Les jours de Johnny Oduya (29) avec les Sénateurs d’Ottawa sont probablement comptés, et il en est bien conscient.

Oduya se doute qu’il est sur le marché

CHICAGO — Les jours de Johnny Oduya avec les Sénateurs d’Ottawa sont probablement comptés, et il en est bien conscient.

Le vétéran défenseur suédois, qui avait paraphé un contrat d’un an seulement l’été dernier, a déjà été échangé trois fois au mois de février au cours de sa carrière, dont l’an dernier quand il était passé des Stars de Dallas pour retourner avec les Blackhawks, club avec lequel il avait gagné deux coupes Stanley en quatre ans. Partenaire assez régulier de son compatriote Erik Karlsson pendant une bonne partie de la saison, il ne rechignerait pas s’il devait faire ses valises d’ici à la date limite des transactions dans la LNH, qui est lundi à 15 h.

«Personne ne dirait non à ça (une autre chance de gagner la coupe). Mais en même temps, je suis très heureux ici également. La saison a été difficile, évidemment. On va voir ce qui va arriver au cours de la prochaine semaine», a-t-il indiqué en réponse à une question du Droit mardi au United Center, après l’entraînement des siens au lendemain du revers de 5-2 à Nashville.

«Mon approche demeure la même, je suis passé à travers (la date d’échéance des échanges) tellement souvent maintenant. Ça ne me dérange pas du tout, ce qui doit arriver ce jour-là va arriver. J’ai appris à me concentrer à essayer de gagner des matches et être aussi bon que tu peux l’être, où que je sois. Je ne suis pas inquiet d’une façon ou d’une autre. On ne sait jamais vraiment ce qui peut arriver, c’est la réalité tout le temps. Quand tu as déjà été échangé, ce sont des expériences que tu as en banque», a-t-il ajouté.

Le défenseur de 36 ans a connu une première moitié de saison ordinaire, comme le reste de son équipe, mais il a connu un regain de vie au cours du dernier mois, ce qui pourrait le rendre attrayant pour une formation qui voudrait ajouter de la profondeur à sa ligne bleue en vue des séries éliminatoires. Il a quatre buts et quatre passes à sa fiche en 49 matches, avec un différentiel positif de plus-2, l’un de seulement trois réguliers à de pas être dans les moins (Mark Stone, à plus-9, et Mark Borowiecki, à plus-3, sont les deux autres).

«Comme n’importe quel nouveau joueur, ça lui a pris un certain temps à s’adapter à notre façon de jouer. Mais depuis un mois, il joue du bon hockey. Il est constant, il excelle à un contre un. Défensivement, il est certes plus à l’aise maintenant... Il y a toujours une période d’adaptation et tout est devenu une habitude pour lui maintenant», a noté l’entraîneur-chef Guy Boucher.

Il y a un an, les Stars avaient obtenu un joueur des mineures (Mark McNeil) et un choix de quatrième ronde en 2018 en retour d’Oduya. Il faudra probablement attendre à lundi avant de savoir quel genre de retour le d.g. Pierre Dorion obtiendra pour lui.

«Parfois, ça peut te surprendre plus que d’autres. Mais à ce point-ci de ma carrière, je n’ai aucune inquiétude. Je n’essaie pas de savoir ce qui se passe, ou de le deviner. Je veux juste jouer aussi bien que je le peux pour mon équipe et mes coéquipiers», a-t-il aussi mentionné.

Celui-ci a discuté de ce que l’avenir lui réserve alors qu’une nouvelle rumeur a commencé à circuler concernant Erik Karlsson. Selon CTV Ottawa, les Sénateurs vont écouter les propositions pour leur capitaine à condition que l’attaquant Bobby Ryan et son lourd contrat soient inclus dans celles-ci.

LES SÉNATEURS EN BREF

Incident malheureux

Johnny Oduya a commenté l’incident de samedi où quatre amateurs de Chicago a été expulsé du United Center (et maintenant banni à vie de celui-ci) pour avoir tenu des propos racistes à l’endroit de l’attaquant des Capitals de Washington Devante Smith-Pelly. «J’en ai entendu parler et je dirais que ce n’est pas caractéristique des partisans de Chicago. C’est une personne dans une foule de plus de 18 000 personnes... Ça devait être un gars qui a pris un verre de trop. C’est malheureux, mais dans un sens, on ne devrait pas trop y porter d’attention. On ne veut pas que ça arrive à l’aréna, mais il va toujours y avoir des gens comme ça,. Ça m’est déjà arrivé à moi aussi et dans ce temps-là, tes proches sont plus affectés et fâchés que tu l’es toi-même à ce moment-là», a dit le seul joueur noir des Sénateurs.

Pageau sur l’attaque à cinq

Le Gatinois Jean-Gabriel Pageau a compté en avantage numérique lors du match de lundi à Nashville, Guy Boucher l’insérant sur sa première unité, chose qu’il n’avait pas fait de la saison. «C’est très simple, c’est parce que c’est notre meilleur gars devant le filet. J’aurais dû le faire bien avant, mais il joue déjà tellement, on le “double shift” en désavantage numérique, il joue contre les premières lignes adverses, il joue les fins de période. Mais tant pis, il mérite d’être là, il va être là. Ça, c’est une adaptation à une de nos unités spéciales... La qualité qu’il a, c’est que lorsque le lancer arrive, il ne se tasse pas. Peu de joueurs le font. Lui, il le fait, même s’il n’est pas le plus gros gars à mettre devant le gardien. Mais un gars de 6’ 2’’ qui se tasse, il n’y a alors personne devant le but»,. a-t-il raisonné.

Entre les lignes

Les joueurs que Guy Boucher a recommandé à Pierre Dorion depuis l’an dernier disparaissent les uns après les autres. Après Chris DiDomenico, cédé aux Blackhawks contre le défenseur des mineures Ville Pokka, et Nate Thompson, parti à Los Angeles avec Dion Phaneuf, voici que Gabriel Dumont a été soumis au ballottage mardi. Il reste Derick Brassard, qui fait l’objet de rumeurs d’échange, et Tom Pyatt, qui devrait être rétrogradé sur un quatrième trio contre Chicago, lui qui n’a pas de but à ses 14 derniers matches... DiDomenico ne jouera pas pour les Hawks, ayant dû se rapporter à leur club-école de Rockford, où il n’a pas encore joué cependant... Pokka a pour sa part récolté une première passe en fin de semaine avec les Senators de Belleville, à son troisième match.