Jim O’Brien a bien failli mettre fin à une disette vieille de cinq ans lors du dernier match à Dallas.

O’Brien pensait bien marquer

Jim O’Brien a bien failli mettre fin à une disette vieille de cinq ans lors du dernier match à Dallas.

Le centre américain, qui effectue un deuxième séjour en carrière chez les Sénateurs, a raté une occasion en or de marquer lors d’une infériorité numérique contre les Stars. Son tir du revers a raté la partie supérieure du filet.

«C’est passé si proche. La prochaine fois sera la bonne», a-t-il assuré, mercredi, après l’entraînement.

Puis le journaliste lui a rappelé que son dernier but dans la LNH remontait au 28 février 2013 contre les Bruins de Boston. O’Brien disputait alors un de ses derniers matches à l’époque chez les Sénateurs.

«Je l’ignorais jusqu’au moment où certains de mes coéquipiers se sont fait un plaisir de me le souligner après la partie», a-t-il confié, sourire en coin.

Cet ancien choix de première ronde en 2007 a renoué avec la LNH la semaine dernière lorsque les Sénateurs lui ont consenti un contrat de deux ans, comblant la perte de Nate Thompson. Il a disputé les quatre derniers matches des siens, évoluant au sein du quatrième trio.

Ce sont ses premiers coups de patin dans le circuit Bettman depuis un court passage de quatre joutes chez les Devils du New Jersey en 2015-2016.

O’Brien avait été membre de l’organisation des Sénateurs pendant sept saisons, disputant seulement 63 parties. Il n’a marqué que huit fois.

Depuis son dernier passage à Ottawa, le hockeyeur âgé de 29 ans a porté les couleurs de six équipes professionnelles différentes, dont le Metallurg de Novokuznetsk dans la KHL.

«J’ai toujours cru que j’allais jouer de nouveau dans la LNH. Je n’ai jamais cessé de travailler avec ce but en tête.»

O’Brien a hérité du numéro 40 à son retour chez les Sénateurs. Un numéro de gardien qui a déjà la propriété notamment de Patrick Lalime.

Ce qui a poussé l’attaquant à caractère défensif, qui avait porté auparavant le 18 et le 42, d’y aller d’une confidence. Il a déjà défendu les filets durant son enfance.

«Une précision s’impose. C’était du hockey en bottine dans la rue. C’était pour le simple plaisir avec une rondelle en mousse, si je me souviens bien.»

DUEL ENTRE DEUX MAUVAIS CLUBS

Un des rares clubs de la LNH ayant une pire fiche que les Sénateurs débarque dans la capitale nationale dans les prochaines heures.

Les Sabres occupent le 30e et avant-dernier rang au classement général. Ils n’ont gagné que 21 de leurs 66 premières parties.

«Disons que nous ne sommes pas dans une position dans laquelle nous pouvons prendre un club à la légère», a averti le centre Matt Duchene, dont l’équipe se retrouve en 29e position.

«Nous nous retrouvons dans les bas fonds tout comme eux... Puis nous tenons à offrir un bon spectacle pour nos partisans à notre retour à la maison.»

Les Sénateurs ont perdu à leurs deux dernières sorties à domicile. Ils avaient gagné auparavant cinq matches de suite au centre Canadian Tire.

Guy Boucher n’a pas caché ses craintes au sujet de cette prochaine partie.

«Peu importe qui tu affrontes, ce premier match à un retour d’un long voyage s’avère toujours difficile (...)», a rappelé le coach.

«Je pouvais le sentir tantôt à la séance d’entraînement. Les joueurs travaillaient fort, mais il nous manquait un petit quelque chose. Heureusement, nous serons à nouveau sur la glace jeudi matin avant de disputer ce prochain match.»

Reste à voir quel gardien défendra la cage des Sabres. Robin Lehner a alloué seulement 14 buts en 11 parties en carrière contre ses anciens coéquipiers.

Le vétéran Craig Anderson entamera le match chez les Sénateurs.

WIDEMAN VISE UN RETOUR AU JEU

Chris Wideman espère jouer à nouveau d’ici la fin de la saison. Le défenseur droitier écarte aussi la possibilité de retrouver la forme physique au sein du club-école des Sénateurs, à Belleville.

«J’ai joué trois ans dans la Ligue américaine de hockey. C’est un bon circuit. Mais je n’ai plus rien à prouver là-bas. Je préfère rester ici et travailler sur mon jeu», a soutenu Wideman, qui se remet d’une chirurgie subie en novembre pour rattacher un muscle ischiojambier déchiré.

Ce dernier a notamment participé mercredi à une première séance d’entraînement avec ses coéquipiers. Il patinait en solitaire depuis un certain temps en compagnie de l’ancien joueur Shean Donovan.

«Ça commençait à être plate de s’entraîner seul. Je suis heureux de renouer avec les gars», a affirmé Wideman, qui a rendez-vous chez le médecin dans les prochaines heures.

«On verra ce qu’il pense de mes progrès. Je sais que je suis en avance sur les pronostics. Quand j’ai été opéré, tout indiquait que ma saison était terminée. Mais je fais tout en mon possible afin de revenir au jeu avant la conclusion du calendrier régulier.»