est tout», a indiqué son nouvel entraîneur.

Guy Boucher sait donc que Duclair est talentueux.

Il a marqué 20 buts à sa première saison complète dans la LNH, en 2015-16. Il a connu un match de deux points, pas plus tard que vendredi dernier, lorsque les Jackets ont blanchi les Sénateurs au CCT.

Il sait aussi que les Sénateurs seront sa cinquième équipe dans la LNH.

On vous rappelle qu’il a 23 ans.

«Je ne saurais pas vous dire pourquoi les choses n’ont pas très bien fonctionné pour lui ailleurs», intervient Boucher.

«Je vais faire mes recherches. En même temps, il ne faut pas oublier que tous les joueurs s’adaptent à leur nouvel environnement. Ils réagissent différemment au contact d’un nouvel entraîneur ou de nouveaux coéquipiers. Certains joueurs finissent par comprendre quand ils se joignent à leur deuxième équipe. D’autres comprennent quand ils se joignent à leur troisième équipe.»

«Chaque fois qu’un joueur se joint à nous, je place le compteur à zéro. Tout ce qui compte, c’est ce qu’il fera à compter de maintenant. Tout ce qui s’est passé ailleurs, on s’en fiche.»

Ryan Dzingel n'est pas trop fâché d'avoir été échangé aux Blue Jackets de Columbus.

Dzingel chez lui

Ryan Dzingel, lui, quitte la seule organisation qu’il a connue jusqu’ici. Il n’est pas trop fâché de s’en retourner dans une ville qu’il connaît bien. Il a passé trois belles saisons à Columbus, avec les Buckeyes de l’Université Ohio State, dans la NCAA.

«Je suis très emballé, a-t-il déclaré. J’ai encore des tas d’amis dans le coin. Ma famille n’est pas très loin, elle vit à Chicago.»

Déjà, il se dit ouvert à l’idée de négocier une prolongation de contrat qui lui permettrait de porter les couleurs des Jackets pendant plusieurs saisons.

L’intérêt est mutuel.

«Nous n’avons pas fait son acquisition pour qu’il soit un simple joueur de location. Nous croyons qu’il peut faire partie de nos plans pour le futur», confirme le directeur général Jarmo Kekalainen.